Potes 'n' Profs - Toi aussi, monte au clash avec le corps professoral!

Ryô

  • Sociologeek
  • Waffou
  • Chuck norris peut casser le bras de Rayman
  • Messages: 2 956
On est tous le con de quelqu'un d'autre

Un appendice ne sert pas forcément à rien. Chez moi, TOUS les appendices servent  :classe:


Mise a jour du blog le 27/12/06

MCL80

  • Modos
  • Messages: 3 531
On vit quand-même dans une société très étrange. Il y a 40 ou 50 ans, quasiment tous les parents considéraient comme essentiel que leurs enfants aillent à l'école pour apprendre ne serait-ce que les bases: lire, écrire et compter. Même pour les métiers les plus manuels, ces bases étaient indispensables et elles le sont encore plus aujourd'hui où énormément de choses passent par l'écrit.

Or on a l'impression qu'une partie de la population ne considère plus que leurs enfants auront besoin de ça pour s'en sortir. Et comme il s'agit quasi-exclusivement de familles pauvres, cela vient contribuer à la reproduction sociale.

Après, en 3e est-ce que l'école ne serait pas déjà en concurrence avec des petits boulots?
Attention à la marche en descendant du tram^^
La gare demeure et ne se rend pas…

Flavien

  • Modos
  • Un bon temps pour un bombardement
  • Messages: 3 257
Re : Potes 'n' Profs - Toi aussi, monte au clash avec le corps professoral!
« Réponse #77,  »Modifié
Citation de iDam le 12 Janvier à 11:18
Au bout d'un moment, si l'école les gonfle, faut les placer ailleurs.

(regarde dans ta zone si il y a pas des journées portes ouvertes dans les écoles BTP)

D's©
Pour cette population d'élèves, il manque les réseaux professionnels et l'autonomie de mobilités.
Beaucoup vivent dans des familles où presque aucun membre ne travaille. Que ce soit la famille nucléaire ou, si elle est présente, élargie.  Je ne parle même pas du nombre d'enfants issus de famille factuellement monoparentale ou dans des foyers sans liens direct de sang. Les réseaux sont apportés uniquement par l'école, le collège... qui fait au mieux mais n'est pas fondamentalement fait pour (scolarité 16 ans toussa). Or c'est compliqué de passer par la case apprentissage sans ces réseaux quand on est ado.
Le manque d'autonomie et de réalisme est aussi flagrant. Tu as des gamins qui ont un niveau de 6e en Fcs, maths ou histoire... pas forcément brillant ailleurs (meme eps, lieu commun à déconstruire, non les gamins ees banlieues ne sont pas spécialement meilleurs)... et ils se croient de taille à faire du lycée général... Sans comprendre  notre discours, notamment face à leur manque de travail personnel. Tu as des gamins qui ne veulent pas quitter le quartier, ou au pire une zone comprenant la moitié nord de Limoges et des parents qui n'acceptent pas de laisser les gamins en internat dans des lycées arts et métiers ou agricoles en dehors de la ville. Un exemple parmi les grands absentéistes de ma classe de 3e, une gamine totalement aux fraises depuis la 6e, l'équipe pédagogique de 4e lui a bétonné un dossier de 3e prepa métiers (sorte d'antichambre vers le lycée pro) dans un lycée pro limougeaud réputé. Elle a été prise. Mais elle a refusé l'affectation parce qu'elle ne voulait pas acheter des vêtements de travail et rester avec ses copines absentéistes (cherchez l'erreur).

C'est complètement surrealiste.
Citation
Après, en 3e est-ce que l'école ne serait pas déjà en concurrence avec des petits boulots?
Chez les gitans et assimilés, c'est un peu ça sans limite d'âge.
Pour les autres, non, juste de la déscolarisation avec ou sans l'assentiment des parents. Les gamins ne font litteralement rien.
Re : Potes 'n' Profs - Toi aussi, monte au clash avec le corps professoral!
« Réponse #78,  »Modifié
Citation de Alaiya le 11 Janvier à 18:31
Comment fais-tu pour ne pas être découragé ? Pour ne pas avoir envie de baisser les bras ?
Je le suis un peu. Dans ce genre d'établissement, tu ne fais ta discipline que devant ton PC avec les préparations de cours. En classe, tu ne fais rien de tout cela. Je participe régulièrement à des cours de Français ou de maths (co-intervention) et c'est souvent déconcertant, mais l'histoire-géographie a de plus décourageant que c'est une discipline qui ne pardonne absolument pas l'absence de connaissance. Soit tu les as déjà et tu n'as plus qu'à l'affiner et à assimiler la partie "compétences", soit tu n'as pas de connaissance et là, ça devient compliqué car il faut non seulement acquérir les grandes repères (spatiaux, temporels) mais en plus les phénomènes étudiés précisément. Avec des programmes très thématiques et des notions pointues dès le primaire (je vous avais évoqué la leçon sur les éco-quartiers en CM1), l'inculture ou le maintien de cette inculture ne pardonne pas.
Si je dois comparer avec ce que l'on faisait, élèves, dans les années 80-90, c'est beaucoup plus moins répétitif mais beaucoup plus complexe...

