Présidentielle de 2012… candidats, pronostics, et diagnostics en folie

Poseidon

  • Waffou
  • Messages: 3 555
"Avec beaucoup de patience et de vaseline, l'éléphant encule la fourmi"

AZB

  • Waffou
  • Messages: 8 924
Si ça ne marche pas comme vous voulez, plaignez-vous jusqu'à ce que vous obteniez satisfaction :o

Seto

  • Waffou
  • Houba!
  • Messages: 1 166
Re: Présidentielle de 2012… candidats, pronostics, et diagnostics en folie
« Réponse #17, le 7 Mars 2011 à 09:58 »Modifié le 7 Mars 2011 à 11:32 par Seto
En tout cas, les frontistes se sentent pousser des ailes, ils se voient déjà lyncher publiquement les musulmans, pas plus tard qu'hier j'ai tellement poussé à bout l'un d'entre eux qu'il était obligé de se positionner en pro-juif pour pouvoir continuer à taper dessus (c'est bien la première fois que j'en vois un chez les frontistes)... laïques eux?  :whistling2:
Vous n'avez jamais raison ou tort parce que les autres sont d'accord avec vous. Vous avez raison parce que vos données sont exactes et votre raisonnement juste (W. Buffet)

Kamen

  • Waffou
  • What lies behind the mask...
  • Messages: 7 953
(cliquez pour montrer/cacher)
Citation
La tentation Marine Le Pen ne séduit pas que les électeurs
Philippe Cohen - Marianne | Lundi 7 Mars 2011 à 05:01
Le sondage Harris-Parisien qui annonce Marine Le Pen en pôle position au premier tour affole la droite et la gauche. Elle instille le pire des poisons dans la campagne présidentielle : celui de tuer le débat démocratique légitime au nom d'une nouvelle injonction du genre «Tout sauf Le Pen».

Marine Le Pen, et maintenant?  ISF: le « suicide électoral » de l'UMP  Pour Minc, Sarkozy, meilleur rempart contre Marine Le Pen? Cela nous pendait au nez depuis un moment. Cela pendait, surtout à celui, de nez, des chefs de l'UMP et du PS : un sondage Harris-Interactive nous apprend que Marine Le Pen serait en tête du premier tour de l'élection présidentielle avec 23% si celle-ci avait lieu maintenant et qu'elle y était opposée à Martine Aubry et à Nicolas Sarkozy (21%).

Bien sûr, un sondage n'est pas une élection, Mai 2012 est encore loin et le leader du Front national est la seule à être entrée en campagne. Mille évènements - un rebond de la crise, la non-candidature de Sarkozy, voire, sait-on jamais, la mobilisation de la gauche autour d'un vrai programme, l'évolution du monde arabe, une crise en Chine, etc - peuvent changer la donne profondément.

Bien sûr, le choix des commanditaires du sondage de ne tester ni Ségolène Royal, ni François Hollande, ni surtout Dominique Strauss-Kahn jette un doute sur leurs intentions réelles : pourquoi éliminer ces trois candidats ? Pourquoi tester, en revanche, Dominique de Villepin qui ne s'est pas davantage avancé que DSK ?
SI l'on s'en tient à une analyse strictement politicienne, le résultat de ce sondage est utile à deux des candidats : Nicolas Sarkozy et Dominique Strauss-Kahn. Pourquoi ?
Concernant le Président l'interprétation est évidente : au moment où Nicolas Sarkozy incite ses partisans à éviter toute candidature de division - François Fillon samedi dans le Figaro, Xavier Bertrand et Dominique Paillé dans le Parisien - le sondage montre que la droite a intérêt à se rassembler derrière un candidat unique et à réserver la technique du râteau - plusieurs candidats pour ratisser plus de voix - pour d'autres occasions.
Or, soyons en certain, le Président n'est pas homme à organiser une primaire à droite. Il dispose encore de vrais atouts - le pouvoir et l'argent rien que ça - pour éliminer toute velléité de candidature dissidente à droite. A ce sujet, les gesticulations d'un Villepin ou d'un Borloo ne doivent pas illusionner : faisons confiance à Sarkozy pour trouver des moyens persuasifs pour les faire renoncer à leur petit tour de manège présidentiel, même si le chef de République solidaire dispose désormais, avec 7% d'intentions de vote, d'un levier sérieux pour obtenir du Président quelques concessions de taille.

