Potes 'n' Roll !

La Fontaine => Livres & BD => Discussion démarrée par: squekky le 8 Novembre 2010 à 00:22

Titre: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: squekky le 8 Novembre 2010 à 00:22
J'hesitais avec la section informatique. Mais j'ai décidé de basculer ici.

Suite à cette article du monde :
Citation
Une lueur d'espoir point à l'horizon pour tous les acteurs de l'éco-système de l'écrit (auteurs,
éditeurs, distributeurs et libraires). "Le livre ne devrait pas connaître de scénario catastrophe similaire à celui de l'industrie musicale", écrivent Patrick Béhar et Laurent Colombani, tous les deux consultants au sein du cabinet de conseil en stratégie Bain & Company, dans une étude intitulée "Les écrits à l'heure du numérique". Cette étude a été rendue publique, samedi 6 novembre, dans le cadre du 3e Forum d'Avignon, qui a choisi comme thème, cette année : "Nouveaux accès, nouveaux usages à l'ère numérique : la culture pour chacun ?"


Il faut, au préalable, souligner que cette étude n'a été menée qu'auprès de 3 000 lecteurs dans six pays (Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni et Corée du Sud), soit un échantillon de 500 personnes en moyenne par pays, ce qui reste modeste. Mais les conclusions tirées par les deux analystes de Bain & Company sont des plus éclairantes pour les principaux acteurs de l'industrie du livre. Trois d'entre elles méritent d'être développées.

Au premier chef, les deux spécialistes estiment que "toutes les conditions sont aujourd'hui réunies pour que les lecteurs effectuent leur virage numérique". Ils prédisent que d'ici à l'horizon 2015, entre 15 % et 20 % des lecteurs auront adopté comme support pour lire les tablettes multimédias, du genre iPad ou les liseuses, du type Kindle. La tablette multifonctions qui s'adresse à un plus large public et la liseuse se démocratisent enfin. La première devrait occuper entre deux tiers et trois quarts du marché, la seconde, qui s'adresse plus aux 20 % de la population qui lisent le plus, conservera entre un tiers et un quart du marché. Mais loin de se cannibaliser, ces deux supports seraient mêmes complémentaires. Le principal effet du lancement de l'iPad, la tablette d'Apple, a été de contraindre Amazon à diviser par deux le prix de vente de son Kindle.

MM. Béhar et Colombani notent que les Etats-Unis, les pays asiatiques et, dans une certaine mesure, le Royaume-Uni vont basculer plus vite dans le numérique (autour de 20 %) tandis que l'Allemagne et la France, qui conservent un réseau très dense d'acteurs qui vendent des livres (librairies, maisons de la presse, grandes surfaces...), vont évoluer plus lentement vers le numérique (15 % du marché en 2015).

A QUI VA PROFITER LA RÉVOLUTION NUMÉRIQUE ?

Les deux auteurs de l'étude constatent que la migration vers le numérique s'accompagne d'un regain d'intérêt pour la lecture. En clair, le passage du papier à la Toile ne se fait pas à part égale, mais entraîne une création de valeur. Plus de 40 % des lecteurs équipés de support numérique déclarent lire plus qu'auparavant. Deuxième bonne nouvelle, la majorité des consommateurs se disent prêts à payer pour les books. "En ce qui concerne la musique, le numérique est entré sur le marché par le piratage, pour le livre, le passage se fait par la boutique en ligne", résume Laurent Colombani.

Par ailleurs, livre numérique et livre physique devraient encore coexister pendant plusieurs années, car le principal frein (cité par 41 % des gens interrogés) à l'achat d'ebooks est l'attachement à l'expérience du papier. Objet nomade par excellence, le livre a aussi une odeur. Le lecteur aime le feuilleter, le caresser, le ranger dans sa bibliothèque. Ce comportement n'est pas réservé aux seniors, mais concerne aussi les trentenaires.

La troisième et dernière conclusion forte de cette étude porte sur le rôle des éditeurs (ou des agents aux Etats-Unis). Le passage au numérique nécessite une plus grande valeur ajoutée, de l'imagination et de la création de la part des acteurs du livre. C'est à cette aune-là que cette profession préservera son avenir. Pour des pans entiers de l'édition, de la jeunesse au pratique, le numérique devrait transformer les livres en permettant notamment plus d'interactivité. Le livre numérique homothétique (entre le papier et la Toile) ne concerne presque que la littérature et une partie des sciences humaines. Aux éditeurs de créer une offre légale, attractive et payante qui sera différente du support papier.

De fait "l'apparente stabilité du marché littéraire pourrait bientôt cacher une révolution silencieuse", estiment les deux analystes : le numérique pourrait à l'avenir représenter entre 20 et 28 % des profits de cette industrie. En raison de la migration vers le numérique, des bouleversements importants sont aussi à attendre du côté des réseaux de distribution physique, essentiellement la librairie, de leur densité, voire de la nature même de ces réseaux.
L'ére numerique est là et la litterature commence à faire son petit trou. Apres la musique et la vidéo voici les livres. Mais vous, vous en pensez quoi de cette révolution qui est en cours ?
Pour ma part je pense que le livre ne connaitra pas le fiasco de l'industrie du disque. Je m'exprime pour le livre en géneral incluant les BDs, les romans, les essais et autres receuils. Pourquoi je penses que le livre echappera à tout çà ? C'est simple déjà il y a l'objet en lui même, le livre est nomade. On a besoin de rien on se proméne avec on se pose et on lit. Il joue l'office direct de porte vers un autre monde. Chose qu'une tablette n'apporte. Meme si cette derniere est une évolution technologique elle n'a pas le meme cachet qu'un livre relié. Aucun contact rien. On est sur un écran tout simplement. Certes ca peut paraitre minime mais le fait d'avoir le contact avec le papier aide beaucoup.
Ensuite on a la possiblité de faire vivre le livre en s'y attardant en y laissant des notes et des post it. Ou meme à marquer certains chapitre ou paragraphes car l'écriture nous aura émus.
Et puis tout simple dis moi ce que tu lis et je dirais qui tu es. Dans la rue en attendant le bus dans une gare ou dans un aeroport combien de personnes j'ai rencontrés avec un livre lors de mes moments d'attentes.

Et encore je ne parle pas des conseils des libraires et autre bouquinistes qui nous transmettent leurs passions des mots tout comme les farfouillages dans les bibliothéques ou on tombe sur des pépites. Des romans que lisaient nos parents ou grand parents. Les bibliothéque rose ou verte. Livre que mon pere et ma mere ont lu quand ils avaient 8-12 ans. Et bien 20 ans apres j'ai redecouvert leurs classiques.

Bref la tablette c'est bien pour les jounaux et les articles, la presse en générale. Mais pour les bon romans rien ne vaut le support papier.
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: kgeg le 8 Novembre 2010 à 09:45
Tout pareil, pour moi le lire c'est un support, il me le faut...

Je mate des scans sur les mangasses tout ca mais ca ne m'empêche pas d'acheter les supports papiers, parce que les scans, les formats numériques c'est bien pour la curiosité mais qu'est ce que c'est pas agréable comparer à se poser dans un canap', une café / thé / chocolat  :rougit:

Effectivement les journaux, le monde, 20 minutes et tout le tatouin que tu prends, tu lis, tu jettes sur support numérique why not... y'a aussi un côté économie du papier qui n'est pas à négliger mais voilà c'est le seul intérêt à mon avis...

Comme tu le faisais remarquer, le papier c'est l'achat, c'est la rencontre aussi, le conseil... la démarche d'aller acheter le livre, regarder ce qui se fait d'autres et prendre le risque d'un autre achat... au pire si ca ne plait pas ca se revendra dans une brocante et ca ferra la joie d'un autre... on va perdre tout ca si on imagine passer à un support full numérique...
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: Ryô le 8 Novembre 2010 à 12:33
Là je dois dire que je suis de votre avis à tous les deux.

