Kian

  • Admin
  • Messages: 12 512
Re: Cinéma et piratage
« Réponse #30, le 2 Novembre 2005 à 14:24 »
Citation de tinou le 2 Novembre 2005 à 13:37
Citation de KiaN
VCD - Mpeg-1
Je crois que j'ai vu un Matrix traîner sous ce format à l'époque...
Oulah pas que lui, pas mal de films déjà à l'époque, mais essentiellement étasuniens et orienté blockbusters.

Nico

  • Waffou
  • I'm an IBF Fada and you ?
  • Messages: 3 215

  • Une personne qui n'a jamais commis d'erreurs n'a jamais tenté d'innover. - Albert Einstein

  • La terre n'est pas un don de nos parents, ce sont nos enfants qui nous la prêtent...


Amnounet

  • Post Tenebras Lux
  • Bannis
  • Messages: 2 886

FinalBahamut

  • Troll n' roll, go go go ^_^
  • Waffou
  • Messages: 5 443
Re: Cinéma et piratage
« Réponse #33, le 3 Novembre 2005 à 10:43 »
Bah, vu les nouvelles lois à venir en France à ce sujet, on n'aura bientôt plus rien à envier aux Etats-Unis  :thumbdown2:

Yehhhhhhhhoooooooooo, on va tous aller en Suisse  :mdr:


... et Omni me fit pourvoyeur en anus fruités :classe:

Amnounet

  • Post Tenebras Lux
  • Bannis
  • Messages: 2 886
Re: Cinéma et piratage
« Réponse #34, le 3 Novembre 2005 à 10:46 »
Pitié ... nous sommes déjà bien trop nombreux pour un si petit pays .....  :mdr:

MCL80

  • Modos
  • Messages: 3 791
Re: Cinéma et piratage
« Réponse #35, le 3 Novembre 2005 à 12:04 »
Citation de Persephone le 3 Novembre 2005 à 09:40
Ouais, ils y vont pas avec le dos de la cuillère  :peur:
C'est abusé ce qu'ils demande, 150 000 dollars par films c'est énorme ! Petit calcul mental vite fait.... Euh... Ouais, non, je vais laisser tomber, mais c'est quand même énorme. Déjà ici, ils rigolent plus trop avec ça, mais là bas...
Salut!

Ben il faut se souvenir que l'entertainement est leur première industrie d'exportation. Télécharger un film, chez eux, c'est un peu un crime contre l'industrie nationale. Ceci dit, si les majors se mettent leur marché intérieur à dos, je crois qu'ils seront de toute façon mal parti pour exporter...

On peut d'ailleurs remarquer que c'est pour la copie de films américains que le papy est attaqué... Il aurait au moins pu choisir des films de qualité, au prix que ça va lui coûter. :sweatdrop:

À bientôt!
Attention à la marche en descendant du tram^^
La gare demeure et ne se rend pas…

Megara

  • Deceptigeekette. Et Spectre.
  • Modos
  • Appelez-moi Meg' ... ou Syl' ^^
  • Messages: 2 061
Re: Cinéma et piratage
« Réponse #36, le 5 Novembre 2005 à 12:39 »
Je pense que le probleme de "piratage" ou d'utilisation abusive de contenu ne se pose pas qu'au niveau des particuliers... Je viens de tomber sur un article du Journal du Net, concernant l'affaire "Madonna" (opposant VirginMedia/France Telecom). La France y est decrite comme une zone internet de non-droit, voir un far-west moderne...

Quelqu'un en a entendu parler... ?

Article original: http://www.journaldunet.com/tribune/051107bomsel.shtml
Citation
La mise en marché de "Hung-up", le nouveau single de Madonna, et la bronca qu'elle a soulevé au sein de l'industrie du disque et de la distribution musicale, révèlent le climat délétère qui règne en France dans l'industrie des contenus. Rappel des faits : l'éditeur Warner Music signe avec France Télécom un accord de vente exclusive du titre en ligne une semaine avant sa sortie dans les bacs. VirginMega, distributeur en ligne, décide unilatéralement de mettre le titre en vente sur sa plate-forme. Par l'intermédiaire du SNEP, le Syndicat National de l'Edition Phonographique, Warner Music somme le distributeur de retirer le titre de la vente et le menace d'une plainte pour contrefaçon. Mais VirginMega persiste et signe.

