Western spaghetti ou Western pas gay, p'tit ?

RoiLion.Thom

  • Dilettante
  • Waffou
  • Raw! Raw! Fight the power!
  • Messages: 9 717
Western spaghetti ou Western pas gay, p'tit ?
« le 3 Août 2006 à 11:38 »Modifié le 3 Août 2006 à 15:16 par RoiLion.com
Suite à deux très bonnes initiatives simultanées d'Arte et du service public, ce mois de juillet, j'ai pu me refaire quelques films cultes, dans les deux genres. C'est affolant comme ces films sont bien. Moi j'adore les deux, avec peut-être un brin de nostalgie des Westerns "classiques" en plus. Alors quoi, de quoi qu'il parle le monsieur ?


Les Westerns Classiques

Les westerns, à la base, ce sont des films de cowboy, d'indiens et de tuniques bleues. La cavalerie déboule à la fin, sauve tout le monde, on a le héros ténébreux qui parle autant qu'on tronc d'arbres mais saurait survivre dans le désert plusieurs semaines (d'ailleurs, en règle générale, il l'a fait) et souvent, il connait mieux les indiens que ses compatriotes.
C'est un peu la caractéristique de ces films : on voit les indiens. Il y a un peu de tout, les comanches, les cheyennes, etc. et c'est assez sympa. C'est le stéréotype complet du jeu de cowboys et indiens de quand on était jeune. D'ailleurs, c'est étonnant de voir à quel point ces films sont devenus des références. On les connait sans même les avoir vus. Problème d'originalité peut-être ? Sans doute. Il est vrai que les histoires n'étaient pas des plus variées, et souvent étaient prétexte à de bonnes fusillades, de splendides paysages et des jeux d'acteurs inégaux.
Le Western classique est, historiquement, le premier, par rapport aux western spaghettis. Les histoires qu'il raconte ne se passent généralement guère plus loin que la guerre de cessession, et seuls les derniers réalisés y font mention d'ailleurs. Non l'essance même du Western, c'est la Conquête de l'Ouest, la ruée vers l'Or, la Sierra et les diligences !

Le Western classique, c'est un état d'esprit, une tranche de l'histoire du cinéma, un monument commun de l'imaginaire de l'humanité. Impossible de nos jours de ne pas connaître ses stars. En voici quelques unes :



John Wayne, bien entendu, l'homme le plus classe du monde ! Tête carrée, chapeau vissé sur la tête, gueule de vieux baroudeur dès son plus jeune âge, grosse carrure... L'homme avait autant de chance de réussir au théâtre qu'une moule d'apprendre à voler. Qu'importe, dans le Western, une seule chose compte : le charisme, et l'aplomb. John Wayne, c'est le héros de tout jeune garçon, dans la cour de récré : il monte à cheval, se bat comme un dieu, dégaine son flingue plus vite que tout le monde, sait tout des indiens par qui il est respecté, et est plus fort qu'une division de cavalerie, qui préfère le laisser tranquille.
John Wayne, c'est plus qu'un héros, c'est le super-héros "humain" que tout le monde veut être. En plus il se tape toutes les nanas, ce qui ne gâte rien.
Que celui qui me dit qu'il n'a jamais vu un film de John Wayne avance les doigts que je le châtie ; c'est mal de mentir. Un simple coup d'oeil à sa filmographie impose le respect (172 films).



Eh oui, vous le reconnaissez assurément : cet acteur dont les personnages nous ont marqué, celui qui a su porter la calvitie comme atout majeure de la classe internationale, Yul Brynner ! Cet acteur n'a certes pas fait que des westerns classiques, mais son talent d'interprète était tout de même incroyable. En général, quand on l'a vu dans un film, on se souvient de lui. En Western, il a par exemple joué dans "Les 7 mercenaires" (voir plus bas) que si vous l'avez pas vu, c'est pas bien !



Ah oui, là, c'est plus dur. Moi-même je ne connaissais pas sa tête, pour être franc. Mais il est impossible de parler Western sans parler de lui. John FORD est LE réalisateur de film de cowboys et indiens (avec Howard Hawks, accessoirement). On lui doit tous les plus grands succès, tous les films cultes. Rendez-vous compte : 145 films réalisés, dont la quasi-totalité des westerns. "La  Chevauchée Fantastique", "La poursuite infernale", "Rio Grande" mais aussi "Les raisins de la colère", "Qu'elle était verte ma vallée"... Bon je ne dis pas tout ce qu'il a réalisé, mais cet homme a vraiment apporté un plus au cinéma.