Mais le sondage Harris-Le Parisien est tout aussi utile aux partisans de DSK. Chacun sait que, lui présent dans l'étude, elle aurait annoncé un deuxième tour DSK-Marine Le Pen, laquelle serait alors devant Sarkozy. Le sondage apparait donc comme un vibrant plaidoyer en faveur d'une gauche unie derrière le Président du FMI. Ou bien, à tout le moins pour une limitation des candidatures à gauche, à fortiori d'ailleurs si DSK n'y allait pas. Désormais, Jean-Luc Mélenchon, Eva Joly, Olivier Besancenot  seront stigmatisés avec l'étiquette infamante : « Attention, ce candidat peut amener un nouveau 21 avril! »


Marine Le Pen ? Un rêve de second tour à droite et peut-être à gauche
Car une chose est sûre : si les sondages qui arrivent ne prédisent rien, ils agissent sur le débat politique ici et maintenant : l'effet d'une illusion n'est pas forcément une illusion. Et l'hypothèse, même improbable, d'une possible qualification politique de Marine Le Pen au second tour, va peser lourd dans les stratégies politiques des uns et des autres. Allons même plus loin : la percée de Marine Le Pen peut tuer le débat démocratique du premier tour en l'organisant autour de la peur d'un nouveau 21 avril. A l'endroit ou à l'envers, selon le camp dans lequel on tricote sa pelote. Le terrible sondage Harris-Le Parisien souligne un drôle de paradoxe : désormais le candidat de l'UMP comme celui du PS va rêver d'affronter Marine Le Pen au second tour pour mettre de son côté toutes ses chances de gagner. Pour Nicolas Sarkozy, cette hypothèse est même en train de devenir la seule lui permettant d'espérer la victoire. Dès lors, la priorité absolue, à droite comme à gauche va être d'éliminer tous ses concurrents et d'imposer une candidature unique dans son camp.

Voilà une très mauvaise nouvelle, pire encore peut-être que celle constituée par le score du FN. Car imaginons un instant que chacun, à droite ou à gauche devienne en effet « raisonnable ». Imaginons que Besancenot et Dupont-Aignan n'obtiennent pas leurs 500 signatures, qu'Eva Joly puis Jean-Luc Mélenchon renoncent pour prendre le risque de voir leur camp éliminé au premier tour. Une telle occurrence serait un formidable cadeau pour le Front National. Nous avons vécu « le tout sauf Le Pen » au second tour de mai 2007, et nous risquons maintenant d'avoir un « Tout sauf Le Pen » au premier tour de mai 2012. Ce magnifique progrès  aboutirait à ce que les partis de droite et de gauche disposent ainsi d'un programme commun! Marine Le Pen serait alors très confortable pour, durant toute la campagne, dénoncer « l'UMPS et » démontrer encore plus facilement qu'elle seule incarne la rupture et le changement. Transformer le premier tour en quasi-triangulaire serait le meilleur moyen de lui faire la courte échelle.

Bref, la tragédie qui se profile - mais le pire n'est jamais sûr - offre peu de bonnes solutions pour la conjurer. Sauf à prendre à bras le corps le symptôme qu'incarne le Front National, dont Marcel Gauchet avait eu l'intuition dès la fin des années 1980 : le FN risque de devenir l'unique expression possible d'une version effrayante du retour de la lutte des classes à l'heure de la mondialisation neolibérale : dans les derniers sondages, Marine Le Pen séduit deux fois plus d'ouvriers que Sarkozy ou DSK ! Pour contrer le Front national, traiter les questions de l'identité nationale, de l'islam ou de l'immigration ne sont pas  ou plus des solutions suffisantes n'en déplaise aux Buisson et Copé (qui vient de commander à un institut de sondage une consistante étude qualitative sur Marine Le Pen). Ces sujets, s'ils existent, ont une dimension qui reste périphérique pour les Français séduits par le vote Le Pen. Ce qui compte pour eux, c'est le chômage, les délocalisations, le pouvoir d'achat, les salaires et l'avenir de leurs enfants paupérisés. Toutes angoisses pour lesquelles, malheureusement, le discours n'est peut-être plus une arme suffisante.

