Livre de chevet, livre qui va vous achever.

Alaiya

  • Modos
  • OTP FTW !_\o/
  • Messages: 5 656
Re : Livre de chevet, livre qui va vous achever.
« Réponse #375,  »
Citation
Elle a aussi écrit un roman intitulé "Le restaurant de l'amour retrouvé", je ne te le conseille donc pas si tu n'as pas aimé son obsession pour la bouffe.
Tu as tout compris : c'est pile la raison la raison pour laquelle j'ai passé mon tour sur cet opus ! :mdr:

Saga des Cazalet : j'ai attaqué le tome 5 il y a quelques jours :wub:

Philippe K Dick : j'avais bien aimé "les chaînes de l'avenir" même si ça fait longtemps et je ne sais plus pourquoi. En SF, j'aurais tendance à recommander Ray Bradbury (j'aime bien ses nouvelles) et Robert Silveberg, niveau style, ça se lit mieux.


FinalBahamut

  • Troll n' roll, go go go ^_^
  • Waffou
  • Messages: 5 678
Re : Livre de chevet, livre qui va vous achever.
« Réponse #376,  »Modifié
Plein de bonnes choses.
Pas le temps de faire des commentaires comme vous, mais 2/3 en passant :

- Nicolas Da Silva, La bataille de la Sécu

Ca défouraille, une histoire de la Sécu de la révolution jusqu'à nos jours, style très agréable à lire, l'auteur a d'ailleurs fait ce commentaire dans le contexte de réforme des retraites :

"La multiplication des 49-3, n’est-elle pas la preuve d’un déni de démocratie et d’une dérive autoritaire ? Lorsque l’on se remémore l’histoire de la sécurité sociale, il apparaît que le « coup de force » est la règle et non l’exception."

Il situe l'enjeu véritable de la Sécu : la maîtrise de la sécurité sociale par les travailleurs (ce qui était le cas à l'origine, on l'oublie un peu)
c'est un enjeu de pouvoir qui se joue, pas un enjeu uniquement économique.
Et d'ailleurs, toute l'histoire de 45 à maintenant n'est qu'une lente mais constante reprise en main de la sécu par l'Etat (que ce soit dans la gestion avec De Gaulle dans les années 60 par exemple, qui redonna la main au patronat, ou via la CSG)

Une citation : ""Le trou de la Sécu est une construction politique ayant pour but de réformer une institution par ailleurs pleine de vitalité"

- Olivier Cyran : "sur les dents" : pareil, un livre passionnant, drôle et dramatique parfois, sur nos dents.
Des témoignages émouvants, vraiment.
 S'il n'y a qu'une lecture à faire, ce serait celle-là. Relire la lutte des classes via nos dents, fallait y penser/ Merci à cet enfoiré d'Hollande et ses blagues sur les "sans dents".
(après avoir lu ce livre, vous irez vite vous brosser les dents)
https://www.editionsladecouverte.fr/sur_les_dents-9782707199393

- Une collection *que* j'aime bien : "pour en finir avec"
https://www.lechappee.org/collections/pour-en-finir-avec

Notamment "homo confort", "la guerre de l'attention", "la guerre du muscle",

- Hartmunt Rosa : "aliénation et accélération", une critique sociale du temps
https://www.editionsladecouverte.fr/alienation_et_acceleration-9782707182067

(bon là, c'est en vrac, j'en oublie un paquet...)
Re : Livre de chevet, livre qui va vous achever.
« Réponse #377,  »
Tiens, dans un style différent :

Petits arrangements avec l'amour , de lucy vincent . Pareil, ça défouraille en abordant l'amour comme "un piège tendu par la nature pour nous pousser à nous reproduire dans toutes les circonstances", et donc tous les mécanismes physiques et psychiques, neuro... pas très romantique mais passionnant (même si sur les phéromones...)

Ce que j'en retiens, c'est que l'amour nous rend volontairement "con",
car si on n'était pas assez con (ou bourré), il n'y aurait jamais de femme enceinte (me remerciez pas, c'est cadeau)
Faut-il un livre pour le savoir, pas forcément.
Mais lisez-le quand même ^^

https://www.odilejacob.fr/catalogue/sciences/neurosciences/petits-arrangements-avec-l-amour_9782738116369.php
Re : Livre de chevet, livre qui va vous achever.
« Réponse #378,  »
Un dernier pour la route, une fiction : Connemara, de Nicolas Mathieu.
Une jolie fresque sociale.
Et la puissance des mots, comme dans cette citation :

"La lente hémorragie du temps retenue dans la digue d'un rectangle de papier brillant"

(il parle d'une photo)

un chapitre gratiné sur les cabinets de conseil, dont ce passage qui m'a mis en PLS :

« Notre boulot, ça consiste quand même à ranger des pièces vides »

Et un passage dans lequel un chef de consulting se frotte les mains avec la fusion de collectivités locales : "On a du boulot pour 15 ans"

Bref, lisez-le (mais ne chantez pas Connemara, sérieux...).
Citation
Hélène a bientôt quarante ans. Elle est née dans une petite ville de l’Est de la France. Elle a fait de belles études, une carrière, deux filles et vit dans une maison d’architecte sur les hauteurs de Nancy. Elle a réalisé le programme des magazines et le rêve de son adolescence : se tirer, changer de milieu, réussir.
Et pourtant le sentiment de gâchis est là, les années ont passé, tout a déçu.
Christophe, lui, vient de dépasser la quarantaine. Il n’a jamais quitté ce bled où ils ont grandi avec Hélène. Il n’est plus si beau. Il a fait sa vie à petits pas, privilégiant les copains, la teuf, remettant au lendemain les grands efforts, les grandes décisions, l’âge des choix. Aujourd’hui, il vend de la bouffe pour chien, rêve de rejouer au hockey comme à seize ans, vit avec son père et son fils, une petite vie peinarde et indécise. On pourrait croire qu’il a tout raté.
Et pourtant il croit dur comme fer que tout est encore possible.
Connemara c’est cette histoire des comptes qu’on règle avec le passé et du travail aujourd’hui, entre PowerPoint et open space. C’est surtout le récit de ce tremblement au mitan de la vie, quand le décor est bien planté et que l’envie de tout refaire gronde en nous. Le récit d’un amour qui se cherche par-delà les distances dans un pays qui chante Sardou et va voter contre soi.
https://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/connemara


... et Omni me fit pourvoyeur en anus fruités :classe: