Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.

Messages - tinou
1
Politique / Re : 'Murica! Fuck Yeah!
« le 4 Novembre à 11:23 »
J’en attendais de base pas grand chose de cette élection.
Donc je suis moins surpris qu’en 2016.
Franchement ça me rappelle plutôt fortement la soirée de la réélection de Bush en 2004.

2
Citation de FinalBahamut le 2 Novembre à 08:00
Allez, un petit jeu du qui-qui-a-dit.
Qui a dit :
Citation
« Nous devrions nous auto-flageller, regretter la colonisation, je ne sais quoi encore... »
Un indice : J.C. (non, ce n'est pas Jésus Christ).

(et non, ce n'est pas du Gorafi)
Je dirais Jmmanuel Cacron ?
3
Jeux vidéo / Re : Vos derniers jeux testés !
« le 27 Octobre à 03:00 »
Petite mise à jour de mon côté :
Citation de tinou le 4 Juin à 02:47
D'ici la fin d'année je prévois de finir :

Catégorie jeux narratifs / AA:
- Telltale Walking Dead
- Life is Strange - Before the Storm
- Life is Strange 1 et 2
- The Wolf Among Us
- Batman: The Enemy Within
- Deliver Us the Moon

Catégorie gros zizi financier / AAA
- A Plague Tale - Innocence
- Red dead online
- Rise of the Tomb Raider
- Uncharted - The Lost Legacy
- Last Guardian
- Shadow of the Tomb Raider
- Horizon Zero Dawn
- 1886 The Order


Catégorie petits jeux indies
- Donut County
- GRIS
- Refunct
- Oxenfree
- Child of Light
- Telling Lies
- What Remains of Edith Finch
- Inside
- Old Man's Journey
- The Unfinished Swan
Child of Light
Un RPG 2D façon FF6, avec des graphismes chatoyants et une ambiance poétique enfantine plutôt réussie. Le jeu est cours (une huitaine d'heure), mais au final cela suffit largement, je n'ai jamais eu de lassitude. Les niveaux sont somptueux, et le fait de se mouvoir en volant apporte un petit côté inédit assez planant. Côté trophées, rien de très compliqué, la plupart s'obtient par progression naturelle dans le jeu, et un seul concerne un set de collectibles pas très difficiles à trouver. Le système de combat et les stratégies à déployer font replonger dans les années 90 avec toute la nostalgie que cela convoque. Un bon titre Ubisoft.

Inside
Par les créateurs de Limbo. Cela se ressent pas mal d'ailleurs, avec moins ce côté die and retry (mais il y en a encore). L'ambiance lugubre et sombre de cette collection de paysages industriels que l'on traverse est unique. Les couleurs sont à l'inverse de Child of Light justement. Des moments assez flippant (par exemple quand on se fait courser par les chiens), l'immersion est vraiment bonne. Au fur et à mesure que l'on traverse les tableaux, on comprend un peu mieux l'univers dystopique dans lequel on est plongé, mais l'ensemble demeure abstrait. Personnellement ça m'a fait aussi penser à une allégorie sur les camps de concentration (tout un programme...). C'est un peu Brazil meets Akira  meets the Matrix en somme. Vraiment à essayer une fois je pense. Les trophées consistent à trouver des petits modules parsemés ça et là, certains sont obvious, d'autres un peu moins.

A Last Plague Tale: Innocence of Us
Un jeu développé par des français du côté de Bordeaux (studio Asobo), qui se passe en l'an de grâce 1337. Boudiou que c'est beau. Et boudiou que ça ressemble à the Last of Us dans le gameplay. Mais c'est superbe, et comme c'est un jeu français se passant en France, ça m'a incité à jouer avec le doublage français, plutôt moyen-bon je trouve. Une soeur et son jeune frère souffrant d'un mal mystérieux, sont forcés de traverser une région touchée par un fléau ratifère roboratif que l'Inquisition va vouloir combattre puis utiliser à son avantage pour punir ici du paysan islamo-gauchiste, là du bourgeois partouzeur de droite. La musique est splendide (Olivier Derivière), avec instruments d'époque, et adaptative suivant la séquence de jeu en cours. Les paysages sont ébouriffants (ça me donne envie d'essayer sur une télé 4 cas). J'ai moins aimé un ou deux passages (l'invraisemblable chateau coloré), mais dans l'ensemble c'est très tenu et techniquement un des plus beaux titres de cette génération auquel j'ai joué. Les trophées sont très simples et classiques.

Deliver Us the Moon
Alors là, j'ai pris une baffe. Ce jeu d'exploration (pas de gunfight, rien) est très bien fichu graphiquement, et l'ambiance spatiale et lunaire est juste fantastique. C'est vraiment Moonlight Mile meets Gravity. Et je n'ai pas envie d'en dire plus si ce n'est que le jeu se finit en quelques heures, qu'il n'est pas très compliqué, et qu'il met en scène un seul personnage, les autres étant présents par la voix seulement (très bien jouées d'ailleurs). L'immersion spatiale est complète et parfaite, aucun autre jeu ne procure ce sentiment d'immensité et de vide. Le tout transcendé vraiment par les sons, la musique minimaliste. Des plaines du Kazakhstan aux confins d'une base lunaire, c'est vraiment un voyage total. Les trophées sont sympas, liés à des collectibles essentiellement, ou des objectifs secondaires. Vraiment un chouette jeu.