Source : http://www.marianne2.fr/La-tentation-Marine-Le-Pen-ne-seduit-pas-que-les-electeurs_a203441.html?preaction=nl&id=5906877&idnl=26259&

Est-ce que la triangulaire au premier tour, qui serait la meilleure stratégie d'un point de vue électoral pour les grands partis, mais la pire d'un point de vue démocratique, sera celle qui sera adoptée ? :peur:
永遠に、あなたのモノ・・・

FX

  • Waffou
  • Messages: 8 667
Je suis le seul à ne pas croire un iota à LePen ? Honnêtement elle n'a, je trouve, rien d'une candidate élue potentiellement, c'est un roquet aggressif, qui n'a pas le certain charisme de son père et qui a pour seul idée de fermer les frontières, je ne vois pas où ça peut déboucher.

Alaiya

  • Modos
  • OTP FTW !_\o/
  • Messages: 4 938
Non mais, de toute manière... Enfin, soyons réalistes! Quand bien même Marine Le Pen serait élue présidente, ce serait ingouvernable (pas de majorité à l'Assemblée ni au Sénat). La mascarade durerait trois mois, on plonge dans une bonne crise politique qui va bien, on passe enfin à la 6ème république et en voiture Simone.

Limite *attention, iconoclastie inside* ce ne serait pas si mal si un tel truc arrivait parce que:

1/ ça donnerait des raisons de modifier certains points dans le gouvernement made in France,
2/ cela constituerait un tel coup de tonnerre que, peut-être, nos édiles habituels, ceux qu'on voit depuis trente ans (!) finiraient par comprendre qu'ils ne séduisent plus personne
3/ la jeunesse (des gens qui ont la trentaine/quarantaine) prendrait la place de cette classe politique sclérosée
4/ les partis classiques voleraient en éclats
5/ on remet tout à plat et on essaie d'avancer avec l'avenir, en se débarrassant du passé.

En gros, une bonne secousse au cocotier et on est reparti.

... Oui, je sais, je suis un peu trop optimiste, mais en ce qui me concerne, nos hommes politiques, je ne les supporte plus.




FX

  • Waffou
  • Messages: 8 667

Jaxom

  • Waffou
  • Messages: 1 842
Pas de retour à un régime parlementaire (= 4eme Rėpublique) svp !
 Il suffit d'ouvrir les livres d'histoire et de regarder les débats de l'Assemblėe à la TV (même avec un Parlement sous contrôle, on se croirait dans une cours de rėcrėe) pour se rendre compte que les gens qui militent pour ce genre d'idioties sont des crétins et que les élus qui soutiennent un tel projet ne font que manipuler leur audience pour glaner plus de pouvoir... Hors justement on sait déjà où ça nous mènera.
"Un chien, un chat et un rongeur, c'est la recette du bonheur !"

Seto

  • Waffou
  • Houba!
  • Messages: 1 166
Le projet de Marine le Pen est pas si différent de celui de Sarko en 2007, en plus souverainiste. Mais si elle devait arriver au pouvoir, elle ne pourrait pas en appliquer la moitié, tout comme Sarko. Parce que leur pire ennemi c'est la réalité -> le président n'a qu'un pouvoir ridicule -> il faut composer avec le parlement, le parlement européén, les traités, les conventions et le conseil constitutionnel. Autant de garde-fous qui nous ont bien servi ces dernières années.
Vous n'avez jamais raison ou tort parce que les autres sont d'accord avec vous. Vous avez raison parce que vos données sont exactes et votre raisonnement juste (W. Buffet)

FX

  • Waffou
  • Messages: 8 667

Seto

  • Waffou
  • Houba!
  • Messages: 1 166
Vous n'avez jamais raison ou tort parce que les autres sont d'accord avec vous. Vous avez raison parce que vos données sont exactes et votre raisonnement juste (W. Buffet)

