Flavien

  • Modos
  • Un bon temps pour un bombardement
  • Messages: 3 250
" En France, les peines d'argent durent plus longtemps que les peines
de coeur et se transmettent de génération en génération. "

( Silhouette du scandale )
Aymé, Marcel

FX

  • Waffou
  • Messages: 8 704
Re: Fait-on ce qu'on veut avec son propre corps ?
« Réponse #16, le 15 Octobre 2007 à 19:07 »
Bah oui. Car à la limite c'est une sorte de discrimination car si c'était des personnes de tailles normales, ça ne choquerait pas, puis c'est pas plus con que les Bristish ( je crois ) qui descendent des colines à pwals dans la boue en se roulant par terre ( j'sais plus où j'avais vu ça ).

Car, un nain va peut-être préférer se faire lancer et gagner 1500, 2000 € ou plus, que pas trouver un boulot par rejet de sa personne ( Me citez pas passe-temps et passe-partout  :P )

MCL80

  • Modos
  • Messages: 3 504
Re: Fait-on ce qu'on veut avec son propre corps ?
« Réponse #17, le 15 Octobre 2007 à 19:13 »
Citation de Rhadamanthe-hadès le 15 Octobre 2007 à 18:59
Il y a eu un sujet intéressant à ec sujet, c'est l'interdiction du Lancé de nains , cette pratique a été interdite par je ne sais plus quel arrêt du Conseil d'état, à savoir que même s'il n'y avait aucun risque physique, cela était contraire à la dignité humaine.
Conseil d'État, 27 octobre 1995, commune de Morsang sur Orge. :P

Ça vous la coupe, hein? :mdr:
Heureusement que j'avais vu ce texte il y a une quinzaine, et que je savais où le retrouver. :mdr:
Attention à la marche en descendant du tram^^
La gare demeure et ne se rend pas…

FX

  • Waffou
  • Messages: 8 704
Re: Fait-on ce qu'on veut avec son propre corps ?
« Réponse #18, le 15 Octobre 2007 à 20:33 »
Citation de MCL80 le 15 Octobre 2007 à 19:13
Citation de Rhadamanthe-hadès le 15 Octobre 2007 à 18:59
Il y a eu un sujet intéressant à ec sujet, c'est l'interdiction du Lancé de nains , cette pratique a été interdite par je ne sais plus quel arrêt du Conseil d'état, à savoir que même s'il n'y avait aucun risque physique, cela était contraire à la dignité humaine.
Conseil d'État, 27 octobre 1995, commune de Morsang sur Orge. :P

Ça vous la coupe, hein? :mdr:
Heureusement que j'avais vu ce texte il y a une quinzaine, et que je savais où le retrouver. :mdr:
Moi il doit être dans mon cours d'administratif mais la flemme de regader  :P

MCL80

  • Modos
  • Messages: 3 504
Re: Fait-on ce qu'on veut avec son propre corps ?
« Réponse #19, le 19 Mars 2009 à 19:52 »
Le vieux des 7 montagnes en a encore sorti une bien bonne sur la capote:
(cliquez pour montrer/cacher)
Sida : Benoît XVI renforce la position de l'Eglise contre le préservatif
LE MONDE | 18.03.09 | 15h06  •  Mis à jour le 19.03.09 | 09h29

YAOUNDÉ (CAMEROUN) ENVOYÉE SPÉCIALE

Acclamé par des milliers de personnes tout au long de son parcours entre l'aéroport de Yaoundé (Cameroun), où il est arrivé mardi 17 mars, et la nonciature apostolique, le pape n'a sans doute pas porté attention aux immenses panneaux publicitaires, qui, de loin en loin, vantent les mérites du préservatif dans la lutte contre le sida.

Une réalité africaine qui contredit les propos tenus quelques heures plus tôt par Benoît XVI, dans l'avion qui l'amenait sur un continent dévasté par la pandémie. "On ne peut pas résoudre le problème du sida avec la distribution de préservatifs. Au contraire, cela augmente le problème", a-t-il déclaré, abordant pour la première fois de son pontificat le sujet de manière aussi explicite, plus frontalement encore que son prédécesseur Jean Paul II.

"Il aurait dû se contenter de dire que le préservatif n'est pas une solution, ce qui est la position traditionnelle de l'Eglise. Aujourd'hui, affirmer que cela aggrave le problème est une erreur", estime un vaticaniste italien. Outre l'abstinence, le pape a prôné une "humanisation de la sexualité" et "un comportement plus juste". Il a aussi salué le travail d'accompagnement que mènent les institutions religieuses auprès des malades.