Batman: The Enemy Within
Si techniquement le jeu est bien plus réussi que son prédécesseur (qui était buggé et mal fini), en revanche au niveau gameplay c'est l'ennui, et on se retrouve avec le sentiment du Telltale de trop. A toutefois deux points près:
- un méta objectif qui sort un peu de l'ordinaire puisque dans ce titre tout nos choix façonnent le Joker du jeu suivant je crois 4 profils possibles, et donc Telltale a fait un travail de dingue pour une fois car les choix lancent des développements de jeu complètement différents. Ils ont indiqué que la quantité de dialogues possibles pour le seul 5ème épisode de la saison est plus importante que l'ensemble des dialogues de la trilogie Nolan, et je crois que c'est vrai (ou plausible) tant d'options sont possibles.
- l'identité de Batman connue par certains personnages.

A Storm Boy
Un mignon petit jeu basé sur le célèbre conte australien du même nom. Très poétique et nostalgique. Très court aussi (une petite heure).

Telling Lies
Petite pépite indé, on est en fait dans un enquête game où l'on doit simplement visionner un ensemble de vidéos de conversations skype et essayer de reconstruire l'histoire. Les vidéos doivent être cherchées via un moteur de recherche et  l'utilisation de mots clés. Ces mots clés peuvent être n'importe quoi, mais évidemment c'est une bonne idée d'utiliser des mots entendus dans les vidéos : un nom de lieu, de personnage, etc. On peut aller assez vite dans la recherche puisqu'on peut highlighter directement le mot que l'on veut rechercher dans les sous titres des videos regardées. Par contre, les vidéos lancées commencent pile au moment où le mot que l'on a recherché est prononcé dans la vidéo, et donc on se retrouve à faire du rembobinage arrière constamment pour caler la vidéo au début. Je précise : chaque vidéo représente un côté de la discussion Skype, donc c'est assez particulier, et on ne peut pas lancer en même temps deux vidéos représentant les deux côtés de la discussion (ce serait trop simple). Bref... c'est conceptuel, et une expérience très particulière, mais chez moi ça a marché. Le jeu des acteurs est excellent (ce n'est pas du CG mais des vidéos en prise de vue réelles), et je ne peux que vivement vous le recommander.
Les trophées sont liés pour partie à la progression, et il y en a liés à des activités secondaires (l'ordinateur sur lequel on cherche les vidéos dispose d'un jeu de Solitaire, etc.). Compter 4-5 heures de jeu en tout.

J'en profite pour également indiquer que depuis septembre j'ai aussi relancé la PS3 pour finir de platiner GOW 1, 2 et 3 (8 ans après), Flowers, et je vais aussi finir complètement Heavy Rain. GOW 3 a très bien vieillit, visuellement ça tient encore la route largement je trouve.
4
Jeux vidéo / Re : Assassin's Creed
« le 15 Octobre à 11:03 »
Merci pour cet avis détaillé.

Je te rejoins sur la tendance open world du moment, c'est vrai que je m'en lasse un peu aussi. j'avais apprécié finalement le Rise of the Tomb Raider qui est un open world en zone, ne nécessitant pas de rester scotché à un GPS en bas de ton écran...

Pour Assassin, c'est marrant j'ai relu le topic intégralement et c'est vrai que les premiers jeux m'avaient, nous avaient vraiment emballés...
Ensuite, bon personnellement le dernier que j'ai fait c'est Rogue, qui date de 2013, 7 ans déjà.
Unity me tentait bien mais je n'avais pas de PS4.
Puis j'ai vu que Unity souffrait de bcp de bugs (syndrôme des jeux rushés),
Puis Syndicate,
Puis le reboot avec Origins,
Puis donc cet Odyssey qui semble quand même s'éloigner un peu du matériau originel (d'ailleurs y a t-il encore les histoires de Abstergo, tout ça?).
Ta review est encourageante et je me laisserai bien tenter... une fois mon impressionnant backlog évacué héhé!
5
Jeux vidéo / Re : Vos derniers jeux testés !
« le 18 Septembre à 12:04 »
Ouais, ça m’a secoué aussi...
6
Jeux vidéo / Re : Vos derniers jeux testés !
« le 18 Septembre à 05:01 »
Mise à jour de la liste, je poursuis mon rythme stakhanoviste pour enfin prendre la mesure de cette génération 512 bits.
Citation de tinou le 4 Juin à 02:47
D'ici la fin d'année je prévois de finir :

Catégorie jeux narratifs / AA:
- Telltale Walking Dead
- Life is Strange - Before the Storm
- Life is Strange 1 et 2
- The Wolf Among Us
- Batman: The Enemy Within
- Deliver Us the Moon

Catégorie gros zizi financier / AAA
- Last Guardian
- Shadow of the Tomb Raider
- A Plague Tale - Innocence
- Red dead online
- Rise of the Tomb Raider
- Uncharted - The Lost Legacy
- Horizon Zero Dawn


Catégorie petits jeux indies
- Donut County
- GRIS
- Refunct
- Oxenfree
- Child of Light
- Telling Lies
- What Remains of Edith Finch
En préambule de ces logs, je tiens à peut-être tempérer mon objectif de tout finir dans l’année, car déjà j’ai rajouté énormément de jeux (en mode “j’essaie de me faire un best of de la génération actuelle”), et d’autre part, parce que, et le post du jour le confirme, je repousse le plus possible les gros jeux AAA, c’est à dire les jeux les plus longs. Je vois qu’Horizon par exemple est très long. Last Guardian, Shadow of the Tomb Raider, A Plague Tale vont aussi me demander plusieurs dizaines d’heures chacun à priori. Donc on fera ça dans la douceur hivernale.

Ici donc, deux « triple A », et le reste concerne des jeux indés, relativement courts.

Refunct
(tout) petite simulation Mirror's Edgeienne sur fond de synthwave. C'est court, relaxant, et fait passer un bon moment. J’ai dû y passer en tout 3 heures : les speedrun en 8, 6 puis 4 min demande de bien mémoriser le parcours.