J'ai l'impression d'être nul, en plus, car je perds le fil, je n'ai pas spécialement envie de retravailler mes cours car y passer 30h pour faire une séquence et voir comment elle est torpillée par l'incapacité des gamins à appréhender une notion que ta fille de 6 ans a comprise en 5 minutes...  Ca ne donne pas envie de fignoler. Les innovations pédagogiques, c'est mignon mais dans les faits, ça te prend un temps de dingue et ça n'apporte pas grand chose. Juste prétendre que l'on cherche des solutions.
Pourtant mon inspecteur me mange dans la main (ou presque) et, sauf énorme surprise, je ferai parti des 30% promus plus vite que les autres. C'est pas Byzance mais un an de gagné, c'est toujours ça de pris. Donc techniquement, je devrais ressentir plus de satisfaction mais non, j'ai vraiment l'impression d'avoir été beaucoup plus utile.

Alors vient la question de la mutation... C'est tentant mais :
- j'ai un confort rare étant seul à enseigner dans ma salle. En collège et surtout en lycée, il faut partager voire se balader d'une salle à l'autre.
- je suis beaucoup mieux payé puisque j'ai la prime REP+ (385€ brut quand même)
- si je tiens 4 ans de plus, j'aurais coché une case essentielle pour passer hors classe et être prioritaire pour passer classe exceptionnelle (3e grade enseignant).
- comme je le sous entendais plus haut, j'ai un totem d'immunité de la part de toute l'institution académique du fait d'enseigner dans l'établissement réputé le plus difficile du limousin (et, clairement, pas loin d'être de la Nouvelle-Aquitaine).
- Pour aller où ? Collège ? Lycée ? Dans le second cas, considérant l'aberrante réforme du lycée et du Bac, je n'ai absolument pas envie d'y mettre un pied. Dans le premier, je vais commencer à y faire le tour à force...

Avec la réforme des retraites, les différentes réformes et lois aberrantes de Macron, je pense, et je suis loin d'être le seul, à envisager autre chose. Soit en restant dans le monde de l'éducation, j'ai les compétences pour tenter le concours de personnel de direction... Mais je ne suis pas sûr que les injonctions paradoxales des autorités académiques me plaisent, ou alors en postulant pour des missions à l'étranger via l'AEFE ou la mission laïque... Soit en cherchant un détachement administratif en mettant en valeur mon master de manager territorial... Soit en tentant des concours internes type IRA... Soit en me retirant dans les Monédières ^^
" En France, les peines d'argent durent plus longtemps que les peines
de coeur et se transmettent de génération en génération. "

( Silhouette du scandale )
Aymé, Marcel

Ryô

  • Sociologeek
  • Waffou
  • Chuck norris peut casser le bras de Rayman
  • Messages: 2 956
Citation de MCL80 le 12 Janvier à 18:18
Il y a 40 ou 50 ans, quasiment tous les parents considéraient comme essentiel que leurs enfants aillent à l'école pour apprendre ne serait-ce que les bases: lire, écrire et compter.
Non, c'est faux. Ça n'a jamais été le cas.
Citation de MCL80 le 12 Janvier à 18:18
on a l'impression qu'une partie de la population ne considère plus que leurs enfants auront besoin de ça pour s'en sortir. Et comme il s'agit quasi-exclusivement de familles pauvres, cela vient contribuer à la reproduction sociale.
Ça, pour le coup, c'est quelque chose qui existe depuis un sacré paquet de temps.