Comment VirginMega Apple...
On se trouve ici dans une situation digne d'un Western. Un bon gros commerçant, un pied-tendre, essaye de s'établir dans un lieu de non droit : l'Internet français.

VirginMega - le bien nommé - a d'abord buté sur la concurrence d'un grand équipementier (Apple) ayant établi des accords planétaires pour distribuer, en exclusivité sur ses équipements, des fichiers sous format propriétaire. Les iPod qui acceptent le format iTunes et les MP3 piratés, n'acceptent pas, en effet, les DRM Microsoft adoptés par les distributeurs non intégrés. Autrement dit, les iPod se vendent grâce au piratage et forment une base de clientèle qui échappe aux distributeurs numériques indépendants.

Le juge local, le Conseil de la Concurrence, refuse en novembre 2004 à VirginMega le droit de vendre des titres au format Apple. Couvert de goudron et de plumes, le pied-tendre n'a d'autre choix que de suggérer à ses clients de couper les barbelés : il crée une page sur son site expliquant comment contourner les DRMs (l'encryptage) pour lire ses produits sur l'iPod.

...mais s'est heurté à France Télécom
Mais le pied-tendre va bientôt rencontrer le caïd local, France Télécom. L'opérateur historique est le détenteur du chemin de fer, en l'occurrence l'infrastructure Internet qu'il revend en gros aux fournisseurs d'accès. Il est aussi lui même, via Wanadoo, fournisseur d'accès au détail. Il est à ce titre responsable de la structuration croissante du réseau français en machine à pirater.

Une étude récente de Sandvine, prestataire de solutions pour les réseaux haut débit, montre que la France est recordman du monde du peer-to-peer avec 90 % des réseaux utilisés pour cette application. Au vu du déploiement et des prix de gros annoncés, ce chiffre devrait encore monter.

Cela n'empêche pas France Télécom, exactement comme Apple, de se positionner sur le segment de la distribution. L'opérateur historique va même inventer une exclusivité temporelle de vente légale, totalement inédite sur le territoire français : vendre Madonna avant tous les autres.

Une fois de plus, un acteur de l'Internet se déployant grâce au piratage institue un monopole. VirginMega se rebiffe. Il passe outre l'exclusivité. Mais cette fois, l'ensemble des notables se retournent contre lui. Que va dire le juge local ? Va-t-on enfin pendre ce pied-tendre ridicule ?

Un marché où règne la loi du plus fort ?
Le premier acteur français du piratage fait accuser par les ayants droit un distributeur légal de contrefaçon. Cette situation ubuesque est révélatrice du climat de non droit qu'établit depuis quatre ans le déploiement d'Internet autour des applications de peer-to-peer.

Ces applications, qui fédèrent le grand public en distribuant gratuitement des contenus sous copyright, accélèrent le déploiement des équipements et des réseaux. Mais elles créent des tensions croissantes dans toute la chaîne verticale de création et de distribution des contenus.

Si l'industrie des réseaux et des équipements s'accorde, en apparence, sur le partage des rentes du piratage, son objectif est de mettre en place, dans une seconde phase, de nouveaux monopoles de distribution. C'est le Far West. Le non droit et la violence économique de cette situation sèment la pagaille dans l'industrie des contenus.

Le contre-exemple américain
Côté américain, l'industrie des contenus, très intégrée horizontalement et verticalement, commence à trouver une cohérence dans la guerre ouverte qui l'oppose aux équipements.

Le dernier jugement de la Cour Suprême sur le dossier Grokster et Morpheus soutient clairement les intérêts des maisons de disques et des studios de cinéma contre ceux de l'informatique et des télécoms.