GRIS
Un jeu de plateforme 2D absolument magnifique, sur la thématique de la rupture sentimentale et du deuil de l’autre. Très réussi artistiquement. Je dirai 4-5 heures pour le finir avec tous les trophées. Certains sont un peu retords (séquence de la murène).

The Wolf Among Us
Moi qui pensais qu’en dehors de TWD, aucun jeu Telltale ne valait le coup, je me suis vraiment trompé. J’ai mis le temps mais j’ai pu enfin faire ce jeu extrait de l’univers du comic Fables, que je ne connaissais absolument pas. Et franchement, c’est un petit chef d’œuvre. Déjà techniquement sur PS4 il est absolument parfait et ne souffre d’aucun bug ou ralentissement ou autre bizarreries communes des jeux Telltale. Les couleurs sont superbes, l’ambiance est vraiment surprenante. J’ai vraiment adoré et j’attends la saison 2 avec impatience. Ca se suit comme un feuilleton d’enquête, avec une chtite binouze à la main ça passe vraiment bien.

What remains of Edith Finch
Petite claque également, si vous voulez un jeu avec un gameplay et un scénario original je ne peux que vous le recommander. C’est court et fait un peu office de walking simulator, mais les histoires un peu glauques de chacun des membres de cette famille dans cette étrange maison marquent. J’ai en tête deux séquences particulièrement marquantes mêlant narration et gameplay vraiment étranges. Par exemple cette séquence dans la fish canery où on débite du poisson d’un côté avec stick droit / boutons, et on fait progresser un personnage dans un monde onirique (celui dans la tête du débiteur) avec le stick gauche… Visuellement c’est sublime. Le côté artistique se ressent vraiment partout, sans les aspects cheaps inhérents à ce genre de production (on sent qu’un budget relativement important a dû être nécessaire à sa conception). Ce jeu vous occupera 2 bonnes heures, trophées inclus. Vraiment je ne regrette pas.

Oxenfree
Dans la catégorie walking simulator arty, celui-ci est vraiment pas mal. Bavard, trèèèèèèès bavard mais très bien écrit et interprété, donc l’histoire se suit facilement. Le principe est simple : on se balade sur une île un peu mystérieuse avec son groupe de potes, et on se parle. On a des choix à faire parfois, et plusieurs options de dialogues, et suivant que globalement nos réponses soient sympathiques ou mal lunées, on peut enclencher des développements différents, et in fine, des conclusions différentes (le jeu dure 3 heures). Pour les trophées, il faut faire le jeu au moins 3 fois. Autant les deux premières étaient sympathiques car vraiment il y a des différences selon que l’on joue globalement une personne positive, ou négative. Par contre le troisième walkthrough (je ne vous dis rien, allez voir la description des trophées si ça vous intéresse) est vraiment loooooooong.

Uncharted Lost Legacy
Techniquement renversant, et un duo de personnages attachant (Nadine et Chloe) pour une bonne réiteration de la formule Uncharted, avec quelques nouveautés intéressantes (par exemple, le relatif open world du chapitre 4). A noter : plus de caisses improbables trainant çà et là. Les trophées sont classiques pour du Uncharted. Les décors sont fabuleux et immersifs, les scènes d’action toujours très fluides. Un bon moment qui m’a occupé une dizaine d’heure, trophées inclus.

Rise of the Tomb Raider – 20 Year Celebration
C’est la version avec tous les DLC, et tout et tout.
Donc et bien par rapport au reboot de 2013, j’ai été globalement moins hypé par cette suite, qui, côté gameplay, décline exactement la même formule mais dans un décorum sibérien (au demeurant fort joli). Mais sur le plan de la narration et de l’action, j’ai trouvé le préquel de 2013 beaucoup plus nerveux, rude, et globalement mieux écrit. Celui-ci est plaisant à jouer, les décors sont superbes, mais au final je retiens plus le côté check list des activités plus que le côté immersif. Côté trophées, c’est relativement classique pour la plupart, avec une particularité : les Score Attacks. En effet, chaque séquence ou zone du jeu peut se rejouer indépendamment en mode Score Attack, avec des objectifs divers (mais globalement, ça consiste à faire du speedrun en essayant de ne pas faire d’erreur et faire le plus de loot possible). Le jeu offre un système de cartes assez riche modifiant certains aspects de gameplay (pas de trousse de soin au départ, flèches infinies, skills débloquées, etc.) pénalisant ou bonifiant les caractéristiques de Lara, ou bien des ennemis. Il y a vraiment énormément de cartes possibles et donc de combinaison. Au fur et à mesure que l’on progresse dans le jeu on débloque des crédits avec lesquels on peut acheter ces cartes (on peut aussi en acheter avec du vrai argent, mais franchement… il n’y a vraiment pas besoin d’en arriver là, le jeu étant très généreux en crédit). Avant de refaire chaque séquence en mode expédition, il faut donc bien ajuster un deck de maximum 5 cartes activables, et s’y tenir car elles sont pour la plupart, à consommation unique ! Mais, il y a une leaderboard permettant de regarder les scores d’autre joueurs, et de voir les cartes avec lesquels ils ont joué, et pour une somme de crédit modique (2000), on peut jouer avec les mêmes cartes même si on ne les possède pas dans sa collection. Enfin bref, je ne sais que penser de cette formule, mais clairement les trophées liés aux Score Attack sont les plus time consuming. A voir si on aime ou pas. Les DLC sont inégaux : Endurance (Single et Coop) apportent vraiment un plus en nous plongeant dans la forêt sibérienne (différente à chaque fois car randomly generated) dans laquelle il faut survivre le plus de jours possibles, avec des objectifs divers à remplir (trouver des artefacts, capturer des camps, manger, chasser, faire du feu). Il y a deux jauges : une de froid et une de faim, et celles-ci se déplètent assez vite passés quelques jours dans la taïga gelée. Très sympa. Les DLC apportant des chapitres supplémentaires sont plus dispensables (Croft Manor et ses zombies, et Baba Yaga). Enfin, le mode Cold Darkness est également sympathique mais en deux heures on en fait vite le tour. Pour ma part il me reste tous les trophées du DLC Endurance Coop à obtenir, mais je peine à trouver un partenaire de jeu.
7
Le Comptoir / Re : Un Joyeux anniversaire !!!
« le 16 Septembre à 10:05 »
Bon anniversaire Vanina!!!!