Kamen

  • Waffou
  • What lies behind the mask...
  • Messages: 7 953
Citation
La synthèse traditionnelle des conservateurs et de la modération orléaniste a été dissoute dans une forme de bonapartisme vulgaire, dont le Front National sait bien mieux jouer. Sans doute aussi parce que ses cadres y croient.
C'est tellement vrai... L'analyse en creux qui est faite de l'UMP...
永遠に、あなたのモノ・・・

MCL80

  • Modos
  • Messages: 3 402
En route pour la politique fiction. :hypocrite:
Citation de Alaiya le 7 Mars 2011 à 14:15
Non mais, de toute manière... Enfin, soyons réalistes! Quand bien même Marine Le Pen serait élue présidente, ce serait ingouvernable (pas de majorité à l'Assemblée ni au Sénat). La mascarade durerait trois mois, on plonge dans une bonne crise politique qui va bien, on passe enfin à la 6ème république et en voiture Simone.
Sauf que les élections législatives auront lieu 2 ou 3 semaines après la présidentielle, et que le vainqueur de la présidentiel emporte en général une jolie prime sur ces élections. Donc pas de majorité à l'assemblée, vu le mode de scrutin, je ne parierait rien.
Citation
Limite *attention, iconoclastie inside* ce ne serait pas si mal si un tel truc arrivait parce que:

1/ ça donnerait des raisons de modifier certains points dans le gouvernement made in France,
2/ cela constituerait un tel coup de tonnerre que, peut-être, nos édiles habituels, ceux qu'on voit depuis trente ans (!) finiraient par comprendre qu'ils ne séduisent plus personne
3/ la jeunesse (des gens qui ont la trentaine/quarantaine) prendrait la place de cette classe politique sclérosée
4/ les partis classiques voleraient en éclats
5/ on remet tout à plat et on essaie d'avancer avec l'avenir, en se débarrassant du passé.

En gros, une bonne secousse au cocotier et on est reparti.
Sauf que ces idées, de l'usure du pouvoir en quelques semaines de l'extrême droite, certains s'y sont essayé, et y ont cru, mais ça n'est pas si simple.

Après, la KriegsMarine, même si elle fait 30% au 1er tour, elle n'a quasiment aucune chances au second… Sauf éventuel report d'une partie des électeurs de Sarko' sur elle, car ce sont les plus "compatibles" avec ses idées.



@Jaxom: Sous la IVe, il me semble qu'on parlait d'instabilité gouvernementale. Pour le quinquennat de Sarko', l'instabilité est pas mal non plus, puisqu'on en est au 9 ou au dixième gouvernement de Fillon, en 5 ans. Soit un remaniement tous les 6 mois en moyenne. :peur:

Après, l'hypothèse de l'article donné par Kamen, de 3 candidats au 1er tour n'est pas crédible un seul instant… Et peut-être encore plus à droite qu'à gauche. En effet, si Sarko' reste aussi affaibli (voir continue à s'affaiblir), certains vont se positionner pour prendre date d'ici 2017, et pour un scenario de fiction abracadabrantesque, on pourrait même imaginer que Sarko' ne soit que le deuxième de son camp. Après, d'ici cet automne, je pense que certaines choses vont déjà un peu s'éclaircir.
Attention à la marche en descendant du tram^^
La gare demeure et ne se rend pas…

Poseidon

  • Waffou
  • Messages: 3 555
En tout cas, depuis deux jours, ce qui m'amuse, c'est comme ils sont subitement en train de s'en prendre à De Villepin...

Déjà reçu deux fois en dix jours par Nabot Ier, (qui essaie probablement de l'acheter), voila maintenant que d'autres umpistes essaient de le dissuader d'être candidat en 2012, tout paniqués qu'ils sont à l'idée qu'il prennent trop de % à Sarko...  

D'ailleurs, s'ils pouvaient carrément lui INTERDIRE d'être candidat, je suis certain qu'ils ne s'en gêneraient pas...  

"Dans notre camp, nous ne devons avoir qu'un candidat. Le risque est réel de ne pas être au second tour", assume l'ancien porte-parole de l'UMP, Dominique Paillé. Pour François Fillon, une candidature Villepin serait "une candidature de division supplémentaire, dangereuse pour la famille politique à laquelle il appartient". Plus solennelle, Marie-Anne Montchamp, alliée à l'ancien premier ministre jusqu'à son entrée au gouvernement, a lancé un appel : "Je demande à Dominique de Villepin de ne pas être candidat et d'apporter à la famille politique qui est la nôtre, la sienne comme la mienne, les talents qui sont les siens."