Les contenus français et européens sont, quant à eux, dispersés et plient face au secteur consolidé des équipements et des télécoms. C'est l'ensemble des industries créatrices d'image qui se trouvent menacées. Si les équipements l'emportent sur les contenus, comme c'est le cas en Asie du Sud-Est, la France de Jules et Jim, de la Grande Vadrouille et des Demoiselles de Rochefort deviendra celle de France Télécom.
Pourquoi faire simple, alors qu'on peut faire compliqué ?

Kian

  • Admin
  • Messages: 12 512
Re: Cinéma et piratage
« Réponse #37, le 7 Novembre 2005 à 11:56 »
Amusant cet article au parti pris ..
Citation
La mise en marché de "Hung-up", le nouveau single de Madonna, et la bronca qu'elle a soulevé au sein de l'industrie du disque et de la distribution musicale, révèlent le climat délétère qui règne en France dans l'industrie des contenus. Rappel des faits : l'éditeur Warner Music signe avec France Télécom un accord de vente exclusive du titre en ligne une semaine avant sa sortie dans les bacs. VirginMega, distributeur en ligne, décide unilatéralement de mettre le titre en vente sur sa plate-forme. Par l'intermédiaire du SNEP, le Syndicat National de l'Edition Phonographique, Warner Music somme le distributeur de retirer le titre de la vente et le menace d'une plainte pour contrefaçon. Mais VirginMega persiste et signe.
En effet VirginMega a agit en tout illégalité.
Citation
VirginMega - le bien nommé - a d'abord buté sur la concurrence d'un grand équipementier (Apple) ayant établi des accords planétaires pour distribuer, en exclusivité sur ses équipements, des fichiers sous format propriétaire. Les iPod qui acceptent le format iTunes et les MP3 piratés, n'acceptent pas, en effet, les DRM Microsoft adoptés par les distributeurs non intégrés. Autrement dit, les iPod se vendent grâce au piratage et forment une base de clientèle qui échappe aux distributeurs numériques indépendants.
Un beau grand n'importe quoi !
Bientot si l'on suit cette logique d'Apple, on pourra lire de la musique de Sony Music uniquement sur les chaînes hifi de Sony. Faut arreter de se foutre du monde.
Citation
...mais s'est heurté à France Télécom
Mais le pied-tendre va bientôt rencontrer le caïd local, France Télécom. L'opérateur historique est le détenteur du chemin de fer, en l'occurrence l'infrastructure Internet qu'il revend en gros aux fournisseurs d'accès. Il est aussi lui même, via Wanadoo, fournisseur d'accès au détail. Il est à ce titre responsable de la structuration croissante du réseau français en machine à pirater.
:mdr2:
Moi, j'accuse l'Etat français de favoriser les accidents de la route en créant des autoroutes !  :roule:
Citation
Le premier acteur français du piratage fait accuser par les ayants droit un distributeur légal de contrefaçon.
Cette seule phrase devrait permettre à France Telecom de porter plainte contre l'auteur de l'article pour diffamation pure et simple.
Citation
Le contre-exemple américain
Côté américain, l'industrie des contenus, très intégrée horizontalement et verticalement, commence à trouver une cohérence dans la guerre ouverte qui l'oppose aux équipements.

Le dernier jugement de la Cour Suprême sur le dossier Grokster et Morpheus soutient clairement les intérêts des maisons de disques et des studios de cinéma contre ceux de l'informatique et des télécoms.
Côté étasunien, la Justice est à la botte des multinationales. Rien de nouveau, l'interêt économique prime sur la juste Justice.
Citation
C'est l'ensemble des industries créatrices d'image qui se trouvent menacées.
Les éditeurs font plus de profits que jamais tout en diminuant les différents choix musicaux et minimisant les prises de risque. Ils se foutent du monde.

Cet article est une belle merde ...