Tu as prévu un truc spécial aujourd’hui pour l’occasion?
8
Jeux vidéo / Re : Assassin's Creed
« le 1er Septembre à 09:55 »
Du coup Squekk, tu as enchaine sur Odyssey?
tu vas faire Valhalla?
9
Je me demande à quel prix serait partie cette paire il y a 3 mois, avant la sortie du documentaire Netflix...
10
Anime et manga / Re : Vos découvertes Anime / Manga
« le 11 Août à 01:31 »
Sinon, toujours pas de nouvelles pour la fin de X ?
J’attends depuis 20 ans mon volume 19...
11
Jeux vidéo / Re : Vos derniers jeux testés !
« le 13 Juillet à 12:21 »
Quelques jours apres, je reviens sur Life is Strange 2, et cette fin (et l’une d’entre elles particulièrement - celle que j’ai eu) qui me hante. Ce jeu nous raccroche tellement à la vie reelle ou en tout cas a sa propre expérience je trouve : l’education, la fraternité, le fait qu’aucun choix n’est 100% positif ou negatif... et les conséquences.

Faites-le, je ne peux vraiment que vous le conseiller. Mais préparez vous à être secoué comme jamais, émotionnellement c’est vraiment très dur.
12
Jeux vidéo / Re : Vos derniers jeux testés !
« le 10 Juillet à 11:55 »
Je continue ma liste, que j'ai d’ailleurs étoffé depuis :mrgreen:
Citation de tinou le 4 Juin à 02:47
D'ici la fin d'année je prévois de finir :
- Telltale Walking Dead
- Horizon Zero Dawn
- Rise of the Tomb Raider
- Child of Light
- Life is Strange 1 et 2
- et donc, Red dead online

- GRIS
- The Wolf Among Us
- Last Guardian
- Life is Strange - Before the Storm
- Donut County
Donut County :
Jeu indépendant très original où l'on incarne.... un trou! Oui Monsieur parfaitement !
Je n'en dis pas plus, mais c'est assez fun et ça fait le job niveau détente.

Telltales's Walking Dead :
J'avais fait la saison 1 sur Xbox 360.

La saison 2 sur PS3.

J’avais adoré ces petits jeux narratifs à l’époque, mais ensuite je ne sais pas pourquoi, Telltale n’a pas enchaîné immédiatement, a eu tout un tas de problèmes, et a mis la clef sous la porte. Mais j'ai finalement appris qu’ils avaient quand même bouclé la série avec une saison 3 et 4. J'ai donc sauté sur la Definitive Edition contenant les 4 saisons, plus la mini-série Michonne (très moyenne), plus l'épisode 400 Days  (très bon, qui fait plein de jonctions avec et éclaire le background de certains persos des saisons ultérieures).
J’ai refait les saisons 1 et 2, pour me replonger dans l’histoire et aussi parce que je voulais avoir le legacy de mes choix pour la suite.

Puis j’ai enchaîné avec les saisons 3 et 4.

Celles-ci sont d'ailleurs graphiquement bien plus abouties que les deux premières.

La saison 3 est un peu lambda au niveau du scénario cependant j'ai trouvé (la BD et la série TV ayant déjà exploré bien des thèmes abordé dans cette saison en fait), même si le parti pris de faire un simili reboot en repartant avec de nouveaux personnages était osé. Clementine est en second plan, le héros est intéressant mais il n’a pas cette âme palpable dans les saisons précédentes, et il se laisse conduire un peu en mode automatique le long des choix du jeu.

La saison 4 est pour moi un sommet d'émotion par contre : déjà c'est la dernière saison, la fin de l’histoire, le terminus. Et on a bien failli ne pas y avoir droit (faillite de Telltale, et Skybound qui vient in-extremis en renfort boucler les deux derniers épisodes de cette saison 4).  J'ai trouvé le scenario, le développement des personnages, la musique et l'ambiance, tout cela vraiment très bons. J'ai été très ému sur la fin, quitter Clementine... fichtre, ce personnage m'a assez marqué.
Les musiques de Jared Emerson-Johnson et le score "alternative rock/root US dépressifs post-Trump" sont très bonnes dans cet opus.
Ci-joint quelques extraits (une des chansons est également présente sur la Saison 2 – je vous laisse deviner laquelle !) :

https://www.youtube.com/watch?v=EDK9jsQ5itA

https://www.youtube.com/watch?v=qVWmELSsuHg

https://www.youtube.com/watch?v=vB0a9wLHGz8

https://www.youtube.com/watch?v=-zpqc2Hh_Qc

https://www.youtube.com/watch?v=9vHn4UIwKck

https://www.youtube.com/watch?v=_dAOhepWxds

Bref, du très bon. Mais je pense que l’utilisation de la musique plus marquée dans cette ultime saison vient sans doute du fait qu’entre les saisons 3 et 4 de Walking Dead…

… ben il y a eu Life is Strange !

Du studio français Dontnod.

