Ryô

  • Sociologeek
  • Waffou
  • Chuck norris peut casser le bras de Rayman
  • Messages: 3 413
On est tous le con de quelqu'un d'autre

Un appendice ne sert pas forcément à rien. Chez moi, TOUS les appendices servent  :classe:


Mise a jour du blog le 27/12/06

iDam

  • ‾͟͟͞(((ꎤˋ⁻̫ˊ)—̳͟͞͞o
  • Modos
  • ▃ ▅ ▆ ▇ ▆ ▇ ▅ ▃
  • Messages: 12 586

Ryô

  • Sociologeek
  • Waffou
  • Chuck norris peut casser le bras de Rayman
  • Messages: 3 413
On est tous le con de quelqu'un d'autre

Un appendice ne sert pas forcément à rien. Chez moi, TOUS les appendices servent  :classe:


Mise a jour du blog le 27/12/06

MCL80

  • Modos
  • Messages: 4 615
Re : Re : Faits divers et compagnie
« Réponse #243, le 28 Janvier 2015 à 19:25 »
Citation de iDam le 28 Janvier 2015 à 14:27
Prochain numéro le 4 février. En plus, ça fait bien 3 semaines que je ne reçois plus leur newsletter.
Leur webmestre a été blessé dans l'attaque il me semble. J'espère qu'il se remet.

Mais ça explique aussi probablement un peu l'arrêt de la newsletter…
Re : Re : Faits divers et compagnie
« Réponse #244, le 13 Février 2015 à 19:35 »
Enfin!
(cliquez pour montrer/cacher)
Traitement des attentats par les télévisions et les radios : le Conseil rend ses décisions

Communiqué du jeudi 12 février 2015

Durant les attentats terroristes survenus en France entre le 7 et le 9 janvier 2015, les médias audiovisuels ont assuré l’information du public, remplissant le rôle essentiel qui est le leur.

Conscient des difficultés propres à la couverture d’une telle actualité, le Conseil supérieur de l’audiovisuel avait invité, par une note aux rédactions du 9 janvier, les télévisions et les radios à agir avec le plus grand discernement, notamment en vue de permettre aux forces de l’ordre de remplir leur mission avec toute l’efficacité requise.

A l’issue de ces évènements dramatiques, le Conseil a réuni le 15 janvier les responsables des chaînes de télévisions et des radios pour une réflexion commune.

Parallèlement, dans l’exercice des missions de contrôle qui lui sont confiées par la loi, il s’est assuré du respect des principes et des règles de la communication audiovisuelle par ces médias. Parmi les quelque cinq cents heures de programmes analysées, il a identifié des séquences susceptibles de constituer des manquements, qui ont fait l’objet d’une instruction contradictoire. 

Réuni en formation plénière mercredi 11 février, le Conseil a relevé 36 manquements dont 15 ont donné lieu à mise en garde et 21, plus graves, ont justifié des mises en demeure.

Ces décisions portent sur les faits suivants.

- La diffusion d’images issues de la vidéo montrant le policier abattu par les terroristes

Le Conseil a examiné la séquence de l’assassinat du policier Ahmed Merabet par les terroristes, diffusée par la chaîne France 24. Même si l’instant précis de la mort n’a pas été montré, cette séquence faisait entendre les détonations d’arme à feu ainsi que la voix de la victime et exposait son visage et sa situation de détresse. Elle a porté atteinte au respect de la dignité de la personne humaine.
En conséquence, le Conseil a décidé de mettre en demeure la chaîne de respecter ce principe fondamental.

Par ailleurs, il a considéré que la diffusion, sur France 5, de la une d’un journal britannique, le Daily News, montrant l’image du policier à terre, dans une situation de détresse, non floutée, quelques secondes avant d’être abattu, méconnaissait également le respect de la dignité de la personne humaine.
Le Conseil a mis en garde France 5 contre la réitération de ce type de manquement.

- La divulgation d’éléments permettant l’identification des frères Kouachi

Le Conseil a considéré que la divulgation, par i>Télé et LCI, d’informations concernant l’identification de Saïd et Chérif Kouachi, avant la diffusion de l’appel à témoins par la Préfecture de police et ce, en dépit des demandes précises et insistantes du procureur de la République, pouvait leur permettre de comprendre qu’ils avaient été identifiés et qu’ils étaient activement recherchés, ce qui risquait de perturber l’action des autorités.