Et même pire : la plupart des articles scientifiques sont maintenant disponibles en version numérique. J'ai appris (super tard cette année) que la fac permettait d'avoir accès gratos à toutes les bases de données concernant les articles scientifiques. Donc en gros on peut tout DL.

Ben tous les articles que je lis je les sors. D'abord parce que je préfère lire du papier, puis aussi parce qu'il faut que je surligne les parties qui m'intéressent le plus.

Donc pour moi c'est "jamais sans papier"
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: AZB le 8 Novembre 2010 à 14:55
Citation de Ryô le 8 Novembre 2010 à 12:33
Ben tous les articles que je lis je les sors. D'abord parce que je préfère lire du papier, puis aussi parce qu'il faut que je surligne les parties qui m'intéressent le plus.
Même chose, quand un article qui m'intéresse est long, j'imprime direct. A la base j'aime pas des masses lire sur un écran, et limite quand c'est sur papier je retiens beaucoup mieux ce que je lis  :sweatdrop:

Pour les scans de mangasses, je rejoins kgeg, perso je suis Lost Canvas en scans parce que c'est le seul moyen de savoir où ça en est sans avoir 1 an 1/2 - 2 ans de retard sur le Japon, mais au final quand ça sort en France j'achète les tomes, je préfère largement posséder l'objet que d'avoir juste les planches qui traînent sur un coin de DD...
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: Seto le 8 Novembre 2010 à 18:20
Je ne pense pas qu'il y aura un impact majeur pour notre génération. Qu'on le veuille ou non, nous ne sommes pas la génération internet. Faire la démarche d'acheter/lire un livre est parfaitement codifiée pour nous. Et comme souligné au delà, lire sur un écran n'est pas ce que les gens de nos âges vont préférer. Si les prix suivent, avec des outils comme l'ipad on s'en servira pour télécharger/acheter quelques "livres" de cette manière mais ça s'arrêtera là sauf pour les technophiles passionnés.
La vraie révolution viendra de la vraie génération internet, à savoir les ados d'aujourd'hui, plus versés dans ce genre de produit. A court terme je ne vois donc pas de danger pour les bouquinistes. D'ici 10-20 ans, je pense que le déclin sera inexorable.
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: Alaiya le 8 Novembre 2010 à 18:54
Même avis, à savoir que je tiens trop à la version papier pour me contenter du numérique et au-delà de ça, pour moi, lire sur un écran n'aura jamais le charme de la lecture sur le support papier. Ne serait-ce que par les sens mis en jeu, à savoir, au delà de la vue, celui du toucher (un beau libre, avec un beau papier, ça n'a pas de prix) et de l'odorat (oui, parce que les livres ont une odeur, celle du neuf quand on l'achète, celle de l'ancien quand on les lit et les relit).

Mais peut-être que comme le dit Seto, nous sommes trop "vieux" pour adhérer à ce concept. Je connais quelques personnes (très peu) autour de moi qui ont une tablette de lecture numérique, mais rien à faire, j'accroche pas.
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: squekky le 8 Novembre 2010 à 19:29
Pour la génération internet c'est un autre débat, car pour le moment je pense que c'est nous la génération informatique. On a connus les débuts et on essaye de comprendre et de bidouiller à tout va. Alors que la nouvelle génération c'est du tout cuit sans aucune reflexion et recherche. Mais là c'est un autre débat.

Pour le livre, je ne penses pas sauf si il y a une révolution dans l'éducation. Car cet attachement au papier vient du fait d'une part comme tu le dis Seto c'est qu'on a été éduqué avec approche du papier que ce soit à l'école ou dans notre entourage. Donc il faudrait qu'on commence l'éducation avec les tablettes, choses que j'ai du mal à imaginer. Mais bon, pour la suite le livre comme le dit si bien Alaiya c'est un ensemble, les tablettes non merci pour la raison qui est que je n'ai pas envie de dépendre déjà d'une machine pour lire et d'une autre part merci l'échange. Entre les livres qu'on se passe une fois les tablettes démocratisé ca sera la galére pour s'échanger des livres ou les emprunter chez des amis.

Bref la tablette de lecture je la met dans le rayon gadget et puis rien qu'une BD entres les differents formats comment les mettre en valeurs sur un écran de 10 pouces. Je vois mes oeuvres de Bec j'ai du mal à imaginer ca sur un écran tellement que l'auteur prend son pied en nous offrant des dessins sur deux pages rien que pour la fracture de la rétine.
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: kgeg le 8 Novembre 2010 à 21:43
Citation de Seto le 8 Novembre 2010 à 18:20
La vraie révolution viendra de la vraie génération internet, à savoir les ados d'aujourd'hui, plus versés dans ce genre de produit.
La plupart ne sachant plus écrire, si ils les achètent au caractère effectivement ca donnera des prix intéressants...

Alor Jean pri Ingrid par la tayil é lui di : Tu sé ke ta 2 bo ieu toa ?"

 :peur: :peur:
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: Kamen le 8 Novembre 2010 à 22:24
Alors je vais passer pour le cheval de Troie du forum, mais les Kindle et cie, je trouve ca pas mal du tout. Je trouvais l'idee parfaitement stupide, jusqu'a ce qu'une amie me montre le sien. Je suis sidere par le confort de lecture et la practicite de l'objet. Pas d'ecran qui abime les yeux, juste des micro-grains avec une face noire et une face blanche qui pivotent. Poids minime. Prise en main agreable. Je suis seduit.
Autres avantages: ca pese moins qu'un livre (ayant tendance a prendre des integrales chez Bouquins, ca pese), ca ne se corne pas, ca ne se defraichit pas. On peut prendre des notes sans mutiler l'objet.

Mais le support a aussi ses inconvenients. Le plus gros, pour le moment (chez Kindle en tous les cas): la faiblesse des catalogues et leur nationalite. Un Kindle anglais: je ne peux pas commander commander Baudelaire en VF. Et ca c'est niet. Un Kindle francais, et je veux des contes rares de Diderot? Quelle betise, on ne trouvera que La Religieuse, et encore!
Un grand classique de la litterature? Oui, mais le texte seul sera disponible, pas l'appareil critique. Essayez de lire du Shakespeare en VO sans, vous verrez que ca perd beaucoup de son charme.
Les charmes sensoriels du livre, la frime (parce que oui, la bibliotheque qui trone dans le salon, c'est important), etc, ca passe a la trappe. Mais pour sauver des forets ou rendre les demenagements plus faciles, rien que pour ca, le Kindle vaut d'etre considere. ^^
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: Seto le 8 Novembre 2010 à 23:04
Citation de kgeg le 8 Novembre 2010 à 21:43
Citation de Seto le 8 Novembre 2010 à 18:20
La vraie révolution viendra de la vraie génération internet, à savoir les ados d'aujourd'hui, plus versés dans ce genre de produit.
La plupart ne sachant plus écrire, si ils les achètent au caractère effectivement ca donnera des prix intéressants...

Alor Jean pri Ingrid par la tayil é lui di : Tu sé ke ta 2 bo ieu toa ?"

 :peur: :peur:
Finalement on sera pas très éloigné de ça...(http://www.youtube.com/watch?v=-UdSVTOe7n4)
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: squekky le 9 Novembre 2010 à 02:52
Tant qu'on arrive pas à çà. Je serais assez content.

http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/%3D)ekrivon_kom_kevin%5E%5E!!!!lol(http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/%3D)ekrivon_kom_kevin%5E%5E!!!!lol)
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: MCL80 le 9 Novembre 2010 à 19:33
Moi aussi je suis plutôt largement "papier".

Je pense de toutes façon que les vrais e-book ne seront pas écrit et mis en page comme les ouvrages actuels. En effet, la pagination telle que nous la connaissons est totalement adaptée aux versions papier, et à mon avis, la pagination des e-book reste à inventer.