Et en un seul mot : sapoutre :o

La première saison (Life is Strange 1 – composée de 5 épisodes) est surprenante par le traitement de ses deux personnages principaux, deux héroïnes. Les sujets abordés sont forts : harcèlement scolaire, maladie, drogue, déclassement social, etc. On est sur un format de thriller / enquête, avec du surnaturel : l’héroïne peut remonter le temps, et on peut donc changer certaines actions/dialogues. La musique est superbe tant les thèmes principaux que les morceaux sous licence choisis pour illustrer certaines scènes.

Tout ceci est encore plus poussé dans Life is Strange 2, qui m’a alors là pour le coup vraiment mis une claque par son histoire, ses thèmes, ses dialogues, la construction du scénario. Techniquement il est aussi bien plus abouti que le premier (autre grosse claque graphique next gen pour ma part, surtout les 3 premiers épisodes). L’ambiance sonore est juste dingue, et les morceaux sous licence habillent encore mieux que dans le 1 chacune des séquences. Dontnod a fait appel à Jonathan Morali aka Syd Matters encore une fois, et je ne connais pas ce monsieur mais il est vraiment talentueux. :o

La formule est très différente de LiS 1 - qui est une sorte de huis-clôt dans la petite ville côtière fictive de Arcadia Bay. LiS 2 prend le contrepied en proposant un road movie qui prend place entre Seattle et le Mexique. Les décors et les lumières sont juste magnifiques (les grandes forêts de conifères près du Mont Rainier, les contrées enneigées de l’Oregon, les Seqoia en Californie du nord, etc.) et pour cet aspect ainsi que pour le scénario, on pense immédiatement Into the Wild, mais avec un discours politique bien plus incisif. On y dénonce tour à tour le racisme, l’intolérance, les dérives sécuritaires, les armes, le sectarisme, et globalement toute l’actualité récente US : élection de Trump, mur mexicain, révoltes contre la police... Un des personnages rencontrée dans l’Episode 1 donne le ton d’entrée : « Everything is political, Sean »… Ambiance. Je ne suis pas certain non plus que la Manif pour Tous appose son Seal of Quality sur le jeu quand on voit le traitement qu’il y est fait de l’homosexualité. Et pour être tout à fait complet dans la panoplie « jeu de gauche », le jeu tient également un discours assez aboutit sur la légalisation des drogues douces. C’est d’ailleurs bien la première fois qu’un jeu me fait faire de l’agriculture de cannabis…
Certains personnages comme celui de Cassidy ou de Finn sont suffisamment développés pour qu’on s’y attache vraiment, sans parler du héros de l’histoire, Sean. 

Dans le genre illustration quasi-naturaliste d’une certaine Amérique à la dérive, le jeu est vraiment spot on.

Une très très grosse baffe pour moi donc. Je suis sorti de là… vraiment à terre, marqué à vif. Limite déprimé. :pleure:

Quelques morceaux marquants (le jeu est très bon pour faire découvrir d’autres musiques) :
First Aid Kit – I Found A Way

https://www.youtube.com/watch?v=83-QaVJwvrk
Milk & Bone – Natalie

https://www.youtube.com/watch?v=DzyocPQvfEU
Cascadeur – Meaning

https://www.youtube.com/watch?v=0RBma9uIcb8
Phoenix – Lisztomania

https://www.youtube.com/watch?v=nyjm3blEw9w

Mais il y a aussi du Gorillaz, du Justice…

Et les pistes sublimes composées pour le jeu par Jonathan Morali, avec par exemple :
Into the Woods

https://www.youtube.com/watch?v=e9tyXKR4sRs
A Long Road Ahead (Nightbus)

https://www.youtube.com/watch?v=zeq9ZL4JiMw&t=6s

Bon, c’est toujours un peu limité les posts comme ça, où on donne son avis... Car, soit vous y avez joué, et donc vous voyez très bien de quoi je parle et pas besoin de ce post en plus, et on peut discuter éventuellement. Soit non, et je ne sais pas si ce genre de post peut vous inciter ou non à vous y plonger. Si vous avez un peu de temps devant vous (boucler les 5 épisodes de la saison 2 prend au total entre 10 et 15 heures je pense) surtout foncez! Aucun skill demandé, juste appuyer sur des boutons pour faire des choix à certains moments, le reste se déroule vraiment tout seul ou presque.

C'était en tout cas largement mieux que la fin de la série Homeland :o pour laquelle je ne ferais pas de post car Claire(ment) sapoutrepas.


13
Sur le front du lycée français de Tokyo, les choses stagnent :

https://lepetitjournal.com/tokyo/parents-lycee-francais-tokyo-tribune
Citation
Appel à l’aide des parents de Tokyo
Par Groupe Parents du LFIT | Publié le 05/07/2020 à 14:24 | Mis à jour le 05/07/2020 à 14:46



Peu de gens le savent en France, mais l’éducation au Lycée Français International de Tokyo est d'environ 1000 euros par mois par enfant. Cela représente 150 000 euros pour une scolarité complète de la petite section à la terminale. Un investissement considérable que nous étions prêts à payer tant que nos enfants recevaient une éducation française de qualité.

Mais depuis le début de la crise du coronavirus, la qualité de cette éducation s’est considérablement dégradée. Si certaines classes ont eu droit à un vrai suivi et des cours par vidéoconférence plusieurs fois par semaine, d’autres classes n’ont eu aucun « zoom », et ce malgré les plaintes répétées des parents. Le Lycée Français vante son excellence, mais dans cette crise il n’a pas su mettre en place des outils pédagogiques modernes et adaptés à l’éducation à distance. Ce n’est pas le Lycée qui a assumé la « continuité pédagogique », ce sont les parents qui ont dû porter la casquette du professeur. Tout en continuant à travailler.