Allez un dernier pour la route. Ah oui, ces yeux-là en ont fait craqué, des femmes... Un tel regard, il y en a pas deux dans l'histoires du cinéma. Il s'agit bien sûr des yeux de Henry Fonda ! Une petite polémique pourrait s'instaurer à propos du fait que je mette Fonda dans le western classique, car ses rôles dans "Il Etait une Fois dans l'Ouest" et "Mon nom est personne" en ont fait un monument, mais ce serait sans compter sur ses personnages dans les films (de John Ford et autres) "La Poursuite Infernale" (Wyatt Earp power), "Le massacre de Fort Apache", "La conquête de l'Ouest"... Fonda est un peu le complémentaire de Wayne, le gros bougon solitaire : là, il s'agit de l'officier de l'armée, du sheriff. Il a une sorte de capital sympathie en plus dans ses rôles (bien que les personnages de Wayne soient très attachants aussi, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit).


La liste des figures emblématiques du Western classique est longue... très longue. Je ne peux que vous enjoindre d'en faire profiter les autres, mais pour ma part, je m'arrêterai là faute de temps. On pourrait passer des heures rien qu'à recenser les grandes figures et les grands rôles. Plus intéressant maintenant serait de parler de quelques films cultes, qui sont la base du Western :



"La Chevauchée Fantastique", titre original "Stagecoach" (la diligence), de John Ford, réalisé en 1939, avec John Wayne et Claire Trevor.
Ce film est le premier succès des westerns. Tout est dedans. C'est comme si Ford avait pris un patron, et écrit à la suite "bon, pour faire un western, il faut une diligence, un sheriff, un hors-la-loi, une prostituée, un révérend, un alcoolique, des indiens et la cavalerie. Après vous secouez et voilà." Sans déconner, ce film EST le western. C'est plus qu'un stéréotype : même sans le voir vous l'avez déjà vu et vous ferez suer en le visionnant... C'est pourtant un immanquable. L'histoire est d'une simplicité biblique, avec une diligence qui veut rejoindre une ville et est attaquée par des indiens, mais sauvé par les tuniques bleues in extremis. Ce qui en fait sa force, ce sont sa réalisation bien sûr, son avant-gardisme (après tout, c'est ce film qui lança le succès des westerns), et ses personnages.
Vous avez tous lu au moins un Lucky Luke ? Bon alors vous connaissez les personnages de Stagecoach. Il y a le chauffeur qui crie le nom de toutes les villes que traverse la diligence, le médecin saoulard assoiffé constamment, la prostituée chasée comme la peste, Rigno Kid (Wayne) le méchant au coeur d'or, le marshall qui tente tant bien que mal de faire régner l'ordre, le banquier véreux...
Rien n'est original dans ce film, et pourtant tout l'est, il faut juste le regarder comme la pierre fondatrice de tous les films qui suivront ! Surtout ne manquer pas l'occasion de le voir. C'est une référence obligatoire, tant visuelle que scénaristique.



"Rio Bravo", de Howard Hawks, 1959, avec John Wayne, Dean Martin, Ricky Nelson.
Longtemps, très longtemps après Ford (20 ans tout juste), Hawks offre au monde ce qui est considéré par beaucoup dont par moi-même le meilleur western existant. Pourtant, on ne trouve pas d'indiens, dans ce films, mais tout est magnifique. La réalisation, les dialogues, les personnages dont celui d'une femme qui dénote totalement dans cette univers mysogine qu'est le western, les lumières... Il s'agit sans doute de l'aboutissement suprême du western.
Le sheriff Chance (Wayne) vient d'arrêter l'un des trois frères du trio de hors-la-loi qui règne sur la région. En tant qu'idéaliste persuadé de pouvoir sauver le monde, Chance décide de livrer le brigand à la justice le lendemain. Commence alors un huis-clos total de Chance dans sa prison, uniquement assisté d'un vieux débris croulant, d'un adjoint alcoolique en diable (Dean Martin, pariculièrement brillant) et d'un jeune premier en quête d'émotions fortes (Nelson). De nombreuses scènes de ce film sont devenues cultes. Il faut dire que tout est soigné au petites oignons, à en faire pâlir d'envie Ford.
Wayne signe là un rôle décalé dans sa carrière de Loup solitaire, puisque le personnage de Chance présente de nombreuses lignes de textes. Pas d'indiens dans ce film, pas de chevauchée débridée, pas de diligence... Mais parbleu, quel western ! C'est un must have ! On en rêve longtemps après.



"Les Sept Mercenaires", titre original "the magnificent seven" de John Sturges, 1961, avec Yul Brynner, Eli Wallach.
Comment aborder les Westerns ici sans parler des "7 mercenaires" ? Ce film n'est autre que l'adaptation parfaitement réussi du chef d'oeuvre "les 7 samouraïs".
Je ne m'apesantirai pas pour vous laisser apprécier l'histoire, mais sachez seulement que l'adaptation est très très bien faite, tout est transposé au far-west, il n'y a pas d'incohérence, et les personnages sont très bien respectés. Pour avoir vu les 2, je vous le garantis !
Ce film est, en tout cas, westernement parlant, un régal pur et simple, avec une histoire beaucoup plus légère que Rio Bravo.




