Flavien

  • Modos
  • Un bon temps pour un bombardement
  • Messages: 3 258
Re: L'Europe : quel visage ?
« Réponse #75, le 19 Avril 2013 à 01:06 »
Sa priorité ferait mieux d'être la natalité, avec 1.39, je vous dis pas la catastrophe à venir là bas.
La Corée est pire, d'ailleurs.

" En France, les peines d'argent durent plus longtemps que les peines
de coeur et se transmettent de génération en génération. "

( Silhouette du scandale )
Aymé, Marcel

MCL80

  • Modos
  • Messages: 3 532
Re: L'Europe : quel visage ?
« Réponse #76, le 19 Avril 2013 à 18:11 »
Citation de tinou le 19 Avril 2013 à 00:39
L'objectif : 2% d'inflation cette annee.
Sauf que ça ne sera pas aussi simple que ça. Je crains que la méthode employée fasse tout passer d'un extrême à l'autre, tout en provoquant à relativement brève échéance des bulles spéculatives très importantes compte-tenu des masses de liquidités créées et qui vont se placer en bourse.
Attention à la marche en descendant du tram^^
La gare demeure et ne se rend pas…

Kian

  • Admin
  • Messages: 12 378
Re: L'Europe : quel visage ?
« Réponse #77, le 25 Mai 2014 à 19:06 »
Élections Européennes de 2014... alors, FN en tête ou pas ?

Taux d'abstention moins élevé que prévu semble-t-il, mais qui je suppose sera tout de même élevé. Pour la première fois sinon, les votes blancs seront comptabilisés à cette élection.
Re: L'Europe : quel visage ?
« Réponse #78, le 25 Mai 2014 à 23:28 »
Ah ben donc les résultats pour la France :

57% - Abstention
25% - FN
20% - UMP
15% - PS
10% - MODEM
09% - EELV
07% - FDG

Moche.

Les autres partis sont sous les 5% (chiffres arrondis du Ministère de l'Intérieur)

Le Front National est sacrément sponsorisé par l’abstention !! Par contre, le vote blanc était censé être désormais comptabilisé. Je ne le vois pas (je n'ai pas voté blanc mais je m'y intéresse). J'imagine que c'est parce qu'il faut attendre le réel décompte et pas les estimations actuelles ?

J'ai été surpris de voir les bulletins de vote pour le Parti Pirate, alors qu'ils disaient qu'il fallait les imprimer soit-même. J'imagine qu'un sympathisant les à imprimer et mis là, sachant que je vote dans une grosse circonscription parisienne. (y avait aussi un parti avec une grosse feuille de cannabis)

tinou

  • Waffou
  • First hipster
  • Messages: 7 009
Re: L'Europe : quel visage ?
« Réponse #79, le 25 Mai 2014 à 23:34 »
Votant a l'etranger nous avons eu les listes Iles-de-France.

Il y avait quand meme un peu de monde a l'Ambassade j'ai trouve, certes pas autant qu'a la presidentielle ou aux legislatives.

Dans la corbeille de l'isoloir, quantite incroyable de bulletins roses en boule...

Je me demande quels seront les resultats a l'etranger.
"Honey badger don't care"

Jaxom

  • Waffou
  • Messages: 1 842
Re: L'Europe : quel visage ?
« Réponse #80, le 26 Mai 2014 à 04:21 »
Ici, les isoloir étaient complètement vides même si au final plus de monde a voté que la dernière fois (27,05% en 2014 contre 21,82% en 2009).

http://www.lnc.nc/article/actualite-en-direct/europeennes-maurice-ponga-reelu-dans-le-pacifique