De plus, si ce type de système peut marcher pour les ouvrages scientifiques, et les romans, il restera toujours les "beaux livres", pour lesquels, la conversion me semble pour le moins improbable.
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: Kian le 13 Novembre 2010 à 09:39
On est bien la génération du choc en tout cas, vu les avis divergents :)

Le papier disparaît déjà, c'est un fait. Les moins de 20 ans n'impriment rien, seules les personnes plus âgées impriment du texte qu'ils ont sur leur écran pour le lire sur papier, c'est une pratique du XXème siècle ça ;)
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: Battou le 13 Novembre 2010 à 11:12
L'arrivée des tablettes et autres appareils tactiles vont surement accélérer l'expansion du numérique étant donné qu'on s'affranchit de l'encombrement d'un PC, même portable avec une interaction vaguement similaire à l'objet papier.
Citation
Les moins de 20 ans n'impriment rien, seules les personnes plus âgées impriment du texte qu'ils ont sur leur écran pour le lire sur papier, c'est une pratique du XXème siècle ça
:o
Quand j'ai envie de lire des thèses, rapports ou dossiers tout éléctroniques puissent ils être, impression papier et basta. Le confort de lire dans le lit ou dans le parc (quand il fait beau) avec crayons et fluos pour annotations, prises de notes, ça reste encore une exclue papier.
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: Kian le 13 Novembre 2010 à 11:30
Je pense qu'il faut raccrocher la première phrase de ton message à la dernière ;)
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: Battou le 13 Novembre 2010 à 11:39
Tu peux gribouiller sur un écran de tablettes tactiles ?
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: Matsya le 13 Novembre 2010 à 14:16
Citation de Battou le 13 Novembre 2010 à 11:39
Tu peux gribouiller sur un écran de tablettes tactiles ?
Oui et même avec les e-readers.
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: squekky le 15 Novembre 2010 à 09:09
Oui mais ca n'a pas de charme. Je suis désolé mais passé au tout numérique ouais c'est kiko lol écolo je respecte la terre mais bon. Pour pouvoir lire il faut obliger remplir ces batteries. Et bon l'autonomie elle est de combien ? Car voilà tu pars en trip le bouquin c'est un des rare trucs fiable que tu as. Il pleut tu es bloqué dans un abri bus, un arbre une grotte ou je ne sais quoi tu es content de l'avoir.
Et le principe du livre voyage que tu laisses dans ton guesthouse ou que tu échanges avec d'autre voyageurs c'est cool.
Apres je connais pas du tout les tablettes. Mais le livre que tu achétes tu peux le preter ? Ou le revendre à un bouquniste ? Je sais arriere france mais le dématerialisé ca a ces avantages mais aussi ces inconveniants.
Il y a qu'à voir avec la musique. Pour une certaines qualité d'écoute on est nombreux à revenir au vinyls. Je sais aberrant mais tellement mieux surtout avec un bon ampli à lampe.
Titre: Re: Le livre numérique némsis des libraires
Posté par: Matsya le 16 Novembre 2010 à 19:45
Citation de squekky le 15 Novembre 2010 à 09:09
Pour une certaines qualité d'écoute on est nombreux à revenir au vinyls. Je sais aberrant mais tellement mieux surtout avec un bon ampli à lampe.
Non, ce n'est pas pour la qualité d'écoute qu'on utilise des vinyls, c'est pour le son si particulier qu'ils produisent.
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: tinou le 18 Novembre 2010 à 01:51
Je sais pas vous a l'etranger, mais ici le truc in, surtout en electro, c'est plus le CD, mais le vinyl+clé USB contenant les fichiers audio de l'album vendus en bundle.
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: squekky le 18 Novembre 2010 à 07:38
 Pas que à l'etranger que ce soit au US (ou je me fourni en vinyls) en Australie ou en France, quand tu achetes un LP on te donne un code pour télécharger légalement sur le site du groupe l'ensemble des musics au format Flac et MP3.

Ce que je trouve interessant comme principe.

Peut être que pour les livres on aura ce systéme là que je ne trouverais pas du tout aberrant.
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Kamen le 20 Mai 2011 à 17:02
Pour revenir sur ce sujet...
http://www.minorites.org/index.php/2-la-revue/1068-les-e-books-au-secours-des-auteurs.html

(cliquez pour montrer/cacher)
Citation
Les e-books au secours des auteurs.

Les lamentations et les grincements de dents des éditeurs et des librairies sur la hausse des ventes d’e-books ressemblent déjà tellement à ceux de l’industrie du disque qu’il en devient lassant de les écouter sans une grande impression de déjà vu. Les livres électroniques (ou e-books) sonnent peut-être le glas d’une industrie agonisante, mais, commente Nick Alexander, ils sont également un tout nouveau départ pour autre chose.
Nous savons tous que l’industrie du livre est dans un sale état. Borders [1] fait faillite, les avances initiales des auteurs se réduisent comme peau de chagrin et les nouvelles signatures des éditeurs sont plus rares qu’une métaphore originale. Il est maintenant hors de doute que les grandes chaînes de libraires et les grands éditeurs vont continuer à se contracter, à disparaître.

Mais qu’on y prenne garde: la fin de l’édition telle qu’on la connaît n’est pas forcément une mauvaise nouvelle pour les écrivains et, pour cette même raison, pour les lecteurs.

Je suis écrivain.

L’un de ceux, nombreux, qui au cours des dernières années ont échoué à décrocher le moindre contrat chez un de ces grands éditeurs, même pas un soupçon d’intérêt. Et de fait, quand moi et d’autres comme moi se sont autoédités pour publier nos romans — chose rendue possible par cette nouvelle technologie de l’impression à la demande — nous avons découvert que nous faisions des ventes substantielles, ce qui prouve qu’il y avait une demande. (Mon premier roman 50 Reasons to Say Goodbye [2] s’est vendu à plus de 7.000 exemplaires sans débourser un seul penny en frais de marketing). Et à en juger par les dizaines de critiques positives et enthousiastes et les centaines de mails reçus, mon travail a rencontré un succès public, sinon critique.

De connaître un certain nombre d’écrivains dans la même situation, et d’avoir parlé à des agents qui vous disent qu’il est aujourd’hui impossible de décrocher un contrat d’édition pour un auteur débutant, je ne peux m’empêcher de penser que les mastodontes de l’édition et de la distribution en chaînes de librairies ont creusé leur propre tombe depuis si longtemps que la seule chose qui soit surprenante est que certains n’y soient pas encore tombé. 

Promenez-vous dans n’importe quelle librairie et vous verrez des piles entières des mêmes bouquins insipides. Des piles entières de livres vaguement « romance et cul » à la Jacky Collins [3], des piles entières de « livres de filles » [4] aux couleurs pastel fric et rose bonbon. Et, devinez quoi ? ça ne se vend plus aussi bien qu’avant. Mais, allez voir un éditeur et proposez-lui quelque chose d’un peu différent, d’un peu bizarre, hors des clous, et ils vous répondront immédiatement que vous ne rentrez pas dans leurs critères: « C’est trop différent, trop particulier », répètent-ils. Et même si vous autoéditez votre prose trop différente, trop particulière – même si vous en vendez 7.000 exemplaires via Amazon et y récoltez des centaines de chroniques de M. et Madame Toulemonde [5] vous disant qu’ils ont adoré votre bouquin — essayez juste de convaincre ne serait-ce qu’un seul libraire de grande envergure de le vendre et de le stocker. La dernière fois que j’ai contacté Borders, ils m’ont répondu que tous les livres qu’ils référençaient et vendaient devaient passer par leur bureau de sélection américain et ils m’ont invité à en envoyer un exemplaire à New York pour étude. Je pense qu’ils ont mis la clé sous la porte avant même que mon livre ne puisse toucher leurs bureaux, et je ne peux pas dire que cela m’ait particulièrement attristé.