Posté: 02 Août 2006, 12:15:27

Les Westerns Spaghetti

Les westerns spaghetti tiennent leur nom du fait que ce sont les italiens qui sont passés maîtres dans cet art. historiquement plus jeune que les western classiques sur lesquels ils s'appuient, les spaghetti sont en fait une "variation autour d'un thème". Alors que le genre Western commençait à s'essouffler, da par son manque d'originalité dans les scénarios entre autres, un nouveau type de film est apparu, bien décidé à chambouler tous les codes établis jusqu'alors et donner un petit coup de jeune à tout ça.
Déjà, fini les scénarios "panpan woulouwoulou tarataritata" (comprendre : fusillade avec les indiens et cavalerie) ; les histoires se passent là majoritairement lors ou après la guerre de cessession, soit après les histoires des westerns classiques. Plus d'indiens dans ces histoires, ou presque, mais juste des hors-la-loi, des chasseurs de prime, des sheriffs et des évadés. On ne retrouve que des cowboys, la cavalerie n'apparaît même plus que sporadiquement, et il s'agit souvent d'histoire de vengeance, de trahison, d'attaque à main armé et d'arrestation. Paradoxalement, si le nombre de personnages diminue (on trouve désormais toujours les mêmes d'un film à l'autre, le gentil, le méchant, le truand pour faire simple), les complexités des scénarios et les trames globales se densifient. Chaque personnage à sa part d'ombre, de passé inconnu, de secrets gardés, et de motivations propres.
Au final, ça ne change pas grand chose, tout fini toujours par un duel, mais l'atmosphère est totalement différente. L'humour trouve beaucoup plus sa place ; après tout, le spaghetti est avant tout un détournement de western. Les dialogues sont plus travaillés, avec de nombreuses répliques grinçantes qui sont restées dans le langage courant ("le monde se divise en deux catégories..."). Tous ces ajouts et déformations font que ces deux styles pourtant si proches sont totalement différent, et regarder l'un ou l'autre type de film n'a rien à voir.

Tout comme pour le premier type de film, commençons par quelques unes des plus grandes figures du Spaghetti. Je passerai vite sur cette partie, comme sur les films les plus connus, tant leur succès et renommées sont mondiaux.



Clint Eastwood est l'acteur qui porte le mieux, à mon sens, l'image du western spaghetti. Celui qui a commencé dans le feuilleton télévisé cowboyesque Rawhyde a eu droit d'endosser quelques uns des plus grands rôles du spaghetti, dont l'inénarrable "blondin" de "Le Bon, La Brute et le Truand". Tout le monde le connait, c'est juste pour recadrer les choses, maintenant on passe.



Le succès de Eastwood aurait sans doute été moindre sans Lee Van Cliff. Cet homme au regard perçant, à l'allure travaillée du dégueulasse, de la sale gueule, du renard à qui personne ne tournerait le dos était fait pour jouer dans les spaghetti. Ses duos avec Eastwood ont marqué l'histoire du cinéma, sous la direction de Sergio Leone. Tantôt ami (à tout le moins allié), tantôt ennemi, Lee Van Cliff a su imposer son physique et son charisme inégallable dans cet univers. A tel point d'ailleurs que tout un album de Lucky Luke lui est dédié ("Chasseur de primes").



Dernier mais non des moindres parmi les acteurs du spaghetti, Terence Hill a porté à bout de bras le spaghetti jusqu'à ses dernières heures. Celui qui a eu le double honneur de jouer avec Henry Fonda ("Mon nom est personne") mais aussi d'incarner le plus célèbre cowboy de l'Ouest ("Lucky Luke", très médiocre, soit dit en passant) a encore fait évolué le style en y ajoutant une touche d'humour encore plus importante, afin de redynamiser encore plus le genre.
Evidemment, Hill est loin d'être le représentant idéal du Western et n'a jamais eu (ni prétendu avoir, cela dit) la carrure ou la classe d'un Wayne ou plus proche, d'un Eastwood ou Van Cliff. Loin s'en faut, Hill en joue, et fait de ses personnages des espèces de loosers, très loin du super-héros incarné par Wayne.
Dans les années 1970, Hill se trouve un compagnon de jeu en la personne de Bud Spencer. L'idée étant toujours de redynamiser et populariser le genre, ils tentent d'instaurer un aspect grand-guignolesque, selon les bonnes vielles méthodes de Laurel et Hardy. Malheureusement, rien n'y fait, et le spaghetti finit, inexorablement, tout comme son prédécesseur qu'il avait pourtant sauvé temporairement, par s'éteindre.