L'UMP l'a emporté (41,91%) et j'ai voté UDI-Modem (fini 3eme 16,10%) puisque je continue a être en désaccord  tant avec l'UPM locale* que la partie nationale**.
Les indépendantistes peu passionnés pour les européennes ont du voter PS (qui fini 2nd 17,36%). Le FN n'est que 4eme (11,60%).
Je me souviens que le bureau de vote ne contenait qu'environ 9 bulletins distincts*** alors que les résultats présentent 16 listes et que les panneaux d'affichage avaient été prévu pour 19 (!) mais seuls l'UPM, le FN et melanchon y avaient colle des affichés.

http://www.lemonde.fr/resultats-elections-europeennes/outre-mer-8eme-circonscription/
au niveau outre-mer complet, c'est l'UMP qui l'emporte (26.69 %) suivi par l'union de la gauche (le PS ? 19.32 %) et divers gauche (18.24 %). Le FN n'est que 4eme avec 10.24 %

Bref, 2002 (et sa mobilisation anti-FN) - 2014 que de chemin parcouru et pas dans le bon sens...........  :lac:

* histoire du drapeau + alliance avec les indépendantiste pour faire gicler une gouvernance du parti qui avait gagne aux provinciales précédentes + trop de concessions aux indépendantistes sans que ceux-ci ne mettent quoi que ce soit sur la table en retour.

** depuis Coppe-Fillon, les conneries ultra-catho pour le mariage pour tous et re-Coppe plus recement.

*** non, j'en ai pas vu avec une feuille de cannabis dessus. Si ça se trouve les assesseurs ont du croire que ça se fumait et les ont conservés pour eux...  :partytime:
"Un chien, un chat et un rongeur, c'est la recette du bonheur !"

MCL80

  • Modos
  • Messages: 3 532
Re: L'Europe : quel visage ?
« Réponse #81, le 26 Mai 2014 à 19:49 »
Conséquence hélas prévisible déjà à l'époque. (en 2002) On n'appelle pas sans conséquences et sans nécessité (rappelez-moi de combien Chirac devançais Le Pen au 1er tour à l'époque… Même avec seulement ses propres voix, il gagnait) pour un candidat sensé ne pas avoir les mêmes bases idéologiques que vous. En 2002, le PS est devenu UMP-compatible, et a matérialisé ouvertement le virage à droite qu'il avait déjà pris largement avant (en 1983 au moins).

Si personne ne se bouge à gauche (c'est à dire pas au PS), en 2017, ça sera un deuxième tour FN/UMP (et dans cet ordre)… Et là, le PS et la gauche devront appeler à voter UMP dans une position bien plus désastreuse qu'en 2002, en ruinant ce qui leur reste de crédibilité.

Bien sûr les commentateurs bla-bla vont dire que le FN a gagné cette fois-ci par l'abstention. Certes… Les électeurs retiendront "le FN a gagné" et passeront la seconde partie de la phrase à la poubelle.

Et avec cette analyse, le FN est désormais un parti crédible de gouvernement, qui va avoir des sympathisants et des militants plus nombreux. Il est tout de même frappant comme les paroles racistes et antisémites se banalisent. Je discute avec des gens qui il y a 6 mois n'auraient pas osé tenir les propos qu'ils tiennent désormais… Et j'ai eu des échos sur des vandalisations de façades de domiciles de candidats de gauche aux municipales. Inquiétant, car la phase suivante, c'est l'intimidation physique, et c'est qu'ils seront sûr de leur force. :peur:

Bref, je vois les choses un peu en noir, mais le scénario où j'annonçai en 2007, une fois Sarkozy président, que si la gauche gagnait 2012, le FN serait en bonne position pour la suivante prend corps. Après l'avenir n'est jamais écrit, mais pour avoir une force de gauche en 2017 capable de barrer la voie au FN, ça va être du boulot.
Attention à la marche en descendant du tram^^
La gare demeure et ne se rend pas…

FinalBahamut

  • Troll n' roll, go go go ^_^
  • Waffou
  • Messages: 5 267
Re: L'Europe : quel visage ?
« Réponse #82, le 26 Mai 2014 à 20:16 »
Déjà, le FN avec le mode de scrutin actuel pour les législatives n'a aucune chance d'être majoritaire. En tout cas pas en l'état actuel des choses.
Ensuite, Marine aura du mal à rassembler 50 % +1 voix en 2017 pour devenir présidente.
Donc, je ne cède pas si facilement au bruit médiatique actuel.