Un assortiment édulcoré

Les éditeurs et les libraires, pour avoir mal évalué les goûts des consommateurs, et pour stocker uniquement l’assortiment le plus édulcoré possible, sont de plus en plus rapidement en train de se rendre totalement non-pertinents, et les e-books changent complètement la donne, en poussant les choses à un tout autre niveau.

Tandis qu’il y a encore une dizaine d’années, un auteur devait franchir de nombreux obstacles et rechercher l’assentiment, dans cet ordre, a) d’un agent, b) d’un éditeur, c) d’un libraire, dans le simple but de voir son livre accessible au public, les e-books suppriment un à un tous les obstacles de cette censure en chaîne.

Si il ou elle sont à l’aise avec les ordinateurs (ou suffisamment à l’aise pour payer quelqu’un quelques centaines de livres pour embaucher quelqu’un qui l’est) un auteur peut, de nos jours, publier n’importe quoi et le rendre disponible en quelques jours seulement à des millions de lecteurs potentiels. Et aucun de ces nouveaux opérateurs, ni Amazon, ni Apple, ni bientôt Google Books ne cherche à anticiper les goûts du public. Ils fournissent juste un moyen de distribution, mécanique, de manière totalement transparente et démocratique. Laissons le public décider, disent-ils.

Bien entendu, il faut que les gens aient envie de lire des e-books, et c’est une certaine raideur caractérisée qui définit une partie de l’opinion qui affirme que les gens voudront toujours lire des livres imprimés en dur. Tout comme les gens voudront sûrement encore acheter des 33-tours. Quelqu’un a fait un tour chez Our Price [6] dernièrement ?

Aucun arbre n'a été coupé

La vérité, c’est que peu importe ce que tous ces tenants du « Non » voudraient faire croire aux gens, ces derniers achètent déjà des livres électroniques, et ce par millions. De nombreuses éditions numériques de livres dépassent leurs ventes papier analogiques, à mesure que les gens découvrent les nombreux avantages de lire sur leur téléphone, iPad et autre tablette Kindles [7]: des chapitres gratuits à titre d’essai pour tester un livre avant achat, un choix en théorie illimité, une disponibilité permanente sans prévoir à l’avance. (Votre avion a du retard ? Achetez un livre !), satisfaction immédiate, des prix plus bas. Et, bien sûr, aucun arbre n’a été coupé pour cela.

Et les contrats, pour les écrivains, dépassent tout ce qu’ils pouvaient avoir espéré. Alors que, si par bonheur vous parveniez à convaincre un éditeur de vous publier, le mieux que vous puissiez espérer percevoir était 70 pence par exemplaire vendu. Et là, déjà, autoéditez-vous avec Apple ou Amazon et ils vous reversent soixante-dix pourcent du prix de vente au numéro. Soixante-dix pourcent ! Aucun coût, aucun intermédiaire. Etourdissant.

Horreur !, malheur ! s’écrient les éditeurs ! Mais qui va filtrer toute cette merde ? Les gens vont pouvoir publier tout et n’importe quoi ?! Eh bien, oui. Même si quatre-vingt dix pourcent de ce qui paraît en autoédition est de la daube, peu importe, car on voit que des principes démocratiques fonctionnent. Les gens téléchargeront les échantillons gratuits des livres et décideront par eux-mêmes, et ce très souvent dès les premières lignes, ce qui est nul et ce qui ne l’est pas. Et une fois que dix personnes ont noté tel ouvrage comme « nul », c’est fini. Fin de partie. Mais pour ceux parmi nous qui ont combattu l’imbécillité crasse de l’industrie de l’édition depuis des années, pour ceux d’entre nous qui sont considérés comme trop gay, ou trop particuliers, ou trop crus, ou trop sombres, ou trop joyeux, ou trop hors-norme pour plaire à qui que ce soit assis dans les bureaux d’un monde qui s’effondre dans cette industrie finissante, ce nouveau modèle économique fournit la plus extraordinaire opportunité d’atteindre notre public, de découvrir si on a un public, sans cette bureaucratie sans visage et qui ne sait dire que « Non désolé, vous ne pouvez pas faire ça. »

Pour les écrivains, le simple fait de pouvoir dire, « Ben en fait, je peux, » c’est merveilleux, putain. Et je suis convaincu que, ce sera merveilleux pour les lecteurs aussi. [8]
[Traduction de Tiphaine Bressin]

Nick Alexander

Et le Financial Times titrait en première page, en dessous de la libération sous caution de qui vous savez, que les ventes d'e-book dépassaient pour la première fois les ventes de livres (tous formats confondus) sur Amazon.
QUAND la France s'ouvrira-t-elle enfin à cette tendance ? C'est tellement plus pratique de faire des recherches sur un texte virtuel, avoir tout son corpus tenant en une tablette, retrouver une citation intéressante sans corner des pages ou mettre des stickers moches, prendre des notes sans transporter une batterie de marqueurs fluos ?
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Urumi le 20 Mai 2011 à 17:54
Tiens, je découvre ce topic...

En fait, je fais une distinction claire entre romans et articles/monographies scientifiques. Et il est clair que pour les seconds, je préfère sans hésitation le format numérique pour 3 raisons essentielles : 1) ils me suivent partout sur mon ordi, et quand on part souvent bosser à l'étranger, c'est autrement plus pratique que d'embarquer ses dossiers de photocopies (d'ailleurs, je commence à m'y mettre également pour la prise de notes). 2) la fonction recherche facilite la consultation et fait gagner un temps considérable. 3) Je peux les retrouver en 2 secondes grâce à mon logiciel biblio qui permet la fonction "pièce jointe" à la référence. Ca m'évite de chercher pendant une heure "oui mais est-ce que je l'ai rangé au bureau ou chez moi, dans les dossiers alphabétiques ou thématiques, et dans le second cas, lequel ?".
Sans parler des dictionnaires, encyclopédies, bibliographies critiques, etc. qu'il est beaucoup plus rapide et simple de consulter en ligne que dans le format papier.
Et pour la lecture sur écran, on s'y habitue.

Pour ce qui est des romans, je n'envisage pas forcément l'achat d'une tablette. De toute façon, je n'écris pas dans mes bouquins (et le premier qui s'y risque va m'entendre...). Cela dit, il m'est déjà arrivé d'acheter un livre que j'avais déjà "parce que je voulais relire celui-là précisément maintenant tout de suite". Du coup, le potentiel de mémoire de ces engins pourrait bien m'intéresser.
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: FinalBahamut le 20 Mai 2011 à 19:32
Pourquoi opposer les deux ?

Les deux cohabiteront probablement, pour leurs avantages respectifs.

Maintenant, en vieux con que je suis, j'aime bien le soir sortir mon livre de la table de nuit, sentir l'odeur du livre, le toucher...
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: RoiLion.Thom le 26 Janvier 2012 à 12:30
Plop plop plop...
8 mois après, au final, y a-t-il dans ces lieux quelqu'un qui possède une "liseuse" du style Kindle, ou Fnacbook ?
Je commence à regarder cet objet du coin de l'oeil, mais étant donné qu'il est encore récent sur le marché, je ne suis pas sûr que ça vaille vraiment le coup.
Des avis j'aimerais :)
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Jaxom le 26 Janvier 2012 à 20:27
Un collègue a fait l'acquisition durant ses vacances de Noël d'un Kobo (Fnacbook) et me l'a montré. Ce qui marque immédiatement c'est le rendu du texte : on dirait une impression papier, instantanément c'est plus agréable à l'oeil que le rendu de n'importe quel PDF ou eBook dans iBooks ou dans Acrobat Reader. La lecture est plaisante de part le fait que l'écran n'est pas rétroéclairé, a un large angle de de vision, et nécessite peu de lumière externe. L'appareil est suffisamment petit et léger pour faire oublier qu'on a un truc bourré d'électronique en main (bien plus léger que l'iPad). La consommation énergétique est presque inexistante et la dernière chose affichée reste sur l'écran même après extinction de l'appareil.
Parmi les autres bonnes trouvailles accompagnant le concept de la liseuse : un espèce de compteur de page et de livre intégré qui se charge de gérer des "succès" de lecture à la Steam/Live/PSN et qu'il est possible de poster après. Apple n'a pas encore repiqué le concept pour iBooks.