Amnounet

  • Post Tenebras Lux
  • Bannis
  • Messages: 2 886
Re: Cinéma et piratage
« Réponse #38, le 7 Novembre 2005 à 12:01 »
De ce coté là j'ai entendu dire que Sony s'apprêtait à mettre en place un système spécial pour lecture des CD-Audio sur des PC qui empêcharait toute copie ... système pouvant être apparenté à un virus dangereux, il s'installerait automatiquement à l'insertion du CD dans la bécane et pouvant crasher tout l'OS si on essaie de le retirer ....

Moi je vous dis, ça va bientôt être impossible de lire des albums ahcetés dans le commerce sur un PC ... ^^

Kian

  • Admin
  • Messages: 12 512
Re: Cinéma et piratage
« Réponse #39, le 7 Novembre 2005 à 12:16 »
Citation de Amnounet le 7 Novembre 2005 à 12:01
De ce coté là j'ai entendu dire que Sony s'apprêtait à mettre en place un système spécial pour lecture des CD-Audio sur des PC qui empêcharait toute copie ... système pouvant être apparenté à un virus dangereux, il s'installerait automatiquement à l'insertion du CD dans la bécane et pouvant crasher tout l'OS si on essaie de le retirer ....

Moi je vous dis, ça va bientôt être impossible de lire des albums ahcetés dans le commerce sur un PC ... ^^
Euh ...  :roule: :roule: :roule:
Durée de vie de la protection ... 3 minutes ou 3 heures ?  :mdr2:

T'as un lien poyur le théorique système de Sony qui serait vite jugé illégal et duquel résulterait une condamnation évidente de Sony dans moultes pays ?

Amnounet

  • Post Tenebras Lux
  • Bannis
  • Messages: 2 886
Re: Cinéma et piratage
« Réponse #40, le 7 Novembre 2005 à 14:12 »
J'en ai juste entendu parler ... il faudrait que je me renseigne .. ^^

Matt

  • Nebula Bondage Chain®
  • Getbackers ! L'anime encore mieux que le Meikai !
  • Messages: 1 168
Glazourected !

Amnounet

  • Post Tenebras Lux
  • Bannis
  • Messages: 2 886

Kian

  • Admin
  • Messages: 12 512
Re: Cinéma et piratage
« Réponse #43, le 8 Novembre 2005 à 10:48 »Modifié le 8 Novembre 2005 à 10:57 par KiaN
Un rootkit dans un CD audio ? 100% illégal  :rouge:

Dossier sur ce sujet ici :
http://www.sysinternals.com/blog/2005/10/sony-rootkits-and-digital-rights.html
http://www.sysinternals.com/blog/2005/11/more-on-sony-dangerous-decloaking.html
http://www.sysinternals.com/blog/2005/11/sonys-rootkit-first-4-internet.html

Computer Associates déclare cette merde en tant que SPYWARE :
http://www3.ca.com/securityadvisor/pest/collateral.aspx?cid=76345

Article sur le site de FOX NEWS :
http://www.foxnews.com/story/0,2933,174452,00.html

Deux class actions a été lancée contre Sony aux USA. J'espere qu'UFC-que-choisir va bientot agir ...
Citation
TWO CLASS ACTION LAWSUITS HAVE BEEN FILED AGAINST SONY BMG MUSIC ENTERTAINMENT

The first, filed in state court in California, alleges:

1. Violations of the Consumer Legal Remedies Act (Cal Civil Code Section 1750 et seq.);
2. Violations of the Consumer Protection against Computer Spyware Act (Business and Professions Code Section 22947-22947.6); and
3. Violations of the California Unfair Competition law (Business and Professions Code section 17200 et seq.)

The second, filed in the Southern District of New York, alleges:

1. Computer fraud under 18 USC 1030;
2. Deceptive Business Practices under New York Law (Sections 349/350 of the GBL); and
3. Common law fraud.

For information on how to join in these Class Action lawsuits:
Consumerlaw1@earthlink.net
Des infos par ici aussi :
http://bhayden.blogspot.com/