Le connaissez-vous ? Etant donné ce que j'ai déjà écrit et la tournure de l'article, il s'agit bien entendu du titanesque Sergio Leone. Si vous ne connaissez pas ce nom, je ne peux rien faire pour vous, désolé. Vous avez dû vivre sur Pluton ces dernières décennies. Mort en 1989, à l'âge de 60 ans, après un demi-échec vécu avec "Il Etait Une Fois en Amérique" (qui par la suite aura tout de même le succès que l'on connait) symbolise le spaghetti à lui tout seul, et peut-être même le Western entier, tant ses films sont des chefs-d'oeuvres du genre. Auteur de 15 films dont certains parmis les plus appréciés, et réalisateur de 12 parmi les 15, Leone a privilégié la qualité à la quantité, et grand bien lui fasse. Enfin, lui fît. Sans lui, la télévision et le cinéma auraient été privés de nombre de leurs heures les plus glorieuses...



Et lui, vous avez une idée ? Bah oui, c'est Ennio, le Grand Morricone, au moins aussi gigantesque que Leone, sans qui il ne serait peut-être pas célèbre, et réciproquement, sait-on jamais... Bon là on dévie, mais il fait quand même partie intégrante du spaghetti, le bougre !

Posté: 02 Août 2006, 14:01:22



"Les Deux Cavaliers", titre original "Two Rode Together" de John Ford, 1961, avec James Stewart, Richard Widmark.

Comme vous pouvez en juger par l'affiche, il s'agit d'un western "classique", tourné par Ford. L'histoire est celle du Lieutenant Jim Gary (Widmark) qui accompagne le sheriff Guthrie Mc Cabe (Stewart) sur le territoire indien, afin de négocier le rachat des prisonniers blancs enlevés ces 10 dernières années. Une horde de colons est venue trouver l'armée pour réclamer leur membre de la famille, et bon an, mal an, les 2 hommes partent avec une liste de course longue comme le bras. En effet, les indiens et l'armée ont signé un traité de paix, et une intrusion de tuniques bleues sur le sol comanche (car ce sont des comanches dans ce film) déclencherait une guerre.
Les 2 cavaliers se connaissent depuis longtemps mais ont embrassé deux carrières bien distinctes, entre le loyal militaire fidèle et droit et le truand qui cherche fortune où il peut, élevé à la rude. Evidemment, McCabe connait le chef indien, sait parler comanche, etc. je vous passe les détails habituels de l'histoire, d'autant que les surprises que réservent ce "troc" d'un genre spécial sont le principal centre d'intérêt du film.



En effet, si je peux me permettre, ce film est mi figue mi raisin. Tout d'abord, Stewart est peut-être un grand acteur (je ne le connais pas assez pour juger), il ne fait pas un très bon cowboy solitaire au coeur dur. Du coup c'est gênant car il est tout de même le personnage principal. L'histoire de base est, quoique convenue, assez intéressante car ici, les sauveteurs ont la particularité de ne pas savoir qui ils ont sauvé. Le problème, c'est qu'au final, on retombe un peu bancal. Le héros a son happy end, qui sonne lamentablement faux, et le potentiel des indien est très sous-exploité.
Bref la trame du film a été traité trop vite, et c'est dommageable car on sent derrière ce film une histoire plus profonde. Pour une fois, John Ford n'a pas franchement réussi son coup. On a plutôt l'impression d'un moteur ne voulant pas démarrer, aux cahots prometteurs et impressionnants, mais qui s'éteint et retombe de suite... Dommage.
A voir pour la culture, plus qu'autre chose.

Posté: 02 Août 2006, 15:36:21



"La prisonnière du Désert", titre original "The Searchers" de John Ford, 1956, avec John Wayne, Natalie Wood.

Alors là, attention. Pour les amateurs de western, ce film de John Ford est très très très intéressant, passionnant, bref réussi. Il s'agit d'un très grand western, et ce pour plusieurs points.

Tout d'abord, John Wayne y joue un de ses rôles les plus sombres et durs, si ce n'est LE rôle le plus ténébreux. Son personnage, Ethan Edwards, a fait la guerre de sécession avec les sudistes puis a tout plaqué une fois la guerre finie, c'est-à-dire perdue pour lui, pour vivre l'aventure. Loup solitaire, empli de haine envers le genre humain en général et les indiens en particulier, il sait tout ce qu'un cowboy doit savoir : parler indien, soigner son cheval, tirer avec son pétard, etc.
Au cours d'une de ses aventures, il a réussi à capturer un tout jeune indien sang-mêlé, Martin Pawley (Jeffrey Hunter), qu'il a remis à son frère Aaron. Celui-ci est un exploitant du texas, avec une femme et deux filles (Lucy et Debbie) et donc Marty. Cette famille représente la seule attache d'Ethan au genre humain, mais cela ne l'empêche pas de leur parler comme à des chiens. Seule peut-être la petite Debbie (Natalie Wood) arrive à le faire un peu sourire.
Bref, pour ne pas passer des heures dessus, Wayne incarne dans ce film un anti-héros : autant il a les super-pouvoirs du cowboy solitaire, autant il n'incarne aucunement les valeurs habituelles d'altruisme, de générosité et d'affection manquante.