En conséquence, il a décidé de mettre en demeure ces chaînes de respecter leurs obligations relatives à l’ordre public.

- La divulgation de l’identité d’une personne mise en cause comme étant l’un des terroristes

Le Conseil a considéré qu’en désignant une personne comme étant l’un des terroristes recherchés par les autorités, même en entourant cette information de certaines précautions, les chaînes BFM TV, France 2, i>Télé, LCI et TF1, ont non seulement manqué de mesure dans le traitement de l’enquête, mais encore pris le risque d’alimenter les tensions dans la population à partir d’une allégation qui s’est révélée inexacte.

Il a mis en garde ces cinq chaînes de télévision contre le renouvellement de tels manquements.

- La diffusion d’images ou d’informations concernant le déroulement des opérations en cours, alors que les terroristes étaient encore retranchés à Dammartin-en-Goële et à l’Hyper Cacher de la Porte de Vincennes

Le Conseil a considéré que la diffusion par les chaînes BFM TV, Canal +, Euronews, France 2, France 24, LCI et TF1, d’informations et d’images indiquant notamment le déploiement des forces de l’ordre, le positionnement exact de certaines d’entre elles ou encore la stratégie mise en place, aurait pu être préjudiciable au déroulement des opérations ainsi qu’à la sécurité des otages et des membres des forces de l’ordre, dans la mesure où les terroristes pouvaient y avoir accès.

Le Conseil a mis en garde les télévisions concernées au regard de la nécessaire conciliation entre la sauvegarde de l’ordre public et le respect de la liberté de communication.
 
- L’annonce que des affrontements contre les terroristes avaient lieu à Dammartin-en-Goële alors qu’Amedy Coulibaly était encore retranché à la Porte de Vincennes

Le Conseil a relevé que BFM TV, Euronews, France 2, France 24, i>Télé, LCI, TF1, Europe 1, France info, France inter, RFI, RMC et RTL, ont annoncé en direct que des affrontements avaient éclaté entre les forces de l’ordre et les terroristes à Dammartin-en-Goële. Il considère que la divulgation de cette information aurait pu avoir des conséquences dramatiques pour les otages de l’Hyper Cacher de la Porte de Vincennes, dans la mesure où Amedy Coulibaly avait déclaré lier leur sort à celui de ses complices de Dammartin-en-Goële.

En conséquence, le Conseil a décidé de mettre en demeure ces télévisions et radios de respecter l’impératif de sauvegarde de l’ordre public.

- La diffusion d’informations concernant la présence de personnes cachées dans les lieux de retranchement des terroristes, alors que les assauts n’avaient pas encore été menés par les forces de l’ordre et qu’un risque pesait donc toujours sur leur vie

Le Conseil a relevé que France 2, TF1 et RMC ont signalé la présence d’une personne qui était parvenue à se cacher dans l’imprimerie où Saïd et Chérif Kouachi s’étaient retranchés. Il constate aussi que BFM TV et LCI ont émis l’hypothèse qu’une ou plusieurs personnes s’étaient réfugiées dans une chambre froide ou dans une réserve du magasin Hyper Cacher où Amedy Coulibaly retenait ses otages.

Le Conseil a considéré que la diffusion de ces informations, à l’heure où les terroristes pouvaient encore agir, était susceptible de menacer gravement la sécurité des personnes retenues dans les lieux.

Il a décidé de mettre en demeure les médias audiovisuels concernés de ne plus renouveler de tels manquements à l’ordre public.

- La diffusion des images de l’assaut mené par les forces de l’ordre dans le magasin Hyper Cacher de la Porte de Vincennes

Le Conseil a examiné la diffusion intégrale, par France 3 et Canal +, d’une vidéo montrant l’assaut mené contre l’Hyper Cacher, y compris les tirs mortels sur le terroriste alors qu’il affrontait les forces de l’ordre. Il a considéré que ces images insistantes, susceptibles de nourrir les tensions et les antagonismes, pouvaient contribuer à troubler l’ordre public.

Il a, en conséquence, mis en garde les chaînes contre le renouvellement d’un tel manquement.

Tirant les enseignements de ces constats, le Conseil se propose d’apporter à la recommandation n° 2013-04 du 20 novembre 2013 relative au traitement des conflits internationaux, des guerres civiles et des actes terroristes par les services de communication audiovisuelle, trois adjonctions concernant le respect de la dignité de la personne humaine, la sauvegarde de l’ordre public et la maîtrise de l’antenne.