(http://www.idboox.com/wp-content/uploads/2011/11/Kobo-By-Fnac2-Ebooks-IDBOOX.jpg)

Parmi les trucs moins bons pours cette version : l'écran souple est bien plus fragile et facile à rayer que les écrans rigides des iBordels et Android-choses ; or on a pas de pochette de protection livrée avec et comme tous les devices devant être manipulés avec les doigts on sera amené à en nettoyer la surface régulièrement.
Sur ce modèle, c'est du monochrome, dont à part les gravures des livres du XIXème (et précédemment), il ne faut pas s'attendre à une reproduction fidèle des images incluses dans des livres, ne conviendra donc pas à ceux qui espère lire des BD ou manuel ou livres récents incluant des photos ou diagrammes en couleur. Comme l'écran est petit, les pages ne sont pas affichées intégralement, on perd donc la mise en page initiale. De temps à autre le device fait un rafraîchissement pleine page de son écran qui se traduit part un écran noir ce qui est assez désagréable (apparemment c'est configurable dans les options). Moins réactif qu'un iBordel Next Gen (CPU moins puissant et faible consommation).
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: RoiLion.Thom le 27 Janvier 2012 à 11:46
Très intéressant cet avis :) Merci.

Autant le début confirme mes envies/attentes, autant par contre tes derniers paragraphes sont plutôt handicapant. Pas trop la fragilité, à la limite ça je peux m'y faire, mais la taille entre autres... bof.
Toute façon, ce seront les détails entre modèles qui feront pencher ma balance, je pense. Il paraît que c'est le Kindle le mieux, mais si le catalogue est nul... ça sert à rien.

D'ailleurs, Jax, tu le dis pas, mais c'est gros comment ? Quelle taille ?
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Ryô le 27 Janvier 2012 à 12:04
La nouvelle manette de la Wii U pourrait faire liseuse. Once upon a time, j'ai dit:
Citation de Ryô le 8 Novembre 2010 à 12:33
Donc pour moi c'est "jamais sans papier"
Comme il n'y a que les cons qui ne changent pas d'avis, je commence à m'interroger. J'ai bien deux ou trois cents références à lire en .pdf ou ebooks ; ma remarque sur le papier est assez stupide, à la réflexion.
Qu'est-ce qui coûte le moins? Imprimer ou acheter un kindle ou encore attendre la wii u?

J'ai au moins trois thèses à lire en .pdf. Je ne vais pas tirer 3x 350 pages en papier.

L'autre jour un pote est venu avec sa tablette samsung sous android. Je voyais comment marche le système de lecture..ma foi, ça paraît vraiment intéressant.

Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Jaxom le 27 Janvier 2012 à 14:30
Entre 33 et 50% de la taille de l'iPad (ou d'une tablette Android équivalente), il a la taille de certains gros téléphones Android (ceux faisant office de petites tablettes).
Encore une fois aucun rapport au niveau du rendu des pages avec des périphs rétro-éclairés, ça n'a rien à voir : ça ne fatigue ni n'ébloui les yeux (ce que fait tout écran rétro-éclairé même les mieux réglés).

Aucune idée quant à la taille du catalogue Fnac. Apparemment y a deux fournisseurs de livres/bookshop pour ce device-là : la FNAC et Kobo. Mon collègue m'a dit que le systèmes est similaire à ce qu'on a sur iTune (sauf qu'ici on passe par une page web) : on ajoute/achète des livres sur son compte et après ceux-ci sont synchronisés sur la liseuse.
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Ryô le 31 Janvier 2012 à 09:36
Petite réflexions que je me fais: entre le kobo et le kindle, lequel serait le meilleur? Les deux semblent permettre des anotations, ce qui est pour moi absolument fondamental. Mais de quel type de notes peut-on se prévaloir? Longue, courte?
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Matsya le 1er Février 2012 à 00:17
Citation de Ryô le 31 Janvier 2012 à 09:36
Petite réflexions que je me fais: entre le kobo et le kindle, lequel serait le meilleur? Les deux semblent permettre des anotations, ce qui est pour moi absolument fondamental. Mais de quel type de notes peut-on se prévaloir? Longue, courte?
Comme je te l'ai dis sur un autre canal, fais bien attention aux notes que tu veux prendre et à ce que tu veux en faire après. Pense non seulement à la facilité de prise de notes, mais aussi à leur export dans un format simple et non propriétaire !

P.S : pour le coup, je doute qu'une liseuse sache faire cela correctement.
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Jaxom le 1er Février 2012 à 04:07
La version de Kobo disponible sur iOS (oui ils ont aussi sorti une app sur leur concurrent) permet de le faire(http://blog.kobobooks.com/did-you-know-how-to-use-kobo-dictionary-and-kobo-annotations-on-kobo-application-for-ios-and-android-devices/). De même pour une maj récente de leur propre plateforme(http://blog.kobobooks.com/experience-the-new-and-exciting-update-for-the-kobo-ereader-touch-and-kobo-desktop/). Apparemment, d'apres l'une de ces entrees blogs, les notes et annotations Kobo sont ensuite synchronisées sur le profil et peuvent être récupérées via l'app Kobo desktop. Aucune idée de comment ca s'importe / exporte avec / vers d'autres gens.

Sinon pour les Kindle et Fnacbook, il faut verifier a l'achat que ca marche dedans (quand on fait une recherche, on trouve des videos pour le Kindle DX donc ca doit marcher de base*).

*Mais comme c'est bloque ici aux heures de bureau je ne peux pas vérifier.
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Ryô le 1er Février 2012 à 05:51
Mon choix, suite au conseil notamment de Mats, se porterait plutôt sur ça:
http://www.lesnumeriques.com/ebook/bookeen-cybook-orizon-p11428/test.html(http://www.lesnumeriques.com/ebook/bookeen-cybook-orizon-p11428/test.html)

Comme je te répondais, Mats, quand je prends des notes, elles sont généralement succintes, sur un bouquin. Si je veux étendre ma réflexion, souvent je prends un bout de papier.

Le bookmarking des pages et les simples annotations suffiraient à mon bonheur. J'écris peu de roman sur des pages déjà remplies par d'autres  ;)
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: RoiLion.Thom le 1er Février 2012 à 11:19
Un rapide premier coup d'oeil sur le site que tu as mis (très intéressant) me pousserait plutôt vers le Odyssey.

Mais bon, j'ai le temps encore pour réfléchir.

J'attends ton avis sur le produit après utilisation, Ryo ! :)
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Ryô le 1er Février 2012 à 11:37
salaud! encore a moi d'essuyer les plâtres.
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: RoiLion.Thom le 1er Février 2012 à 11:49
Ah ben t'as l'air d'avoir le doigt prêt à cliquer sur le bouton "acheter" alors que je n'en suis qu'à penser à l'hypothèse d'un possible achat, donc...
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Ryô le 1er Février 2012 à 12:19
Plus compliqué que ça: la demande officielle de cadeau d'anniversaire est faite à môman. J'attends donc mon anniversaire (avril) et peut être auras-tu basculé avant moi en ce cas.