Face aux ravages de la pandémie, certains, au sein même de l'Eglise, souhaitaient que ce voyage africain soit l'occasion pour le Vatican d'infléchir sa position. "Aujourd'hui, l'Eglise pourrait admettre que le préservatif est un moindre mal", espérait, avant le départ du pape, un religieux français, régulièrement présent en Afrique. Une association camerounaise d'aide aux malades du sida a immédiatement fait part de son "embarras" après les propos de Benoît XVI. L'Afrique subsaharienne compte 22 millions de personnes infectées par le virus du sida, selon l'organisation Unaids ; et trois-quarts des décès liés à la maladie surviennent dans cette région du monde.

Plaçant son premier voyage en Afrique sous le signe de "la foi et de la morale", le pape a prévenu qu'il ne proposerait pas de "programme politique ou économique". Benoît XVI a été accueilli par le président de la République, Paul Biya, qui a trouvé dans cette visite une tribune politique opportune, s'affichant sur des portraits géants en "parfaite communion" avec le pape. Ce dernier a résumé d'une phrase les maux de l'Afrique, qui, selon lui, souffre de manière "disproportionnée" : "Face à la souffrance ou à la violence, la pauvreté ou la faim, la corruption ou l'abus de pouvoir, un chrétien ne peut pas demeurer silencieux." "Les gens demandent réconciliation, justice et paix, a assuré le pape, qui a repris là les thèmes du prochain synode consacré à l'Afrique, en octobre. C'est ce que l'Eglise leur offre. Non pas de nouvelles formes d'oppression économique ou politique, non pas l'imposition d'un modèle culturel qui ignore le droit des enfants non nés, non pas les rivalités amères entre ethnies ou entre religions, mais (...) la paix et la joie du Royaume de Dieu."

Comme il le fait à chacun de ses déplacements, le pape devait s'adresser aux évêques locaux, mercredi en fin de matinée, et balayer avec eux les spécificités de l'Eglise sur place : concurrence avec les "sectes" et les mouvements ésotériques, mode de vie et formation des prêtres, liturgie... Il devait mettre en avant le rôle "missionnaire" et évangélisateur de l'Eglise.

Dans une allusion au célibat des prêtres, qui n'est pas toujours respecté à travers l'Afrique, Benoît XVI devait rappeler que le pasteur est avant tout "un homme de prière" et qu'il doit s'en tenir à "ses engagements pris lors de son ordination". S'agissant de la liturgie, particulièrement vivante et festive en Afrique, le pape devait appeler à une "dignité des célébrations" pour une meilleure "communion avec Dieu".
Stéphanie Le Bars
Article paru dans l'édition du 19.03.09.

"Le dogme plus important que la vie des Africains"

Les déclarations du pape "pourraient anéantir des années de prévention (...) et mettre en danger de nombreuses vies humaines", a estimé, mardi 17 mars, la ministre belge de la santé, Laurette Onkelinx, "consternée". L'opposition de Benoît XVI au préservatif "signifie que, pour lui, le dogme religieux est plus important que la vie des Africains", a déclaré Rebecca Hoddes, responsable de Treatment action campaign, une organisation sud-africaine anti-sida. Un fonctionnaire camerounais ajoute : "Ce que dit le pape est un idéal pour l'Eglise, mais il devrait regarder la réalité ; on a besoin de préservatifs pour prévenir le sida et contrôler les naissances." - (AFP, AP.)


(source)
Bref, comme je dit: "vive la capote et à bas la calotte!"
Attention à la marche en descendant du tram^^
La gare demeure et ne se rend pas…

Jaxom

  • Waffou
  • Messages: 1 842
"Un chien, un chat et un rongeur, c'est la recette du bonheur !"

Battou

  • Papaya Mango
  • Waffou
  • Respectable Housewives.
  • Messages: 8 534
Re: Fait-on ce qu'on veut avec son propre corps ?
« Réponse #21, le 20 Mars 2009 à 18:29 »
J'ai froncé des sourcils quand j'ai entendu ça, mais après avoir lu le speech en entier, ça passe un peu mieux :
Citation
Je dirais qu’on ne peut pas résoudre le problème du Sida avec des slogans publicitaires. S’il n’y a pas l’âme, si les Africains ne s’aident pas, on ne peut pas résoudre le problème du Sida avec la distribution des préservatifs, au contraire elle aggrave le problème.La solution est double : d’abord, une humanisation de la sexualité, un renouveau spirituel, humain, intérieur, qui permet ainsi de se comporter différemment avec les autres. Et deuxièmement, une amitié, une disponibilité pour les personnes qui souffrent.
Il défend juste son idée que la prévention doit se faire plus en amont que le préservatif. Je sais pas, je dirais qu'il a pensé que le message qu'on véhicule c'est "faites l'amour comme vous le voulez avec qui vous voulez, tant que le préservatif est là y'a pas de soucis". Je grossis, je caricature, mais vu ses dires je dois pas taper si loin.
Pour ce qui est de la deuxième solution ben... 25% des malades du SIDA à travers le monde (et ça doit être plus en Afrique) sont pris en charge au sein d'institutions catholiques.

Stupid snake ! You won't be having Jesus Christ Lizard today, will you ? Shame on you ! :o