Ces propositions de modifications feront l’objet d’une consultation des médias audiovisuels destinataires de la recommandation dans les plus brefs délais.

Contacts presse : Frédérique Bayre / Lucile Mahé des Portes / Clara Martin : 01 40 58 36 29
[email protected]

Et naturellement les baveux de service n'ont pas manqué de jouer les vierges effarouchés:
(cliquez pour montrer/cacher)
Couverture des attentats : « Que fait-on ? On met un écran noir ? »
Le Monde | 13.02.2015 à 09h59 • Mis à jour le 13.02.2015 à 13h15 | Par Alexis Delcambre

Personne n’aime se faire taper sur les doigts. Mais les responsables de l’information des radios et télévisions françaises ont réagi avec une rare véhémence aux trente-six mises en garde et mises en demeure notifiées par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), jeudi 12 février, sur la couverture médiatique des attaques djihadistes à Paris et Montrouge, début janvier.

« Les décisions du CSA soulèvent des questions majeures pour le droit à l’information dans notre pays, estime ainsi Thierry Thuillier, directeur de l’information de France Télévisions. Je souhaite être reçu par le CSA et demande des explications. »

Tonalité similaire sur l’autre rive de la Seine, à Radio France, qui a fait part, jeudi soir, de « sa surprise et de son étonnement » et « examine toutes les possibilités de recours contre cette sanction ». De fait, les décisions du CSA sont susceptibles d’appel et de recours devant le Conseil d’Etat.

Selon nos informations, une réunion des responsables de l’information des radios et télévisions et d’ores et déjà programmée, mardi 17 février, au siège de TF1, afin d’échanger et d’étudier l’opportunité d’une réponse conjointe.

Principe de précaution contre liberté d’information

La plupart des médias audiovisuels sont concernés, car les notifications du CSA n’ont épargné personne – pas plus qu’elles n’ont ciblé un média en particulier. LCI s’est vu notifier trois mises en demeure ; BFMTV et iTélé deux, comme France 2 et TF1, qui avaient elles aussi fait le choix du direct, ou encore France 24 ; sans oublier Europe 1, France Info et France Inter, RFI, RMC, RTL ou Euronews.

« Le CSA dit en quelque sorte que tous ceux qui ont fait du temps réel ont failli, commente Céline Pigalle, directrice de l’information du groupe Canal+ (propriétaire d’iTélé). Ceux qui ne sont pas sanctionnés [à l’image des médias du groupe M6] sont ceux qui n’ont pas proposé d’édition spéciale pour couvrir ces événements. Quel est le message ? »

Un point concentre plus particulièrement l’ire des médias, d’autant qu’ils se voient tous mis en demeure pour ce motif : avoir annoncé que des affrontements avaient commencé entre forces de l’ordre et terroristes à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne). « La divulgation de cette information aurait pu avoir des conséquences dramatiques pour les otages de l’Hyper Cacher (…), dans la mesure où Amedy Coulibaly avait déclaré lier leur sort à celui de ses complices de Dammartin-en-Goële », écrit le CSA.

Or, les médias rappellent que le statut de cette « déclaration » du preneur d’otages était incertain et n’avait pas fait l’objet d’une consigne policière explicite. « Si doute il y a, ce que je ne crois pas, il faut appliquer le principe de précaution en raison des vies en jeu », rétorque Nicolas About, membre du groupe de travail du CSA sur le sujet.

Surtout, radios et télévisions jugent ce point « déconnecté de la réalité médiatique », pour reprendre les termes d’un directeur de rédaction. « Ça va devenir compliqué, si on ne peut plus informer en direct, juge Catherine Nayl, directrice de l’information du groupe TF1. Que fait-on ? On met un écran noir ? Des “bips” pour cacher les sons ? » « Il faudrait donc arrêter le direct, imagine Thierry Thuillier. Cela revient à pousser les gens vers les sites d’information – y compris le nôtre – ou les réseaux sociaux qui, eux, ne sont pas régulés par le CSA ! »

Le Conseil ne nie pas cette limite, mais la loi ne lui donne compétence que sur les radios et télévisions. Depuis son arrivée à la tête du CSA en 2012, Olivier Schrameck plaide pour une extension de cette compétence aux « services de communication audiovisuelle » en ligne… mais il est risqué, politiquement, de déterrer le sujet sensible de la régulation du Web.