Kaori me paye la Wii U cette année, sinon. Donc je n'achèterai pas moi-même l'ebookin
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: RoiLion.Thom le 5 Juin 2012 à 13:45
Et voilà, finalement je n'ai pas eu à me prendre le chou : mon épouse m'a offert un des Reader de Sony, le PRS-350 Pocket.
Pour l'instant je n'ai pas encore pu jouer avec, il est en train de recharger.
Mais d'emblée, c'est un très bel objet, de la taille d'un petit pocket très fin (fin comme un Librio), et surtout, surtout, ce qui frappe le plus, très léger (155g annoncés, c'est autre chose que les 1000 et quelques pages de Guerre et Paix !)
Plus d'info ici : http://www.clubic.com/livre-electronique/article-411158-1-sony-reader-prs-350.html

Je ne peux pas en dire beaucoup plus pour le moment, mais je reviendrai après quelques heures de lecture pour vous en parler.
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: The WormLord le 5 Juin 2012 à 14:36
Roh la copieuse, j'ai eu un Kobo pour mon anniv' :p
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: RoiLion.Thom le 5 Juin 2012 à 14:38
C'est nul les Kobo :o c'est les Sony les mieux :o

(comment ça "pas objectif" ?)
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Wingman le 5 Juin 2012 à 14:42
Citation de RoiLion.Thom le 5 Juin 2012 à 14:38
C'est nul les Kobo :o c'est les Sony les mieux :o

(comment ça "pas objectif" ?)
Sony c'est Kaka  :exite: :exite:
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Urumi le 5 Juin 2012 à 15:34
En tout cas, je serais bien intéressée d'avoir vos retours, à tous. C'est un achat que je pourrais éventuellement commencer d'envisager dans un futur pas trop proche. (Traduction, si c'est comme l'imprimante, dans 5 ou 6 ans.)

Ce qui m'intéresse particulièrement, c'est le potenchiell du point du vue de la prise de notes. (Parce que, faut pas rêver, ce serait avant tout pour le boulot.)
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Ryô le 5 Juin 2012 à 16:06
Bon, moi j'ai ma liseuse de chez essentielB.
Je trouve l'écran un peu petit, mais pour lire les .pdf c'est le grand bonheur. Les thèses, articles et tout le merdier tiennent dans la pocket, c'est un vrai plus pour un geek qui aurait tendance (comme là, au lieu d'écrire mon article en anglais, j'écris un commentaire poussif) à squatter facilement le net dès qu'il y a une connexion.

Pour les manga, c'est une catastrophe par contre (quand ce sont des scans de double page, s'entend).

Seul bémol, je l'ai pas (faite) payer cher (à ma mère pour mon anniv) par acquis de conscience, et elle n'est plus vendue, donc plus mise à jour sans doute.

Je l'avais prise avec clavier physique, mais l'utilité s'en avère limité. Sortir de la lecture pour écrire une note, temps de réactivité vraiment long, finalement un bon callepin à côté fait toujours autant l'affaire. Pis elle est pas tactile, et au final ça fait chier.

Allez, prochain achat, le galaxy note.
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Megara le 5 Juin 2012 à 20:19
Ah tiens, il y a donc un topic sur les liseuses. Je ne sais pas comment j'ai fait mon compte, mais j'ai réussi à passer à travers...  :mdr:

Pour ma part, cela fait un an que j'utilise le e book Mpman COLOREBOOK7(http://www.darty.com/nav/achat/audio_mp3_mp4/book/book/mpman_colorebook_7.html). Il est ultra-basic par rapport aux e-books cités dans les autres posts, mais il me sert à bouquiner tranquillement dans les transports en commun, en voyage ou quand je poirote chez le coiffeur  :D Pour l'instant, c'est tout ce que je lui demande : je verrai plus tard pour up-grader vers un modèle plus haut de gamme.

A noter: ce modèle est plus performant avec les .pub que les .pdf.
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: RoiLion.Thom le 8 Juin 2012 à 12:03
Alors...

Après quelques jours d'utilisation, je suis vraiment ravi de cet objet. Pour rappel, il s'agit du PRS-350 (Pocket) de Sony. Je vais tenter d'étayer mon avis, mais désolé Steph je pense que ça ne répondra pas à tes attentes...

Déjà le contexte : je fais une heure de RER le matin et le soir (en gros). Donc pour moi, cet objet me sert à lire durant les trajet, de manière à peser moins lourd dans mon sac et à ne pas abîmer mes ouvrages (même dans le sac à main, ils morflent, je ne suis pas soigneux). Et puis c'est tout, je ne suis pas client des autres fonctionnalités qu'on trouve sur ce genre d'outils (musique, annotations, Internet, patin, couffin).

En ce sens, mon Sony Reader Pocket, de 155g, écran 5", donc petit et léger, est parfait. La lecture est agréable, on peut régler la taille de la police, le sens d'affichage (portrait/paysage), mettre autant de marque-page qu'on veut, lire plusieurs livres en parallèle du coup... Bref c'est comme un vrai bouquin. Donc pour moi c'est tout bingo, et je le recommande à tous. Le seul petit détail qui m'a étonné au début, c'est le temps de réaction. A l'époque des smartphones, tabletts, ADSL-Giga-Plus-3D-sans-fil, on n'est plus habitué à voir l'écran "flasher" pour changer de menu. Apparremment c'est dû à la technologie d'"encre". Et bon, en fin de compte, ça ne gêne pas du tout, les pages se tournent vite. C'est juste un point auquel je ne m'attendais pas.

Concernant les possibilités annexes, il y a déjà plein de trucs sur celui-là.
On a pour commencer 12 dictionnaires inclus (1 "vrai" dictionnaire anglais, et 11 traducteurs, donc pas de dictionnaire français). Ca peut intéresser ceux qui lisent en langue étrangère. Il suffit de cliquer (l'écran est tactile) sur un mot pour avoir son entrée dans le dico.
Ensuite on a un stylet. Bon enfin, "normalement" on a un stylet. Moi j'ai pris un modèle d'exposition, qui ne l'avait plus, mais je m'en fous, je ne veux pas faire d'annotations. A savoir que le stylet aide juste à avoir une meilleure précision pour écrire et toucher les menu. On peut le faire au doigt aussi (mais ça doit être plus simple au crayon quand même).
Enfin, donc, on peut faire des annotations, des notes dans les bouquins mais aussi des fichiers de manuscrit à part. Je n'en parle pas plus, je ne m'en suis pas servi.

Au final, en tant que liseuse, c'est donc un super objet (en plus c'est très beau je trouve, en bleu dans mon cas).
Si on veut faire plus que "juste" lire, je pense qu'il faudra peut-être préférer un des grand-frères (PRS-650 ou PRS-T1, je crois) pour avoir plus de capacité/puissance, mais l'ensemble de l'appareil restera sur le même modèle, à savoir très bien.
Et pour terminer, je précise que les Reader de Sony savent tout lire : pdf, rtf, doc, ePub, et tout autre format de livre numérique. Et ça c'est cool !
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: squekky le 9 Juin 2012 à 01:29
Merci pour ces détails :jap:.

Pour l'autonomie elle est de combien ? Et le rechargement ? Prise secteur ou via un port USB ?

L'écran retro éclairé ? On peut modifier cet éclairage ?

C'est vraiment pas mal surtout qu'il y a des nouveautés qui apparaissent sur les formats de livres numériques. Comme les codex des jeux warhammer et warhammer 40 000. Et pour cela ca me dit bien. Fini de se trimballer avec 4 tonnes de livres dans le sac.

http://www.games-workshop.com/gws/content/article.jsp?aId=22200010a(http://www.games-workshop.com/gws/content/article.jsp?aId=22200010a)
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: The WormLord le 9 Juin 2012 à 12:03
Le principe d'une liseuse c'est de ne pas être rétroéclairé ;)
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: FinalBahamut le 9 Juin 2012 à 14:27
Juste pour dire que je suis possesseur d'un kindle, et que niveau confort de lecture, confort des yeux, confort des bras (très léger), démarrage instantané, c'est juste incomparable avec un ipad & autres tablettes. Mais l'ipad n'est pas une liseuse non plus.