Conscients du caractère inédit de la crise, nous avons été patients. Trop patients. Le 1er juin, nous avons vu les écoles japonaises rouvrir, avec des plans progressifs tenant compte de l’évolution de la crise, mais toujours une véritable volonté de rattrapage scolaire : réduction des vacances d’été, cours supplémentaires en semaine ou prévus pour la rentrée… Le 14 juin, nous avons entendu Emmanuel Macron annoncer la reprise normale des cours sur tout le territoire français, un pays qui compte 30 fois plus de décès qu’au Japon. Pourtant au LFI de Tokyo les lycéens ont dû continuer à étudier à la maison jusqu’aux vacances, les collégiens n’ont eu que 4 jours de cours depuis la « reprise », en maternelle 1,5 jour par semaine, en primaire 2,25 jours par semaine.
 
Pendant ces quatre mois beaucoup d’enfants ont décroché, tous ont souffert de lacunes pédagogiques, il faut les rattraper - ou au moins tenter de le faire. Ce n’est pas le choix du Lycée Français et nous ne comprenons pas pourquoi. Aucune forme d'enseignement n'a été proposée pendant les vacances d'été. Le lycée refuse catégoriquement des cours supplémentaires à la rentrée, même pas « une heure le mercredi » comme nous le demandions. Argument avancé : cela fatiguerait les enfants.

Nous ne minimisons pas l’ampleur de cette crise. Nous savons bien que la rentrée pourrait être à nouveau compliquée. Mais c’est précisément pour cela qu’il nous faut un vrai plan pour septembre. Aucun scénario ne nous a été communiqué. Tout ce que nous avons reçu c’est une lettre nous souhaitant de bonnes vacances et rendez-vous après le 20 aout. Au royaume du programme, ce manque d’anticipation est très mal vécu.
 
Le mécontentement grandissant parmi les parents d’élèves a amené à la création d’un collectif visant à regrouper les efforts individuels : « Parents du LFIT ». 300 membres ont rejoint ce groupe Facebook. Tous partagent un sentiment d’injustice.

Après des mois de bataille avec la direction, tout ce que nous avons obtenu c’est un gel de l'augmentation de 1,8% des frais de scolarité pour la rentrée 2020. L’Agence pour l’Enseignement du Français à l’Etranger a aussi décidé une réduction de 30% des frais de scolarité en maternelle. Pourquoi seules les maternelles ? Si cette réduction prouve que le lycée reconnaît ses manquements, tous les parents sont concernés.  Et c’est toutes les familles qu’il faut aider.

Ce n’est pas un reproche aux professeurs qui pour la majorité d’entre eux ont été vaillants, souvent créatifs, c’est une constatation : c’est nous qui avons assumé cette éducation. Si l’école était gratuite, nous pourrions comprendre. Mais ici elle est très chère. Nous ne travaillons pas pour de grosses entreprises qui payent les frais d’écoles, nous ne sommes pas de riches expatriés. Nous n’avons aucun soutien financier.
 

 

On nous rétorque que c’est une crise mondiale et que tous les lycées français du monde ont été touchés, mais le notre dispose d’une réserve de plus 12 millions d’euros. Pourquoi cet argent n’est-il pas utilisé pour nous aider, mais aussi investir dans des dispositifs numériques, des formations pour les professeurs, des cours supplémentaires ? Non, le lycée s’entête à vouloir acheter un nouveau bâtiment, en contradiction avec les propos du directeur de l’AEFE qui annonce ce 30 juin que tous les projets de développement sont « revus à la baisse ».

On nous rétorque enfin que l’école n’est pas un service. Ce n’est pas un service, c’est un droit, un devoir, une obligation. Et nous l’avons défendu. Si l’école n’est pas un service, elle a un coût. Et ce n’est pas aux parents de porter, seuls, le coût de l’effondrement de la qualité de l’enseignement.

Nous devons payer 1000 euros par mois parce que c’est un lycée privé.
Nous ne pouvons pas employer le mot de « service » parce que le lycée fait partie d’un réseau public.
Nous n’aurons pas de cours de rattrapage parce que c’est ainsi en France.
Lorsque les écoles reprennent en France, on nous dit qu’on est au Japon.
Nous sommes perdus.

Nos appels sont restés sourds. Le Lycée, l’AEFE, l’Ambassade ont balayé toutes nos demandes. Nous avons besoin de l’aide des instances françaises. Nous demandons un vrai geste financier de solidarité : une réduction substantielle des frais de scolarité pour le troisième trimestre, pour tous les parents. Sans cela, certains d’entre nous n’auront d’autre choix que de retirer leur enfant du Lycée Français. Partageons le coût de la crise, afin d’assurer un avenir et une éducation française à tous nos enfants.
C'est vrai, le LFIT a été très léger dans sa gestion des professeurs, on nous  a dit maintes fois que la direction n'intervient pas dans ce que font les profs, qu'ils sont libres, etc. à l'image de ce qui est fait  en France.
Bon ok... Alors nous avons eu beaucoup de chances. Mais la classe juste à côté par exemple, n'a pas du tout eu cette chance : la prof n'a organisée aucun zoom, aucun suivi, rien entre fin février et début juin (date de reprise des cours le 3 juin à raison de, 1.5 jours par semaine - teeeeeeellement pratique, et évidemment vacances le 29 juin au soir hein, parce que bon...). Dans un autre cas, la prof en question s'est enfuie à Taiwan, et ne reviendra pas au Japon à la rentrée... D'ailleurs le lycée peine à recruter et a ouvert ses postes à tout type de profil, y compris donc ceux dont ce n'est pas le métier.

On a pu faire des benchmarks avec les autres écoles internationales, et il n'y a pas photo : deux séances de zoom (matin et après-midi) par jour même en petite section, etc.