D'autre part, un autre point particulièrement intéressant réside dans l'histoire, qui pourtant commence relativement banalement : la famille d'Aaron est attaquée par des indiens, et les deux parents sont trouvés morts. Les deux filles sont portées disparues. Ethan, qui n'a que ça à foutre de toutes manières, part à leur recherche, accompagné de Martin, qui se considère plus que tout comme un Edwards malgré les renvois d'Ethan, et du fiancé de Lucy. Rapidement, ils retrouvent le corps de cette dernière, mais pas Debbie. Totalement coupés du monde "réel", Martin et Ethan continueront de chercher (d'où le titre anglais) la jeune fille durant 5 années ! D'un point de vue narratif, Ford gère très bien les choses, en jouant sur les différents points de vue.
L'histoire s'écoule ainsi, gon gré mal gré, durant 2 heures de films, à supporter la mauvaise humeur de Wayne, qui ne se déride jamais, et à visualiser les magnifiques paysages traversés par les 2 cavaliers. Des scènes tournées par toutes saisons rendent les décors magnifiques (film tourné à Monument Valley entre autres, dans le Colorado et dans l'Utah). Les cavaliers ne cessent de perdre la trace des indiens, et de la retrouver, en vivant des dizaines d'aventures.

Au final, les aventures des 2 cavaliers, même une fois l'objectif atteint, ne s'arrêtent pas, et continuent en un épilogue qui rend les personnages encore plus réels, et on permet d'élucider encore quelques zones d'ombres toujours présentes dans l'histoire des héros, malgré ces 2 heures de film.

Un très bon western, mais qui ne croule pas (mais alors pas du tout) sous le joug de l'action et des dialogues, donc sensibles à la monotonie s'abstenir !
"Je suis un intoxiqué.
- Intoxiqué de quoi ?
- De la vie. Je m'y suis adonné tout petit et je ne peux plus m'en passer."

T. Pratchett, Sourcellerie, Les Annales du Disque-Monde, livre V.

Anta

  • Parisien en tongues !
  • Messages: 34
Re: Western spaghetti ou Western pas gay, p'tit ?
« Réponse #1, le 3 Août 2006 à 16:56 »Modifié le 3 Août 2006 à 17:00 par Anta
Thanks Roilion  ;) Ton article est vraiment très intéressant. Me suis replongé depuis le mois de juillet dans les westerns en commençant par la spaghettis de Leone.  ^^ (mon préféré restant Il était une fois ds l'Ouest  :notworthy:)
Je compte m'attaquer aux Ford très bientôt. Par lequel me conseillerais-tu de commencer ?  :P

RoiLion.Thom

  • Dilettante
  • Waffou
  • Raw! Raw! Fight the power!
  • Messages: 9 717
Re: Western spaghetti ou Western pas gay, p'tit ?
« Réponse #2, le 3 Août 2006 à 17:06 »Modifié le 3 Août 2006 à 17:34 par RoiLion.com
A vrai dire, je suis loin de les avoir tous vus !

Toutefois, si tu comptes te les taper en séries, ou au moins plusieurs, je te dirai de commencer par La Chevauchée Fantastique. De nos jours c'est loin d'être le meilleur, mais il jette parfaitement les bases du Western. Il vaut mieux le voir au début qu'après plusieurs autres.

En revanche, si tu cherches un très bon Western, prenant, avec une épaisseur beaucoup plus grosse, passe directement à la Prisonnière du Désert.

Et je maintiens qu'il faut surtout surtout avoir vu Rio Bravo, mais c'est pas un Ford, donc je le case juste au cas où ^^
"Je suis un intoxiqué.
- Intoxiqué de quoi ?
- De la vie. Je m'y suis adonné tout petit et je ne peux plus m'en passer."

T. Pratchett, Sourcellerie, Les Annales du Disque-Monde, livre V.

Anta

  • Parisien en tongues !
  • Messages: 34
Re: Western spaghetti ou Western pas gay, p'tit ?
« Réponse #3, le 3 Août 2006 à 17:15 »
Citation de RoiLion.com le 3 Août 2006 à 17:06
A vrai dire, je suis loin de les avoir tous vus !