Contrôler ce qui est dit à l’antenne

Les autres points soulèvent moins de contestations. L’un concerne le choix de diffuser la vidéo montrant l’assassinat du policier Ahmed Merabet par les terroristes. Seule France 24 avait diffusé cette séquence – avec des atténuations –, et cela lui vaut une mise en demeure. « Je suis étonné, soupire néanmoins son directeur de la rédaction, Marc Saikali. Veut-on que nos téléspectateurs à l’étranger se reportent sur nos concurrentes Al-Jazira ou CNN, qui n’hésitent pas à montrer ce type d’images ? »

Une autre mise en demeure concerne la divulgation de l’identité des frères Kouachi avant la diffusion de l’appel à témoins par la Préfecture de police. iTélé et LCI avaient donné à l’antenne des éléments permettant cette identification, issus d’informations qui circulaient sur les réseaux sociaux, parfois de source policière ou militaire. « Nous n’avons fait que relayer un appel à témoins », se défendent, en substance, les chaînes, soulignant qu’elles ne pouvaient passer sous silence une information qui circulait par ailleurs.

Mais le CSA estime que, dans ce cas, le souci de ne pas « perturber l’action des autorités » l’emporte sur le droit d’informer. « Certes, la fiche de recherche avait fuité sur les réseaux sociaux, explique M. About. Mais les radios et télévisions ont un pouvoir accréditant. Quand elles en parlent, cela change le statut de cette information. En l’espèce, le gouvernement a été contraint de diffuser à son tour la fiche de recherche, car tout avait été dit sur les antennes. »

Sans surprise, une dernière mise en demeure concerne la révélation, par cinq médias, que des personnes étaient cachées sur les lieux des prises d’otages de Dammartin-en-Goële ou de la porte de Vincennes. Ces « révélations » ont pu prendre des formes variées : information glissée à l’antenne par un journaliste, ou parfois par un témoin interrogé en direct, dont la parole ne pouvait être filtrée.

Pour le CSA, ces mentions ont été « susceptibles de menacer gravement la sécurité des personnes retenues dans les lieux ». Les médias se voient donc incités à retenir ce type d’informations, mais aussi à réfléchir aux moyens de contrôler ce qui est dit à l’antenne – y compris par des non-journalistes – dans des situations de direct intégral, pour rester des garants actifs de l’information.

Il est absolument scandaleux que les chaînes de télé et de radio qui ont mis volontairement en danger des gens au nom de l'audience se permettent de se liguer contre le CSA. Je pense qu'un écran noir de quelques jours sur leurs antennes ne serait que justice, plutôt que d'ergoter autour de mises en demeure et autres mises en garde… Et au bout de combien de mise en demeure ils risquent un blâme, et au bout de combien de blâmes ils risquent une suspension? Il faut arrêter, là. Y'en a qui ont failli avoir du sang sur les mains.
Attention à la marche en descendant du tram^^
La gare demeure et ne se rend pas…

FinalBahamut

  • Troll n' roll, go go go ^_^
  • Waffou
  • Messages: 5 697
Re : Re : Faits divers et compagnie
« Réponse #245, le 14 Février 2015 à 07:38 »Modifié le 14 Février 2015 à 07:58
Je crois que c'est ça qui donne envie de gerber. C'est la marchandisation de tout sur l'autel de l'argent et de l'audimat. Et le pire, comme tu le soulignes : ça ne choque pas les chaînes de télévision.

La détresse d'un homme  à terre qui va se faire descendre, est-ce vraiment utile de montrer ? Quelle est la pertinence de cette information, au-delà du simple besoin primaire du voyeurisme ?

Est-t-on à ce point stupide de ne pas comprendre qu'en dévoilant à la télé que des personnes sont cachées dans la chambre froide, ça peut inciter le terroriste à les dégommer ?
Si, à cause de ces divulgations, les personnes de la chambre froide s'étaient fait tuer, ces médias auraient-ils tenu le même discours ?

Mais il ne faut pas seulement taper sur ces médias. Il faut aussi s'interroger sur notre propre comportement.
Les médias ne sont jamais que le reflet de ce que nous sommes, de ce que nous demandons.
Comme disait coluche : " Quand on pense qu'il suffirait que les gens n'achètent plus pour que ça ne se vende pas !"