Maintenant, ce qui s'est passé hier, et qui ne peut surprendre que les élus déconnectés de leurs bases, n'indique pas que 25 % des votants Fn sont racistes, fachos, voire même europhobes.

Le FN est un réceptacle de mécontents.

Mécontents d'abord envers l'Europe. MCL rappelle 2002, moi je rappelle 2005 : les français refusent à 55 % le traité européen, et les parlementaires, Sarko et Hollande main dans la main le fait repasser par le parlement au mépris des français.
Comment voulez-vous faire voter dans ces conditions les français en masse aux Européennes, pour cette Europe ?

De plus, "l'UMPS", leitmotiv des Le Pen... c'est devenu une réalité aux yeux des français. Comment leur donner tort ? Vous voyez une différence de politique économique entre le PS et l'UMP ?
Résultat : faute de choix puisque l'UMP et le PS c'est pareil, une partie des français utilisent le vote FN pour décapiter les partis de gouvernement. Comment leur en vouloir ?

Au-delà de ça, l'Union européenne sert d'abord les intérêts financiers, pas les européens. Je n'aime pas les termes europhobe et europhile, simplistes et ridicules. Il y a des français qui sont pour l'Europe, mais contre cette union européenne.

Et quand j'entends le discours des "spécialistes" qui sévissent sur les plateaux TV (toujours les mêmes d'ailleurs) qui concluent de ce vote : "les français ne comprennent pas l'Europe, il faut leur expliquer".

A aucun moment ils ne se demandent s'ils faut changer réellement l'Union européenne. Non, il faut juste faire preuve de plus de pédagogie pour éduquer cette masse bêlante qui ne comprend rien. Le problème, ce n'est pas l'Europe, c'est la masse bêlante mal éduquée.

Peut-être que cette masse bêlante ne comprend rien, mais elle souffre et voit que l'on préfère d'abord satisfaire les marchés.

Et avec l’entêtement de Valls/Hollande, le FN a de beaux jours devant lui.

Montebourg disait que Barroso était le carburant du FN : il avait raison.

Même si c'est facile de tirer sur l'Europe (qui n'est jamais dirigée que par les 28 chefs d'état...), il faut accepter de voir ce qui ne va pas dans cette union européenne déconnectée de son peuple.


... et Omni me fit pourvoyeur en anus fruités :classe:

PRSK

  • Waffou
  • Messages: 1 120
Re: L'Europe : quel visage ?
« Réponse #83, le 26 Mai 2014 à 22:11 »
Totalement d'accord avec FB. Maintenant, il y a juste une chose que je ne comprends pas moi, c'est que sur les 30% de personnes qui ont voté FN, il y a 10% des gens qui n'adhèrent pas à ce parti puisqu'en général le FN fait 20% aux présidentiels. Alors pourquoi ces 10% qui sont totalement contre cette union Europénne où on nous a cocufié en intégrant des pays qui nous coule par la suite, n'ont pas voté pour Dupont Aignan qui ne fait encore une fois que 3%....?
J'expose cette logique car c'est dans celle que je me suis retrouvée et je m'étonne vraiment que tout le monde préfère y aller franco pour le FN, alors qu'outre certaines allusions de journalistes imprégnés du système, son parti n'a rien d'extrémiste dans les valeurs républicaines et a l'avantage, pour ceux qui pense que s'en est un, de s'opposer tout aussi fortement cette UE que le fait le FN.