Bref, moi qui n'était pas trop chaud pour l'ebook, avec le kindle je suis en passe d'être converti.  :yaisse:
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: squekky le 10 Juin 2012 à 02:16
Je parlais de l'arrivé des Codex Warhammer 40 000 sur Ipad.

Voici qui arrive dans les mois à venir..

http://www.trictrac.tv/video-epawn-mais-qu-est-ce-que-c-est(http://www.trictrac.tv/video-epawn-mais-qu-est-ce-que-c-est)

Regarder la vidéo, la révolution des jeux de roles, de plateaux est en cours.
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: RoiLion.Thom le 10 Juin 2012 à 12:59
Citation de squekky le 9 Juin 2012 à 01:29
Pour l'autonomie elle est de combien ? Et le rechargement ? Prise secteur ou via un port USB ?

L'écran retro éclairé ? On peut modifier cet éclairage ?
En ce qui concerne le Reader Sony que je possède :
Autonomie de 10 000 pages annoncées.
Rechargement par mode USB, il faut compter 3 heures pour la batterie entière (comme la première fois). Un adaptateur secteur existe, mais vendu séparément.

Comme dit Worm, c'est une liseuse, donc écran pas rétro-éclairé, et non on ne peut pas le changer.
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: AZB le 22 Octobre 2012 à 14:23
Hé ben, moi qui n'y connait pas grand-chose en "liseuses" numériques, ça m'a l'air formidable, dites donc:

http://www.bekkelund.net.nyud.net/2012/10/22/outlawed-by-amazon-drm/

En gros, une utilisatrice norvégienne du "Kindle" d'amazon a vu son compte fermé sans préavis et tous les livres stockés sur son machin effacés à distance, au motif que son compte était associé à un autre compte qui aurait violé les conditions d'utilisation d'amazon... Sauf que la nana n'a jamais eu qu'un seul compte, et quand elle leur fait remarquer elle se prend un bon gros "c'est comme ça et si vous êtes pas contente allez vous faire foutre" dans les dents en guise de réponse (http://forum-images.hardware.fr/images/perso/delarue2.gif)

Imaginez, un jour votre libraire débarque chez vous et réduit en charpie tous les livres que vous avez acheté chez lui juste parce qu'il a ses règles, ben là c'est pareil... Dieu me préserve de jamais acheter ce genre de merde :o
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Jaxom le 23 Octobre 2012 à 06:04
Bienvenue dans le monde merveilleux de tous les services de distribution numérique : livres (amazon, fnac, iTunes store), musique (amazon, fnac, iTunes store), video (amazon, fnac, iTunes store), jeux video (iTunes store, PSN, Live, Nintendo, Steam, Origins) et j'en passe.

Chai pu ou ça en est mais fut un temps, se faire bannir des forums Bioware (cf les gens qui insultaient l'une des scénariste de ME3 qui trouvait que le jeu final était encore trop "cérébral" a son gout) était suffisant pour totalement bloquer un compte Origins rendant tout jeu EA/Bioware/Monolithe requérant un mode online (ME2/2, DA:O/II, BF3, WarO, SWTOR, etc) totalement inutilisable.
Sans parler de quand Apple retire un truc du store paske ca a viole une quelconque politique d'utilisation.
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Kian le 25 Octobre 2012 à 20:28
Quelle horreur...
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Urumi le 8 Mars 2013 à 12:20
@ Ryô : je serais intéressée d'avoir un retour sur l'utilisation de ta liseuse pour ta thèse.  ^^
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: harsiesis le 16 Mars 2013 à 18:19
Bon et bien comme quoi tout arrive : je suis passé du côté obscur de la Force'ai une liseuse à présent.
En fait on me l'a offerte, car moi aussi je fais partie de ces indécrottables qui restent attachés au papier, et je n'y serais sans doute pas passé de moi-même. En même temps je vois au moins un côté positif : ça fait un moment déjà qu'une seule rangée ne suffisait plus sur les étagères de ma bibliothèque :peur:

Pour l'instant j'ai testé la chose en téléchargeant des classiques, donc gratuits. Je continuerai à acheter des livres papier, pour les notes ou simplement le plaisir d'avoir une belle édition, mais je pense que ça va me servir car on a pas forcément envie de cela tout le temps sur n'importe quel livre.
'fin bon, boboïtude powa! :sweatdrop:
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: RoiLion.Thom le 16 Mars 2013 à 22:41
Voilà, pareil. J'achète toutes les Annales du Disque Monde en beaux livres, mais le reste je le prends sur ma liseuse.
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Urumi le 16 Mars 2013 à 23:49
Je trouve tout de même que le prix des livres numériques est disproportionné.  :sweatdrop:
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Aladfal le 17 Mars 2013 à 09:55
Citation de RoiLion.Thom le 16 Mars 2013 à 22:41
J'achète toutes les Annales du Disque Monde en beaux livres...
L'Atalante ?
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: The WormLord le 17 Mars 2013 à 11:10
Citation de Urumi le 16 Mars 2013 à 23:49
Je trouve tout de même que le prix des livres numériques est disproportionné.  :sweatdrop:
Clairement. Perso j'ai profité d'une promo chez Bragelonne récemment : ils proposaient 300 livres à 1€ pendant 3jours, j'en ai pris une quarantaine.
Mais quand je vois que la version numérique est parfois plus chère que la version papier, je capte pas... A la limite pour de vieilles éditions qu'il faut "numériser", admettons, mais pour du neuf...
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Ryô le 17 Mars 2013 à 15:43
Citation de Urumi le 8 Mars 2013 à 12:20
@ Ryô : je serais intéressée d'avoir un retour sur l'utilisation de ta liseuse pour ta thèse.  ^^
Bah c'est surtout très pratique (la tablette surtout) pour la lecture d'articles et de thèses un peu n'importe où.
Plus les anotations via reader, tout va bien.
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Kamen le 22 Mars 2013 à 13:36
Les liseuses favorisent la diffusion des textes littéraires. Enfer !
Car voici ce qu'on pensait du livre de poche et de la massification des lecteurs :
http://www.ina.fr/video/I13043985
Titre: Re: Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: harsiesis le 22 Mars 2013 à 22:48
Citation de Kamen le 22 Mars 2013 à 13:36
Les liseuses favorisent la diffusion des textes littéraires. Enfer !
Car voici ce qu'on pensait du livre de poche et de la massification des lecteurs :
http://www.ina.fr/video/I13043985
Mon dieu... le ton de l'étudiant c'est vraiment... à baffer.
Sinon j'avais lu que Sartre aussi était contre le livre de poche au départ.

Bref, de vrais visionnaires ces gens-là...
Titre: Re : Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Urumi le 18 Août 2014 à 16:07
Bon. Il y a un an et demi, je m'interrogeais sur la pertinence d'acheter une liseuse et j'avais finalement opté pour une tablette, plus multi fonctionnelle que j'utilise pour diverses choses, en mobilité ou à la maison, mais finalement peu pour lire. Et encore, uniquement des lectures pour le boulot.
Car le fait est que lorsque j'ai envie de prendre un bouquin, c'est justement pour me soustraire un instant aux écrans devant lesquels je suis toute la journée. Mais là, je vais bouger pendant un petit temps, je n'aurai pas la place d'embarquer beaucoup de livres avec moi, et je risque d'être sérieusement limité dans le choix des livres en français que je vais pouvoir trouver sur place. Je me tourne donc de nouveau vers l'éventualité d'investir dans une liseuse, pour le côté pratique (beaucoup de livres, pas beaucoup de place), même si j'ai beaucoup de mal à me faire à l'idée d'abandonner la matérialité du livre, contrairement à la musique et aux films.