Toutefois, si tu comptes te les taper en séries, ou au moins plusieurs, je te dirai de commencer par La Chevauchée Fantastique. De nos jours c'est loin d'être le meilleur, mais il jette parfaitement les bases du Western. Il vaut mieux le voir au début qu'après plusieurs autres.

En revanche, si tu cherches un très bon Western, prenant, avec une épaisseur beaucoup plus épaisseur, passe directement à la Prisonnière du Désert.

Et je maintiens qu'il faut surtout surtout avoir vu Rio Bravo, mais c'est pas un Ford, donc je le case juste au cas où ^^
C'est noté m'sieur. Merci pour les conseils. ;)

RoiLion.Thom

  • Dilettante
  • Waffou
  • Raw! Raw! Fight the power!
  • Messages: 9 717
Re: Western spaghetti ou Western pas gay, p'tit ?
« Réponse #4, le 3 Août 2006 à 17:59 »Modifié le 3 Août 2006 à 18:09 par RoiLion.com
Citation de Anta le 3 Août 2006 à 16:56
(mon préféré restant Il était une fois ds l'Ouest  :notworthy:)
Ah mais grave. Ce film est un génocide de bobines de cinéma !

Aucun spaghetti ne peut rivaliser avec lui, tout y est : les acteurs, la musique, les personnages (ah le Cheyenne, je l'adore !) et l'histoire, avec ses faux-semblants et ses doubles-jeux...

C'est marrant, d'ailleurs, car pour ce film, ça ne devait pas du tout être Bronson, l'acteur principal, mais par un jeu de conséquences, c'est lui qui a été choisi. Je me souviens plus bien, je vais chercher pour retrouver l'anecdote...

EDIT : bon, au temps pour moi, je n'ai rien dit, c'est pas du tout ça, je me suis enduit d'erreur :sweatdrop:
"Je suis un intoxiqué.
- Intoxiqué de quoi ?
- De la vie. Je m'y suis adonné tout petit et je ne peux plus m'en passer."

T. Pratchett, Sourcellerie, Les Annales du Disque-Monde, livre V.

Omni

  • Potos
  • Messages: 280
Re: Western spaghetti ou Western pas gay, p'tit ?
« Réponse #5, le 20 Octobre 2006 à 10:44 »
Excellente synthese, RoiLion.com  :jap:
J'adore les Western Spaghetti, ceux avec Clint eastwood évidemment, mais mon préféré restera pour toujours mon nom est personne de Tonino Valerii. Même si l'humour est parfois un peu lourdingue, ce n'est pas le point le plus important de ce film. La transition de l'ouest sauvage personnifié par Jack Beauregard (Henri Fonda) vers la modernité est très bien traitée dans ce film (et de façon originale qui plus est), les musiques sont magnifiques et l'affrontement contre la horde sauvage me donne des frissons. J'en ai usé ma VHS enregistrée sur la 5  :sweatdrop:
J'adore aussi le bon le brute et le truand et impitoyable, deux monuments du genre.  :w00t2:

RoiLion.Thom

  • Dilettante
  • Waffou
  • Raw! Raw! Fight the power!
  • Messages: 9 717
Re: Western spaghetti ou Western pas gay, p'tit ?
« Réponse #6, le 20 Octobre 2006 à 10:56 »
Tiens, un topic sur lequel je n'ai pas le temps de me pencher... :sweatdrop:

Mon nom est personne est très bon. En effet, le coup de la rivalité Beauregard - Personne est très bien traité. Hill fait bien sentir le côté "fan" de son personnage, on sent bien toute l'admiration qu'il porte en lui, mélangé à de l'envie et de l'ambition... le jeune loup face au vieux chef de meute ^^ Autant je ne suis pas fan de Hill ("plus" en fait, je l'étais étant gamin), autant ce film reste un de mes préféré, oui.

Impitoyable... ce film est éponyme ^^ C'est vraiment un film intraitable. J'en parlerai peut-être un jour, si je peux. Un Eastwood bien sombre comme on aime :)

Le bon la brute et l'autre, là, bah ça, tout le monde connait je pense... C'est un truc culte, maintenant, et il n'y a pas trop à chercher pourquoi en fait. Dommage que personne n'essaie de refaire des films de ce genre... Que c'était bon !
"Je suis un intoxiqué.
- Intoxiqué de quoi ?
- De la vie. Je m'y suis adonné tout petit et je ne peux plus m'en passer."

T. Pratchett, Sourcellerie, Les Annales du Disque-Monde, livre V.

Omni

  • Potos
  • Messages: 280
Re: Western spaghetti ou Western pas gay, p'tit ?
« Réponse #7, le 20 Octobre 2006 à 11:06 »
Tiens c'est marrant, je ne vois pas Personne comme un jeune loup qui veuille prendre sa place, mais plutôt comme un "ange" bienveillant qui veut s'assurer de la postérité de son idole.