J'adore...  en clair, ils ont tous tapé dessus depuis qu'il est en procès contre Sarko, il vient même de rendre sa carte ump, et subitement de nouveau, pour eux, il est "de leur famille"...    :mdr:

Dieu que j'espère que JAMAIS il ne leur fera ce plaisir de se retirer...   :)
"Avec beaucoup de patience et de vaseline, l'éléphant encule la fourmi"

Jaxom

  • Waffou
  • Messages: 1 842
Citation de MCL80 le 7 Mars 2011 à 19:20
@Jaxom: Sous la IVe, il me semble qu'on parlait d'instabilité gouvernementale. Pour le quinquennat de Sarko', l'instabilité est pas mal non plus, puisqu'on en est au 9 ou au dixième gouvernement de Fillon, en 5 ans. Soit un remaniement tous les 6 mois en moyenne. :peur:
T'en as pas marre de raconter des conneries ?
Citation de http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernements_de_la_France#Quatri.C3.A8me_R.C3.A9publique
Quatrième République
Vincent Auriol, président de la République (1947-1954)
Gouvernements nommés par Vincent Auriol, président de la République du 16 janvier 1947 au 16 janvier 1954.

1.Gouvernement Paul Ramadier (1) du 22 janvier 1947 au 21 octobre 1947.
2.Gouvernement Paul Ramadier (2) du 22 octobre 1947 au 19 novembre 1947.
3.Gouvernement Robert Schuman (1) du 24 novembre 1947 au 19 juillet 1948.
4.Gouvernement André Marie du 26 juillet 1948 au 27 août 1948.
5.Gouvernement Robert Schuman (2) du 5 septembre 1948 au 7 septembre 1948.
6.Gouvernement Henri Queuille (1) du 11 septembre 1948 au 5 octobre 1949.
7.Gouvernement Georges Bidault (2) du 28 octobre 1949 au 7 février 1950.
8.Gouvernement Georges Bidault (3) du 7 février 1950 au 24 juin 1950.
9.Gouvernement Henri Queuille (2) du 2 juillet 1950 au 4 juillet 1950.
10.Gouvernement René Pleven (1) du 12 juillet 1950 au 28 février 1951.
11.Gouvernement Henri Queuille (3) du 10 mars 1951 au 10 juillet 1951.
12.Gouvernement René Pleven (2) du 11 août 1951 au 7 janvier 1952.
13.Gouvernement Edgar Faure (1) du 20 janvier 1952 au 28 février 1952.
14.Gouvernement Antoine Pinay du 8 mars 1952 au 23 décembre 1952.
15.Gouvernement René Mayer du 8 janvier 1953 au 21 mai 1953.
16.Gouvernement Joseph Laniel (1) du 27 juin 1953 au 16 janvier 1954.

René Coty, président de la République (1954-1959)
Gouvernements nommés par René Coty, président de la République du 16 janvier 1954 au 8 janvier 1959.

1.Gouvernement Joseph Laniel (2) du 16 janvier 1954 au 12 juin 1954.
2.Gouvernement Pierre Mendès France du 18 juin 1954 au 23 février 1955.
3.Gouvernement Edgar Faure (2) du 23 mars 1955 au 24 janvier 1956.
4.Gouvernement Guy Mollet du 31 janvier 1956 au 21 mai 1957.
5.Gouvernement Maurice Bourgès-Maunoury du 12 juin 1957 au 30 septembre 1957.
6.Gouvernement Félix Gaillard du 6 novembre 1957 au 15 avril 1958.
7.Gouvernement Pierre Pflimlin du 13 mai 1958 au 28 mai 1958.
8.Gouvernement Charles de Gaulle (3) du 1er juin 1958 au 8 janvier 1959.
Après la crise de mai 1958 et le putsch à Alger le 13 mai, le président Coty nomme le Général de Gaulle président du Conseil. La Constitution votée le 28 septembre 1958 par référendum implique la cessation de ses fonctions dès la mise en place des nouvelles institutions.