Flavien

  • Modos
  • Un bon temps pour un bombardement
  • Messages: 3 258
Re: L'Europe : quel visage ?
« Réponse #84, le 26 Mai 2014 à 23:00 »
Citation
Mécontents d'abord envers l'Europe. MCL rappelle 2002, moi je rappelle 2005 : les français refusent à 55 % le traité européen, et les parlementaires, Sarko et Hollande main dans la main le fait repasser par le parlement au mépris des français.
Comment voulez-vous faire voter dans ces conditions les français en masse aux Européennes, pour cette Europe ?
Mais arrête un peu avec l'extrapolation de tes propres frustrations. 2005 a été le résultat de l'ignorance. 2014 également. Personne n'y connaît rien à l'Europe parce que personne n'a jamais expliqué l'Europe.
Entre les eurosceptiques dont le nombril est tel que le centre de la Galaxie et les faux-culs de droite et de gauche, l'Europe se fait casser en deux pour masquer les propres médiocrités nationales et locales. Les technocrates, la politique libérale de l'Europe ont bon dos depuis 30 ans. Notre problème de gouvernance, notre problème de représentation, la médiocrité de nos politiques, de nos choix stratégiques, ah, on les doit à l'Europe !
La montée du FN aussi !

Les politiques méprisent l'Europe par ambition personnelle (mieux vaut être le roi du village que le second à Rome), les journalistes emboîtent le pas... les eurosceptiques sont trop contents de l'offrande. Et les Français sont les cocus de l'histoire puisqu'il n'y connaissent rien. Ils offrent un sésame pour qui gueule le plus fort, c'est tout.

Je vois Coppé hier, ce pauvre connard balance direct sur François Hollande. Valls qui parle d'accélérer les réformes
PUTAIN MAIS CE SONT LES EUROPEENNES BANDE DE CONS, CELA N'A AUCUN SENS DE PARLER DE POLITIQUE INTERIEURE BANDE DE DEBILES.

Quand on arrêtera d'être hors sujet, cela ira mieux.

" En France, les peines d'argent durent plus longtemps que les peines
de coeur et se transmettent de génération en génération. "

( Silhouette du scandale )
Aymé, Marcel

Ryô

  • Sociologeek
  • Waffou
  • Chuck norris peut casser le bras de Rayman
  • Messages: 2 969
Re: L'Europe : quel visage ?
« Réponse #85, le 27 Mai 2014 à 07:28 »
J'arrive à être d'accord à la fois avec FB et Fabien.
Je suis schizo.
On est tous le con de quelqu'un d'autre

Un appendice ne sert pas forcément à rien. Chez moi, TOUS les appendices servent  :classe:


Mise a jour du blog le 27/12/06

Alaiya

  • Modos
  • OTP FTW !_\o/
  • Messages: 5 064

kgeg

  • Naturellement riche en fibres
  • Waffou
  • Il en perd sa moumoutte le mamouth !
  • Messages: 5 795
Vous n'avez aucune passion.

FinalBahamut

  • Troll n' roll, go go go ^_^
  • Waffou
  • Messages: 5 267
Re: L'Europe : quel visage ?
« Réponse #88, le 27 Mai 2014 à 13:03 »Modifié le 27 Mai 2014 à 13:13 par FinalBahamut
Flavien>>

Tu vois, ta réaction est exactement celle que je dénonce : on parle souvent de l'intolérance du FN, mais en face l'Union Européenne et ses thuriféraires font aussi preuve d'intolérance : il est tout simplement impossible de critiquer l'Union Européenne sans se faire taxer de populiste-europhobe-ignorant (barrer la mention inutile). Un manichéisme effrayant.

Pourquoi n'est-il pas possible de dire ce qui ne va pas avec l'Union Européenne sereinement ? Le déficit démocratique est criant, la politique néolibérale est incontestable, même si on essaie de nous l'envelopper pour la faire passer pour du bon sens, du pragmatisme.
Tendre vers une concurrence libre, totale et non faussée, faire sauter tous les verrous (code du travail, protection sociale, normes sanitaires...), faire reculer la présence de l'Etat, de ses services déconcentrés, des structures territoriales, réaliser des directives sur mesure pour les lobbys en tout genre, la BCE qui prête aux banques mais pas aux Etats...
Tout cela n'est pas du pragmatisme mais une idéologie que ne renierait pas Milton Friedman.