D'où ma question : ceux d'entre vous qui ont une liseuse, au bout de quelques mois/années d'utilisation, en êtes-vous toujours satisfaits ? Ou bien est-ce un gadget qui a cessé de vous amuser au bout d'un temps et que vous avez remisé dans une armoire ? L'éclairage frontal est-il utile ou pas ?

En me renseignant un peu, je vois aussi que les bibliothèques commencent à avoir une offre de prêts d'ebooks. Même si le système me semble une tentative d'adapter maladroitement le fonctionnement du prêt d'ouvrages papiers et si l'offre du catalogue ne paraît pas très étendue, ça peut peut-être dépanner quelques fois...
Titre: Re : Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: RoiLion.Thom le 19 Août 2014 à 08:37
Citation de Urumi le 18 Août 2014 à 16:07
D'où ma question : ceux d'entre vous qui ont une liseuse, au bout de quelques mois/années d'utilisation, en êtes-vous toujours satisfaits ?
Oui
Citation de Urumi le 18 Août 2014 à 16:07
Ou bien est-ce un gadget qui a cessé de vous amuser au bout d'un temps et que vous avez remisé dans une armoire ?
Pas du tout, elle est toujours dans ma sacoche, où que j'aille, vu qu'elle ne prend pas de place et ne pèse presque rien
Citation de Urumi le 18 Août 2014 à 16:07
L'éclairage frontal est-il utile ou pas ?
Vu que je lis dans le RER, je l'allume souvant dans les tunnels ou quand l'éclairage des rames est faiblard. Donc oui.
Citation de Urumi le 18 Août 2014 à 16:07
En me renseignant un peu, je vois aussi que les bibliothèques commencent à avoir une offre de prêts d'ebooks. Même si le système me semble une tentative d'adapter maladroitement le fonctionnement du prêt d'ouvrages papiers et si l'offre du catalogue ne paraît pas très étendue, ça peut peut-être dépanner quelques fois...
A noter que tous les classiques qui sont dans le domaine public sont trouvables de manière légale en téléchargement un peu partout.
Titre: Re : Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Urumi le 19 Août 2014 à 10:18
Ok, merci pour le retour. ^^

Pour les classiques, oui, je savais qu'on pouvait les obtenir gratuitement. La bibliothèque municipale où je vis propose des ouvrages numériques récents en prêt pour 30 jours (pourvu qu'on soit inscrit et en ordre de cotisation). Par contre, impossible de télécharger le livre s'il est déjà "emprunté", ce qui me paraît tout à fait à l'encontre du principe du fichier numérique, mais soit. Je pense que les bibliothèques essaient de s'adapter un tant soit peu à ce nouveau marché, mais que ce n'est pas encore au point. Reste à voir ce qui va se développer dans le futur.

Et pour la liseuse, reste à savoir si je la prends en France ou si j'attends la semaine prochaine pour avoir peut-être des prix plus intéressants aux US. :mouais:
Titre: Re : Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: The WormLord le 19 Août 2014 à 10:54
Mêmes réponses que RL : elle est presque toujours avec moi car peu encombrante et pratique, la batterie tient super longtemps, bref c'est vraiment cool.
Par contre je n'ai pas de lampe, mais je me débrouille autrement (les trains sont éclairés, en général :D)
Titre: Re : Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: RoiLion.Thom le 19 Août 2014 à 15:01
Je n'y connais rien, mais si tu la prends aux US, renseigne-toi sur les formats acceptés ; ce serait con que tu sois bloquée une fois rentrée en Europe.
Titre: Re : Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Urumi le 20 Août 2014 à 09:20
Citation de RoiLion.Thom le 19 Août 2014 à 15:01
Je n'y connais rien, mais si tu la prends aux US, renseigne-toi sur les formats acceptés ; ce serait con que tu sois bloquée une fois rentrée en Europe.
En effet. A priori, je dirais que les formats sont les mêmes. D'ailleurs, ils vendent la Kobo également aux US.
De toute façon, vous pouvez uploader n'importe quel epub ou pdf sur vos liseuses, j'imagine (hors Amazon, que je ne compte pas prendre) ?
Titre: Re : Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Kian le 20 Août 2014 à 10:26
Citation de Urumi le 20 Août 2014 à 09:20
Citation de RoiLion.Thom le 19 Août 2014 à 15:01
Je n'y connais rien, mais si tu la prends aux US, renseigne-toi sur les formats acceptés ; ce serait con que tu sois bloquée une fois rentrée en Europe.
En effet. A priori, je dirais que les formats sont les mêmes. D'ailleurs, ils vendent la Kobo également aux US.
De toute façon, vous pouvez uploader n'importe quel epub ou pdf sur vos liseuses, j'imagine (hors Amazon, que je ne compte pas prendre) ?
Je crois me souvenir d'une histoire avec une liseuse Amazon où, en changeant de pays, une personne s'est retrouvée sans aucun eBook car la législation n'était pas la même ou quelque chose comme ça...

http://www.theguardian.com/money/2012/oct/22/amazon-wipes-customers-kindle-deletes-account
http://gizmodo.com/travelers-beware-google-play-might-delete-all-your-boo-1159832224 (apparemment, un bug pour ce cas)
Titre: Re : Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Urumi le 20 Août 2014 à 10:49
Voilà précisément pourquoi je ne veux pas de Kindle. Je compte acheter mes livres au format epub pour pouvoir les sauvegarder sur n'importe quel matériel. Trop optimiste ?
Sur quelle plate-forme achetez-vous vos ebooks ?
Titre: Re : Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: RoiLion.Thom le 20 Août 2014 à 12:51
Je ne prends que des ePubs, en effet. Je sais qu'elle peut lire d'autres trucs, mais je ne m'embête pas.
Et effectivement, je peux les stocker sur le PC. Mais bon vu la taille d'un livre et le stockage de la liseuse...
Titre: Re : Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Alaiya le 20 Août 2014 à 14:26
En plus, il y a des sites qui proposent dorénavant l'export direct en format ePub des écrits (fictions originales ou fanfictions) qu'ils archivent et je trouve ça vraiment pratique pour les gens qui ont des liseuses. Par exemple,  Archive Of Our Own (AO3 - un site qu'il est bien :o ) (http://archiveofourown.org/)
Titre: Re : Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: The WormLord le 20 Août 2014 à 18:44
J'ai presque tout pris chez Bragelonne/Milady perso (j'ai une Kobo)
Titre: Re : Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Urumi le 22 Août 2014 à 00:05
Puisqu'on reparle du livre numérique, j'avais loupé cette news : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1226242-amazon-lance-son-kindle-unlimited-une-dynamisation-bienvenue-du-marche-du-livre-en-ligne.html

Kindle lance un service à la Spotify. Suis perplexe tout de même. :mouais:
Titre: Re : Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Urumi le 1er Septembre 2014 à 23:34
Bon, le marché américain est complètement vampirisé par Amazon. Je n'ai trouvé pour l'instant qu'une librairie indépendante qui vend du Kobo, et il n'y avait pas le modèle que je voulais : la Kobo Aura (normale, pas l'HD). Dommage qu'elle n'existe pas en blanc.
Je vais donc m'orienter vers l'achat en ligne. :lac:
Titre: Re : Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Urumi le 12 Septembre 2014 à 20:09
Voilà, je viens enfin de recevoir ma liseuse ! :w00t2:
Vivement ce week-end que je puisse jouer avec.
Titre: Re : Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Kian le 13 Septembre 2014 à 01:17
:D

A force d'écouter mes collègues, je finis par avoir une envie de Kindle...
Tu as pris quoi déjà toi ?
Titre: Re : Le livre numérique: nemesis des libraires
Posté par: Urumi le 13 Septembre 2014 à 01:22
J'ai pris une kobo aura. (Normale, pas HD que je trouvais trop grande.)
Amazon me faisait trop peur avec les formats propriétaires. Là déjà, je me renseigne bien pour voir si je peux acheter sur fnac ou s'il vaut mieux que je passe par des sites indépendants.