"Il y a 40 ou 50 ans", c'était comme avant. Les enfants d'agris étaient réquisitionnés par leurs parents pour bosser quand il y avait besoin. C'est d'ailleurs ce qui a conduit à la création des MFR.
C'est toujours le cas, il arrive fréquemment que les élèves sèchent pour aider à la ferme.
La reproduction sociale fonctionne toujours à pleine balle sur les critères scolaires. Si les parents ont un rapport à l'école difficile, alors l'enfant risque fort de reproduire cela. Si les conditions de vie sociales tendent à rendre l'école comme une "ennemie", les chose ne vont pas s'arranger. L'influence du groupe des pairs est massive et contribue à ces difficultés.
On est tous le con de quelqu'un d'autre

Un appendice ne sert pas forcément à rien. Chez moi, TOUS les appendices servent  :classe:


Mise a jour du blog le 27/12/06

Alaiya

  • Modos
  • OTP FTW !_\o/
  • Messages: 5 061
Citation
Un exemple parmi les grands absentéistes de ma classe de 3e, une gamine totalement aux fraises depuis la 6e, l'équipe pédagogique de 4e lui a bétonné un dossier de 3e prepa métiers (sorte d'antichambre vers le lycée pro) dans un lycée pro limougeaud réputé. Elle a été prise. Mais elle a refusé l'affectation parce qu'elle ne voulait pas acheter des vêtements de travail et rester avec ses copines absentéistes (cherchez l'erreur).
Hum... Attendre d'une gamine de 13 ou 14 ans, surtout vu le contexte dans lequel elle évolue, qu'elle comprenne où est son intérêt c'est surestimer la nature humaine ou faire preuve d'un optimisme mal placé. Et plus généralement, à cet âge-là, quasi aucun gamin n'est capable de se projeter de la sorte vis à vis de son avenir. Non, je trouve regrettable qu'il n'y ait pas (plus ?) un caractère obligatoire en terme d'orientation en mode "c'est comme ça et pas autrement". D'ailleurs, il me semble que la suppression de l'obligation est également valable pour le redoublement (alors que dans certains cas, c'est réellement bénéfique pour certains élèves). Continuer à trainer des boulets (que ce soit de leur faute ou pas ne change pas les faits) dans des établissements d'enseignement général alors qu'ils n'ont rien à y faire est une hérésie. En parlant des familles qui ne voient pas l'intérêt de l'école et/ou qui ont besoin que de l'argent rentre, n'ont-elles pas intérêt, justement, à mettre les gamins dans des filières pro ? Celles-ci sont dévalorisées à tort, alors qu'on a tellement besoin de métiers manuels et que si on y rajoute une spécialisation, ce sont des jobs rémunérateurs.

Après, c'est vrai que c'est triste de savoir que parce qu'un gamin est issu d'un milieu défavorisé, il y a de fortes chances qu'il y reste. Il y a des exceptions, et heureusement, mais ça reste ce que c'est : des exceptions (j'en ai quand même beaucoup vu, y compris dans les études supérieures : d'une certaine manière, j'ai le sentiment qu'on se situe plus dans un contexte de "mentalités"). Qu'en est-il des autres pays européens ? Est-ce que c'est symptomatique de la France où est-ce que chez nos voisins, c'est la même chose ?
Citation
Les innovations pédagogiques, c'est mignon mais dans les faits, ça te prend un temps de dingue et ça n'apporte pas grand chose.
Vu de l'extérieur, ces "innovations" ont l'air d'être des usines à gaz créées de toutes pièces par des technocrates qui n'ont jamais mis les pieds dans une salle de classe. Et de ce que tu dis, ça a l'air encore plus compliqué :sweatdrop: J'ai le sentiment que l'enseignement s'est considérablement complexifié que c'était plus clair, plus basique lorsque nous étions nous-mêmes des élèves. Je ne sais pas... Deuxième guerre mondiale : comment ça a commencé, qui, quoi, quand et pourquoi. Et après, des textes, des cartes et des photos, des questions et go les enfants, expliquez ce que vous comprenez là-dedans grâce aux données d'entrée qu'on vous a filées au cours précédent. Apprendre et comprendre ce qu'on apprend. Il y a toujours eu des gamins qui apprennent par coeur et comprennent que dalle, d'autres qui apprennent que dalle mais qui comprennent très bien et ceux qui font les deux (et qui sont les meilleurs de la classe). Les deux dernières catégories s'en sortiront toujours, et la première eh bien ma foi... A réorienter. On parle de séquences, de croisement des matières, tout ça... des voeux pieux, mais en pratique, je me demande si les gosses ne sont pas plus perdus qu'autre chose là-dedans.