Je reconnais qu'en France, on envoie les cancres politiques au Parlement Européen et c'est scandaleux.
Qu'il est facile pour nos gouvernants de dire "c'est l'Europe, c'est l'Euro" pour se dédouaner.
Ridicule car ce sont les 28 chefs d'états qui ont le pouvoir, donc François Hollande.
Il est vrai aussi que l'Union Européenne est compliquée à appréhender, et qu'une partie des électeurs ne comprend pas tout.

Mais est-ce une raison pour interdire toute critique de l'Union Européenne ?
C'est quand même dingue cette forme d'intolérance à la critique dès que l'on touche à l'Union Européenne, une sorte de totem sacré auquel il ne faut surtout pas toucher.

Tiens, Thomas Piketty qui critique l'Union Européenne, c'est aussi un populiste-ignorant-europhobe ?

Ca, c'est pas un problème ? http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/11/14/goldman-sachs-le-trait-d-union-entre-mario-draghi-mario-monti-et-lucas-papademos_1603675_3214.html

Et sinon, un documentaire sur les "nouveaux chiens de garde" de la pensée unique (ou néolibérale) qui sévit ces dernière années que l'on nous fait passer pour du bon sens :



... et Omni me fit pourvoyeur en anus fruités :classe:

Flavien

  • Modos
  • Un bon temps pour un bombardement
  • Messages: 3 258
Re: L'Europe : quel visage ?
« Réponse #89, le 27 Mai 2014 à 13:41 »Modifié le 27 Mai 2014 à 15:06 par Flavien
Comme d'habitude, tu bâtis ton argumentation sur le non-dit.

Tout d'abord, je déteste le très politique, avec un petit p, "les Français ont cette vision de l'Europe gnagnagna". Ca c'est la tienne et seulement la tienne. Tu ne sais rien des 45 et plus millions de Français qui votent, dont les 57% d'abstentionnistes... Et parmi les votants, tu ne sais pas pourquoi et comment les Français ont voté un tel.
Par contre, la connaissance l'Europe, des buts de l'Europe, des fonctionnements de l'Europe... Peu de Français et d'Européens le savent vraiment. Toi tu penses que c'est parce que l'Europe est un monstre technocrate et libéral, moi je pense que c'est parce que nos pouvoirs nationaux diluent et filtrent le message pour qu'il soit en permanence à leur avantage. Sans doute as-tu raison sur ces tares, mais il ne m'est pas difficile d'opposer la négation des pouvoirs nationaux -particulièrement en France- sur les buts de l'Europe.

En 2005 comme en 2014, on a voté n'importe quoi et n'importe comment. A mon sens, les politiques et les journalistes ont cédé aux sirènes extrémistes et aux abrutis dont l'extrème gauche a fait parti en posant cette question "veut-on de l'Europe ?" au lieu de "Quelle Europe veut-on ?" En 2005, et encore plus aujourd'hui, le vote permettait d'exprimer et de répondre à cette question.
Vous voulez d'une Europe libérale et sur la continuité de celle d'aujourd'hui ? Votez UMP.
Vous voulez d'une Europe plus sociale, certes libérale mais avec des garanties sociétales marquées ? Votez PS.
Vous voulez d'une Europe libérale qui garantit les libertés individuelles, la liberté d'entreprendre tout en étant protectrice de grands principes sociaux ? Votez Modem.
(vous pouvez contester mais c'est un exemple caricatural)
Etc etc etc.