Notre société est paradoxale : elle n'a jamais sembler aussi "bisounours" en apparence (mangez 5 fruits et légumes, émissions infantilisantes, reportages très intéressants sur la pluie ça mouille et ça fait vendre des parapluies, la neige fait glisser...).
Mais dans le fond, elle est d'une très grande cruauté et d'une très grande violence : on a détruit la cellule de base qui est la famille pour la remplacer par l'individu. On a remplacé la solidarité et la dignité par la charité et la culpabilité. On érige le voyeurisme sans limites (sexe, violence) sous couvert de liberté d'expression.

Regardez le procès DSK : on n'apprend rien de neuf, si ce n'est que la sodomie, ça fait mal au cul. Où la pertinence de cette information (et on ne me dit pas DTC, hein) ?

Le soir, je ne regarde que, parfois, le JT d'ARTE. Parce que le reste, c'est juste incroyablement creux et centré sur des infos dont on devrait se foutre éperdument.

Bref, ne tapons pas seulement sur les médias, interrogeons-nous sur notre société aujourd'hui. Il est là le problème.


... et Omni me fit pourvoyeur en anus fruités :classe:

Kamen

  • Waffou
  • What lies behind the mask...
  • Messages: 8 012
Re : Re : Faits divers et compagnie
« Réponse #246, le 14 Février 2015 à 10:16 »
Regarde la série Black Mirror si ce n'est déjà fait. 7 épisodes au total, chacun étant un moyen-métrage sur une thématique différente. Des dystopies très proches de notre monde sur la dérive des technologies et par conséquent de la société et des comportements. À la fois fascinant et effrayant.
永遠に、あなたのモノ・・・

The WormLord

  • Waffou
  • Messages: 1 167
Re : Re : Faits divers et compagnie
« Réponse #247, le 16 Février 2015 à 14:39 »
Je confirme pour Black Mirror. Je n'ai pas encore vu le 7ème, mais j'ai franchement adoré les 6 premiers qui posent des questions intéressantes sur certains aspects de notre société.
Je vous sers un ver ?

Flavien

  • Modos
  • Un bon temps pour un bombardement
  • Messages: 3 497
Re : Muhammad : tu ne caricatureras point...
« Réponse #248, le 17 Février 2015 à 13:10 »
Là, je l'exhume parce qu'il est intéressant de lire nos réactions...
... On reste quand même cohérent avec le temps :D
" En France, les peines d'argent durent plus longtemps que les peines
de coeur et se transmettent de génération en génération. "

( Silhouette du scandale )
Aymé, Marcel

iDam

  • ‾͟͟͞(((ꎤˋ⁻̫ˊ)—̳͟͞͞o
  • Modos
  • ▃ ▅ ▆ ▇ ▆ ▇ ▅ ▃
  • Messages: 12 586

Flavien

  • Modos
  • Un bon temps pour un bombardement
  • Messages: 3 497
Re : Re : Faits divers et compagnie
« Réponse #250, le 24 Février 2015 à 13:02 »
Luz envoie du lourd encore.
Le micro BFM m'a fait pouffer de rire, comme le père Sarko en caniche.
" En France, les peines d'argent durent plus longtemps que les peines
de coeur et se transmettent de génération en génération. "

( Silhouette du scandale )
Aymé, Marcel

Wingman

  • True Detective
  • Waffou
  • Nulla Salus Sine The Hives
  • Messages: 4 257

iDam

  • ‾͟͟͞(((ꎤˋ⁻̫ˊ)—̳͟͞͞o
  • Modos
  • ▃ ▅ ▆ ▇ ▆ ▇ ▅ ▃
  • Messages: 12 586

MCL80

  • Modos
  • Messages: 4 615
Re : Re : Faits divers et compagnie
« Réponse #253, le 24 Février 2015 à 22:35 »
J'espère vraiment que c'est reparti, qu'ils ne se censureront pas.

En tout cas, une belle une… Et que Charlie courre toujours plus vite que les pit-bull!
Attention à la marche en descendant du tram^^
La gare demeure et ne se rend pas…

RoiLion.Thom

  • Dilettante
  • Waffou
  • Raw! Raw! Fight the power!
  • Messages: 10 038
Re : Re : Faits divers et compagnie
« Réponse #254, le 26 Février 2015 à 11:00 »
C'est surtout sympa de voir que le "rassemblement républicain", bon ben voilà quoi... Ils ne tombent pas dans le panneau.
"Je suis un intoxiqué.
- Intoxiqué de quoi ?
- De la vie. Je m'y suis adonné tout petit et je ne peux plus m'en passer."

T. Pratchett, Sourcellerie, Les Annales du Disque-Monde, livre V.