RoiLion.Thom

  • Dilettante
  • Waffou
  • Raw! Raw! Fight the power!
  • Messages: 9 717
Re: Western spaghetti ou Western pas gay, p'tit ?
« Réponse #8, le 20 Octobre 2006 à 11:26 »
Je ne sais pas. C'est un rôle très complexe, celui de Personne en fait.

Plus je vieillis, et plus je lui trouve ce côté "jeune loup", justement. Même si auparavant, ça ne m'apparaissait pas.

Faut quand même pas éluder le fait que Personne veut absolument se mesurer à Beauregard, qu'il considère Beauregard comme son modèle car celui-ci est le plus fort et que, sous-entendu, s'il bat Beauregard, ce sera lui le meilleur. C'est d'ailleurs bien tout ce qui est résumé dans la conclusion du film, avec la narration de Fonda, lui disant que maintenant, c'est lui, la cible.

Personne, comme tous les "fans", tous les "élèves", est justement tiraillé entre cette envie de dépasser son maître d'une part et le respect voire l'amour profond qu'il éprouve pour cette personne qui est son mentor... Voire son père spirituel, dans le cas qui nous intéresse.
"Je suis un intoxiqué.
- Intoxiqué de quoi ?
- De la vie. Je m'y suis adonné tout petit et je ne peux plus m'en passer."

T. Pratchett, Sourcellerie, Les Annales du Disque-Monde, livre V.

Omni

  • Potos
  • Messages: 280
Re: Western spaghetti ou Western pas gay, p'tit ?
« Réponse #9, le 20 Octobre 2006 à 11:48 »
Je le vois pas du tout comme ça.
Dans mon interprétation, le remplacement de Jack par Personne est plus une charge qu'il accepte d'endosser par remerciement et par respect pour son modèle (et surtout avec la bénédiction de celui-ci (cf le duel truqué)), mais ce n'est surtout pas son but premier.
C'est d'ailleurs là que réside pour moi la clé du film, pourquoi se faire appeler personne (preuve de sa modestie, de sa volonté de ne pas être reconnu par l'histoire pour ne pas faire de l'ombre à l'image de son héro) si son but est de devenir la nouvelle légende l'ouest ?

RoiLion.Thom

  • Dilettante
  • Waffou
  • Raw! Raw! Fight the power!
  • Messages: 9 717
Re: Western spaghetti ou Western pas gay, p'tit ?
« Réponse #10, le 20 Octobre 2006 à 12:06 »
Et oui, la clé, comme tu dis :P Par contre, la porte quelle ouvre n'est finalement pas aussi simple à trouver, on dirait ^^

Tu ne vas pas contredire le fait que Personne rêve de se mesurer à Beauregard, tout de même ? Je veux dire, il le suit, il l'admire, il le regarde, il lui offre une postérité sur un dernier coup d'éclat, mais au final, ce duel truqué arrange bien Personne : non seulement son maître reste vivant et devient un "héros", mais en plus, il endosse, lui, le rôle de son "maître", celui de meilleur tireur de l'ouest, en somme... Evidemment, c'est une charge, puisque maintenant, comme dit à la fin, il ne pourra plus rien faire comme avant, mais finalement, je trouve qu'il s'en accomode plutôt bien, à la manière de quelqu'un qui avait pour but d'endosser ce rôle ;)

En fait, regarde les choses sous cet angle : de toutes manières, une fois Beauregard mort, quelqu'un d'autre serait devenu le meilleur. Personne n'avait pas plus de chance de le devenir que n'importe qui, puisque justement, il n'est personne au début du film. En offrant la postérité à Beauregard, on peut lire qu'il passe un "pacte" avec lui : je te laisse te retirer du milieu en vie, et toi tu m'offres ta place, par un duel truqué.

Enfin ça démontre bien le côté complexe du personnage :P Et comme je dis, cette vision de "Personne l'opportuniste" est assez récente dans ma tête... Et vu le côté tordu des westerns spaghetti, ça ne m'étonnerait pas.
"Je suis un intoxiqué.
- Intoxiqué de quoi ?
- De la vie. Je m'y suis adonné tout petit et je ne peux plus m'en passer."