Que le vote des députés soient associés à la nomination du président de la commission est une étape majeure dans la démocratisation et du renforcement du pouvoir du Parlement. Parlement qui a besoin, quels que soient ses membres, de légitimité démocratique... Donc de la participation du peuple pour peser de tout son poids face à la Commission mais surtout face au conseil Européen.

Le vrai problème de l'Europe n'est pas son caractère technocrate ou libéral. Le vrai problème, c'est d'être une sorte de synthèse entre une structure fédérale/Supranationale et une structure intergouvernementale.
Qui donne l'orientation ultralibéral ? le Conseil Européen et la Commission ! Qui composent ces institutions ? Des pions des pouvoirs nationaux qui écoutent les lobbys et les intérêts locaux.
Qui, notamment pour la neutralité du Net, ou ACTA, ou même face à la Hadopi nationale a adopté un point de vue d'intérêt général et salvateur ? Le Parlement européen.

Y'a de la démocratie en Europe et il existe une structure pour la légitimer. Le soutien populaire est nécessaire pour fracasser ce déséquilibre des pouvoirs entre les instances intergouvernementales.

Mais voilà, on ne vote pas parce qu'on en parle pas. On laisse faire...
On laisse Coppé récupérer la claque (subie aussi par l'UMP) pour évoquer un désaveu de François Hollande.
Ou Valls qui parle de la situation intérieure.
Au lieu de parler des enjeux, ou des conséquences EUROPEENNES d'un tel vote. A quoi cela correspond, pourquoi c'est bien ou pas bien.
Et les journalistes qui embrayent, privilégient les conneries de Bygmalion sur l'Europe.

Voilà pourquoi les citoyens s'en foutent ou ne savent pas. On ne saisit pas les enjeux car la communication sur ces enjeux, avant comme après est réduite au minimum et si on ne s'y intéresse pas, on ne peut pas savoir ce qu'on peut choisir.
Et ce constat se poursuit pour d'autres élections : régionales, locales où on superpose des enjeux nationaux alors qu'on devrait nécessairement privilégier ce pour quoi on vote vraiment.

Bref. Je suis un opposant des eurosceptiques car ils n'ont pas d'argument.
Et si tu es "eurosceptique" parce que tu veux d'une autre Europe, alors je suis désolé, mais l'inflexion est (était ? est ce trop tard ?) possible par le vote, le choix, et la légitimation par le vote populaire massif. Les relations entre institutions sont une histoire de rapport de force. Si on détruit l'Europe démocratique, on revient à une stricte Europe des "nations" et surtout de la négociation pardessous.
Donc les Français, comme toi, avaient la possibilité de choisir une autre voie que la voie libérale. Du moins l'infléchir sérieusement.

Ben non.
Super.

Je reprends puisque je peux de nouveau poster :

L'Europe est née du libéralisme et de la paix. Dire qu'elle est libérale est vain. Sa construction s'est basée sur le libéralisme. Et de toutes manières, le libéralisme, doctrine sociétale ou seulement économique, n'est pas un problème en soi. Le problème en soi, c'est lorsque les intérêts généraux des peuples sont soumis à des intérêts sectoriels ou financiers. Et ça, ce n'est pas le libéralisme, c'est une déviance qu'il faut combattre.
Quand bien même on veut changer de paradigme et infléchir le libéralisme pour donner une teinte rosée à l'Europe, il ne faut pas se tromper d'ennemi. Cela passe par le vote, ce que j'ai développé plus haut. Et cela passe par le combat contre les politiques nationaux, partis de gouvernements et autres partis, qui caricaturent l'Europe ou qui l'utilisent en utilisant les institutions comme la Commission ou le Conseil européen. Il me semble qu'il est possible, démocratiquement et au sein de la même Union européenne, de faire entendre tes convictions sociales et sociétales.




" En France, les peines d'argent durent plus longtemps que les peines
de coeur et se transmettent de génération en génération. "

( Silhouette du scandale )
Aymé, Marcel