Cinquième République
[...]

François Mitterrand, président de la République (1981-1995)
Gouvernements nommés par François Mitterrand, président de la République du 21 mai 1981 au 17 mai 1995.

Gouvernement Pierre Mauroy (1) du 22 mai 1981 au 23 juin 1981.
Gouvernement Pierre Mauroy (2) du 23 juin 1981 au 23 mars 1983.
Gouvernement Pierre Mauroy (3) du 23 mars 1983 au 17 juillet 1984.
Gouvernement Laurent Fabius du 17 juillet 1984 au 20 mars 1986.
Gouvernement Jacques Chirac (2) du 20 mars 1986 au 10 mai 1988.
Période qualifiée de « Première cohabitation », s'achevant avec la réélection du président sortant, face au Premier ministre.

Gouvernement Michel Rocard (1) du 10 mai 1988 au 22 juin 1988.
Gouvernement Michel Rocard (2) du 23 juin 1988 au 15 mai 1991.
Gouvernement Édith Cresson du 15 mai 1991 au 31 mars 1992.
Gouvernement Pierre Bérégovoy du 2 avril 1992 au 28 mars 1993.
Gouvernement Édouard Balladur du 29 mars 1993 au 16 mai 1995.
Période qualifiée de « Deuxième cohabitation », s'achevant avec l'élection de Jacques Chirac à la présidence de la République.

Jacques Chirac, président de la République (1995-2007)
Gouvernements nommés par Jacques Chirac, président de la République du 17 mai 1995 au 16 mai 2007.

Gouvernement Alain Juppé (1) du 18 mai 1995 au 7 novembre 1995.
Gouvernement Alain Juppé (2) du 7 novembre 1995 au 2 juin 1997.
Gouvernement Lionel Jospin du 4 juin 1997 au 6 mai 2002.
Période qualifiée de « Troisième cohabitation », s'achevant avec la défaite du Premier ministre dès le premier tour de l'élection présidentielle, puis la réélection du président de la République sortant au second tour le 5 mai 2002.

Gouvernement Jean-Pierre Raffarin (1) du 7 mai 2002 au 17 juin 2002.
Gouvernement Jean-Pierre Raffarin (2) du 17 juin 2002 au 30 mars 2004.
Gouvernement Jean-Pierre Raffarin (3) du 30 mars 2004 au 31 mai 2005.
Gouvernement Dominique de Villepin du 31 mai 2005 au 15 mai 2007.

Nicolas Sarkozy, président de la République (2007-)
Gouvernements nommés par Nicolas Sarkozy, président de la République depuis le 16 mai 2007

Gouvernement François Fillon (1) du 18 mai 2007 au 18 juin 2007.
Gouvernement François Fillon (2) du 19 juin 2007 au 13 novembre 2010.
Gouvernement François Fillon (3) depuis le 14 novembre 2010.
L'instabilité gouvernementale c'est ce que nous sommes partis pour nous taper pendant un moment avoir le gouvernement local qui saute toutes les 15 jours faute de concencus et parce que chacun y va de son idée perso :
Ca commence par le président UMP de la Province Sud (qui ne lui appartenait pas de prendre) qui fait un choix unilatéral concernant le drapeau indépendantiste que tous les maires ne décident pas d'appliquer, ca se poursuit par un des sous-parti indépendantiste qui décide de faire sauter le précédent gouvernement (représentation collégiale) par représaille (du fait que certains ont décidé de ne pas le hisser), et maintenant l'ex-chef de l'ex-gouvernement qui a prévu de faire sauter les gouvernement suivants à répétition tous les 15 jours jusqu'à ce que le Congrès soit dissout et de nouvelles élection provinciales soient décidées par Paris (ce que Paris ne veut pas faire puisque c'est clair que le mec de la Province se ferait gicler de son poste suite à sa grosse bourde surle drapeau et divers autres aussi concernant les "squats", etc.) .

Hey oui la période de calme politique est finie semble-t-il.
"Un chien, un chat et un rongeur, c'est la recette du bonheur !"