Enfin bref, le notre rentre en CP, et nous l'avons mis dans une autre école internationale pendant les 2 mois de fermeture du lycée... 400 000 JPY pour 6 semaines. Pour assurer une mission qu'aurait du naturellement assurer le lycée (et que nous avons payé fort cher par ailleurs) : toutes les écoles ici ont raccourcies ou annulé leurs vacances estivales. Toutes. Sauf une.



14
Jeux vidéo / Re : Vos derniers jeux testés !
« le 23 Juin à 03:51 »
Citation de tinou le 29 Janvier 2019 à 06:43
Squekk,
J’en suis au debut du Chapitre 3, mais quelle claque j’ai pris, j’ai vraiment perdu enormement de temps a explorer la map et faire plein de trucs annexes. Je checkerai mon temps de jeu en rentrant, mais vraiment c’est juste genial. Les paysages sont grandioses et c’est vraiment tres immersif.
Et donc… quelques 18 mois plus tard, je peux enfin faire un bilan définitif de Red Dead Redemption II. J’avais pris bien 10 mois pour explorer le mode solo dans tous ses recoins en 2019. Début mai 2020, je me suis motivé à me replonger dans le jeu pour finir les 70 gold medals du mode solo, et grinder le mode online (from scratch je précise, je n’y avait absolument pas touché l’an dernier) pour finir d’obtenir tous les trophées.

Ce qui fut chose faite hier soir. :shifty:

Je peux donc faire un bilan tout à fait exhaustif du jeu : un mode solo dans un monde ouvert gigantesque et magnifique, avec un gameplay immersif faisant simplement l’éloge de… la lenteur. Une musique d’ambiance et un sound design juste parfaits. Tout cela a été dit.
Une fois tous les endroits de la map explorés (non je ne me suis pas aventuré encore « en dehors » de la map), tous les animaux étudiés, toutes les missions et objectifs secondaires accomplis,  tous les animaux légendaires chassés, tous les trésors trouvés, toutes les gravures rocheuses analysées, les collections de fleurs exotiques finies (très long), tous les poissons rares pêchés, tous les os de dinosaures exhumés, toutes les cartes de cigarettes collectées, tous les points d’intérêts checkés…, que reste-t-il pour se dire en avoir vraiment fait le tour ?
Dans mon cas, la seule tâche restante consistait à obtenir 70 médailles d’or sur la plus de centaine de missions que compte le jeu. Il y a d’ailleurs un objectif similaire dans GTA V (mais je n’ai jamais eu le courage) … Pour Red Dead II, j’ai franchi le pas et j’ai donc fait quelques replays (j’en avais une trentaine à la fin du mode histoire) pour boucler ces médailles. Ce ne fut pas très difficile, simplement c’est long car comme je le disais c’est un jeu qui prend son temps, à l’instar des 2h48 de The Hateful Eight de Tarantino en fait (qui est une des matrices du jeu) : longs dialogues (mais réussis), séquences de déplacement à cheval (et un cheval, ce n’est pas hyper rapide ni très maniable/souple)… On peut zapper les cinématiques, pourtant je ne le recommande pas tant elles sont réussies. D’ailleurs The Hateful Eight n’est pas le seul Tarantino dont on peut retrouver l’ambiance dans RDR II : par exemple, le manoir des Braithwaite rappelle fortement celui de Di Caprio dans Django Unchained.

Niveau temps de jeu, mon profil sur le Rockstar Social Club indique pour le solo :  6 jours, 21 heures et 53 minutes, soit donc environ 166 heures, ce qui n’est pas négligeable en temps passé sur un jeu payé une soixantaine de dollars, et qui a été développé sur plusieurs années. On est dans la belle simulation de randonnée équestre la plupart du temps, en chemise à carreaux et barbe de hipster du canal Saint-Martin de surcroît (sauf si vous vous rasez tous les matins). On regarde les orages, les montagnes au loin (ahurissante distance d’affichage). L’immensité (et la petitesse aussi tant on y retrouve un condensé des environnements et paysages états-uniens) et surtout la profondeur (je veux dire par là : météo, animaux, interactions avec PNJ, activités) de la map du jeu permettent de se lancer des petits défis, rapidement réalisés, de partir et y revenir plus tard. Sortes de micro-aventures dont on ne connait jamais l’itinéraire à l’avance, entrecoupées de séances plus contemplatives. Certains diront que c’est chiant, c’est sûr. Pour moi c’est juste lent, dans le sens positif du terme bien évidemment (slow life). On s’évade et on voyage, simplement. Les acteurs sont géniaux, l’histoire est vraiment bien écrite et intéressante, et franchement j’ai accroché à cette idée de clan qui évolue et transitionne vers l’ère moderne. Bref, vous l’aurez compris, ce jeu est dingue.
Les trophées sont exigeants en terme de temps passé (pas de difficulté), ce qui explique aussi le nombre d’heures relativement élevé.