T. Pratchett, Sourcellerie, Les Annales du Disque-Monde, livre V.

Omni

  • Potos
  • Messages: 280
Re: Western spaghetti ou Western pas gay, p'tit ?
« Réponse #11, le 20 Octobre 2006 à 13:14 »
Citation de RoiLion.com le 20 Octobre 2006 à 12:06
Et oui, la clé, comme tu dis :P Par contre, la porte quelle ouvre n'est finalement pas aussi simple à trouver, on dirait ^^

Tu ne vas pas contredire le fait que Personne rêve de se mesurer à Beauregard, tout de même ? Je veux dire, il le suit, il l'admire, il le regarde, il lui offre une postérité sur un dernier coup d'éclat, mais au final, ce duel truqué arrange bien Personne : non seulement son maître reste vivant et devient un "héros", mais en plus, il endosse, lui, le rôle de son "maître", celui de meilleur tireur de l'ouest, en somme... Evidemment, c'est une charge, puisque maintenant, comme dit à la fin, il ne pourra plus rien faire comme avant, mais finalement, je trouve qu'il s'en accomode plutôt bien, à la manière de quelqu'un qui avait pour but d'endosser ce rôle ;)
Mais si mais si, je vais te contredire (sinon ce serait pas drôle).  :P
Personne sait de quoi il est capable, il sait aussi qu'il est meilleur que jack. Il le lui fait comprendre quand il l'attend sur sa chaise au milieu de la rue. Il met les quatre balles dans le même trou du chapeau, alors qu'au cimetière Jack n'en avait mis que trois. A partir de là un vrai duel avec lui n'a plus aucun sens, il ternirait le mythe de Jack Beauregard, et ce n'est pas ce qu'il veut.
Citation de RoiLion.com le 20 Octobre 2006 à 12:06
En fait, regarde les choses sous cet angle : de toutes manières, une fois Beauregard mort, quelqu'un d'autre serait devenu le meilleur. Personne n'avait pas plus de chance de le devenir que n'importe qui, puisque justement, il n'est personne au début du film. En offrant la postérité à Beauregard, on peut lire qu'il passe un "pacte" avec lui : je te laisse te retirer du milieu en vie, et toi tu m'offres ta place, par un duel truqué.
Il n'a jamais été question que Jack meurre. Avec ou sans Personne, Jack restait en vie. Il avait déja son billet pour le bateau et la horde sauvage ne s'intéressait pas à lui. Il pouvait partir avec l'or de Sullivan s'il voulait (d'ailleurs il a failli le faire). Personne lui offre juste la possibilité de partir sur un coup énorme pour, comme il le dit, entrer dans les livres d'histoire.
De plus, dans le monde moderne qui s'ouvre à eux, le tireur le plus rapide de l'ouest n'a plus de raison d'être. "même la violence à changé, elle s'est organisée". Les anciennes méthodes n'ont plus lieu d'être.

RoiLion.Thom

  • Dilettante
  • Waffou
  • Raw! Raw! Fight the power!
  • Messages: 9 717
Re: Western spaghetti ou Western pas gay, p'tit ?
« Réponse #12, le 20 Octobre 2006 à 13:18 »
Certes, mais je ne suis pas d'accord avec ton idée au Beauregard ne mourrait pas : il a tout de même beaucoup de monde aux fesses, une masse de gens prêts à tuer "le meilleur" pour s'accorder ce titre et devenir ainsi l'homme à abattre. C'est lui-même qui le dit, et le transmet à Personne...

Toutefois c'est vrai que partir en Europe, comme ça, tenait plus de la fuite que de la grande classe.

Bref les westerns spaghetti, ça donne quand même bien de l'épaisseur aux rôles "simples" de cowboys, et donne également à réfléchir. :)
Re: Western spaghetti ou Western pas gay, p'tit ?
« Réponse #13, le 16 Novembre 2006 à 21:02 »
YES YES YES !

A tous les fans : ce soir, Arte retransmet "Fort Apache" (en VF "Le massacre de Fort Apache"), décrit comme le meilleur John Ford (moi perso je ne sais pas, je ne l'ai jamais vu ^^).

En tout cas, le casting est alléchant : John Wayne, Henry Fonda, Shirley Temple, rien que ça :D

Amateurs, à vos marques ! ;)
"Je suis un intoxiqué.
- Intoxiqué de quoi ?
- De la vie. Je m'y suis adonné tout petit et je ne peux plus m'en passer."

T. Pratchett, Sourcellerie, Les Annales du Disque-Monde, livre V.

iDam

  • ᕦ(ò_óˇ)ᕤ !!!!!!!!
  • Modos
  • ▃ ▅ ▆ ▇ ▆ ▇ ▅ ▃
  • Messages: 11 922
Re: Western spaghetti ou Western pas gay, p'tit ?
« Réponse #14, le 8 Août 2007 à 23:43 »
Ca va faire plaisir à Thom et à ceux qui veulent se constituer une bonne collection de ce genre cinématographique :



Eh oui, un giga coffret avec 14 films ! Et c'est prévu chez Seven 7.

Dès que j'en sais plus, je vous fais signe.

D's©
- Tu viens à la pistoche ?
- Je peux pas, j'ai véloche et cueillette de noisettes aux mûres !