Sur le mode online : déjà, je dois prévenir que je ne suis absolument pas habitué ni amateur de jeux onlines (disons hormis les jeux de baston, et encore j’ai arrêté il y a bien longtemps) et j’y suis allé à reculons car, 18 mois après la sortie du jeu, n’allais-je pas me retrouver en face joueurs qui n’ont fait que ça depuis la sortie du jeu, et donc ne pas pouvoir progresser car ne pouvant participer qu’à des matches fortement déséquilibrés ?
Pas du tout. Les showdown series ne sont pas l’alpha et l’omega du online du jeu. Il y a une foultitude de choses à faire en free roam : missions de PNJ, missions faisant partie d’un mini mode histoire (d’ailleurs pas si mal foutues), courses… on peut aussi choisir de jouer un ou plusieurs rôles spécifiques : bounty hunter, trader, collectors… et même moonshiners. Clairement le rôle de collector permet, une fois pelle et détecteur à métaux achetés, de monter très rapidement en rang. Les missions du mode histoire fournissent aussi beaucoup d’XP. Ensuite il y a les courses (il y a deux semaines j’en ai fait pas mal car c’était une semaine spéciale où l’XP était multipliée par 3). Deux systèmes monétaires coexistent : l’or et les dollars. L’or ne sert finalement pas à grand-chose hormis acheter le ticket d’entrée de chaque rôle.
Les trophées du mode online sont assez sympathiques et straighforward. Seuls deux sont réellement challenging :
-   The Real Deal, qui consiste à finir MVP à trois reprises dans une session compétitive avec 4+ joueurs. Pour ma part, j’ai pu faire cela sur des courses. Au final j’ai dû faire 20-30 courses en tout, et donc j’ai pu finir en tête à trois reprises, donc vous voyez c’est largement faisable, surtout sur les open courses, qui consistent à faire un passage d’obstacle ou de tirs sur cibles dans l’ordre que l’on souhaite.
-   All’s Fair, qui consiste à empêcher une faction ennemie de finir une mission donnée par un PNJ : ce trophée était très facilement obtenable quand le jeu est sorti, car les gens faisaient beaucoup de missions PNJ. Mais maintenant… il faut vraiment traîner à Saint Denis ou d’autres villes pour espérer voir quelqu’un lancer une mission et tenter de lui saboter (par exemple, s’il doit faire une livraison, il faut l’en empêcher en détruisant le chariot).

Je n’ai donc que très peu fait les modes showdown (en gros ceux consistant à s’abattre mutuellement, ou mode de jeu similaire : king of the hill, etc.), car les joueurs expérimentés ont forcément un meilleur équipement et un meilleur deck d’ability cards, et le ratio XP gagné / temps passé n’était clairement pas en ma faveur.
Autres possibilités : les free roam events, générés toutes les heures ou presque : partie pêche ou de chasse, etc. je n’en ai fait qu’une ou deux fois, en faisant partie d’une Posse. D’ailleurs ce système de Posse est intéressant pour qui veut optimiser ses gains XP ou dollars, à condition que tout le monde soit bien coordonnés, ce qui ne m’est pas arrivé…

Au final, après 45 heures passées dessus, je suis niveau 50, et je n’ai pas encore fait les rôles Moonshiners, ou Traders… Je vais faire une pause bien méritée, on verra si j’y reviendrai à l’avenir. Je pense que ce n’est pas évident de faire un mode online comme ça : le truc sort en version Beta à la sortie du jeu ou très peu de temps après, avec des fonctionnalités limitées, et peu de contenu. Mais tout le monde s’y met et grind. Et quand la vraie version arrive avec des nouveaux modes, ben… bcp de joueurs sont déjà très forts, riches, et complètent donc très facilement ces nouveautés, et du coup restent sur leur faim. Et donc oui, des nouveaux joueurs arrivent, mais sont découragés de se retrouver parfois contre des joueurs trop forts. Si au contraire le online sort exactement en même temps que le jeu solo, comme on utilise toute la map du jeu dans le cas de RDR 2 online, on se divulgâcherait l’expérience solo. Enfin bref, ce doit être assez délicat à maîtriser ce genre d’équilibre.

15
Jeux vidéo / Re : Vos derniers jeux testés !
« le 4 Juin à 02:47 »
Citation de Ryô le 3 Juin à 07:10
Final fantasy VII Remake
Je n'avais pas joué à l'original qui m'avait rebuté, tandis que le VIII m'avait beaucoup plu.
Mon dernier opus était le XV qui m'avait profondément touché.

Excellent, pour mon avis.
Le système de combat est le même que dans le XV, ce qui autorise un combat dynamique où la stratégie, via les changements de personnage et l'utilisation des materias, prend toute sa place.
Je suis comme toi : jamais touché au VII, car la période Playstation 1 et 2 a tapé pile dans la fin d'adolescence-début de vingtaine quand souvent on s'éloigne des consoles pour s'intéresser à autre chose. Du coup je n'ai jamais ”fait” un Final Fantasy depuis le VI (bien sûr j'ai testé et joué à certains épisodes, comme ça chez des amis).

Le XV est-il difficile? on rentre facilement dedans? demande t-il beaucoup de temps de grinding? Y a t-il du online?
Citation
J'attaque Assassin's Creed odyssée, puis ce sera sûrement au tour de the last of us... Et peut être que je vais finir par me mettre à Red dead rédemption 2 un jour
Pour Assassin depuis Rogue je n'en ai touché aucun, un peu lassé de cette formule. Mais le Odyssey me tente bien je dois avouer, je me laisserai tenter d'ici fin 2020.

Pour Red Dead 2, tu peux y aller les yeux fermés, c'est un chef d'oeuvre. Je vais essayer de m'y remettre pour les trophées online.

D'ici la fin d'année je prévois de finir :
- Telltale Walking Dead
- Horizon Zero Dawn
- Rise of the Tomb Raider
- Child of Light
- Life is Strange 1 et 2
- et donc, Red dead online

De bonnes heures en perspectives... mais franchement, je ne trouve plus rien à voir sur Netflix (à part Mind Hunter), et l'offre de films à louer sur Apple TV est assez limitée (je me suis fait des films des années 60 de Godard, etc. par ce biais d'ailleurs, ils les ont en catalogue).  Niveau livre, rien ne me tente (je veux dire j'aurais pu commencer avec le confinement La Recherche du Temps Perdu, mais bon, il faut se discipliner, et puis j'ai préféré lire le livre de Yann Rousseau sur l'affaire Carlos Ghosn).

Donc, retour aux jeux videos.